Arc de Septime Sévère (forum Boarium)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arc de Septime Sévère.
Arc de Septime Sévère
Arc des Argentiers
Vestiges de l'arc
Vestiges de l'arc

Lieu de construction Forum Boarium
Date de construction 204 ap. J.-C.
Ordonné par Banquiers et
négociants en viande
Type de bâtiment Arc
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Arc de Septime SévèreArc des Argentiers

Localisation de l'arc dans la Rome Antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 22″ N 12° 28′ 59″ E / 41.889511, 12.48297541° 53′ 22″ Nord 12° 28′ 59″ Est / 41.889511, 12.482975  
Liste des monuments de la Rome antique

L'arc de Septime Sévère, appelé aussi arc des Argentiers (en latin : Arcus Septimi Severi, Arcus Argentariorum ou Monumentum Argentariorum), est un arc de triomphe romain du début du IIIe siècle qui se trouve à Rome dans l'ancien quartier de Vélabre. Il s'adosse aujourd'hui à l'église Saint-Georges-de-Vélabre.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'arc sert probablement d'entrée au Forum Boarium, dans le Vélabre et abrite durant l'Antiquité des changeurs de monnaie, d'où son nom d'« arc des Argentiers ». Il se dresse aujourd'hui à l'angle sud-ouest de l'église Saint-Georges-de-Vélabre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est érigé en 204 ap. J.-C. et dédié par les négociants en viande et les banquiers en l'honneur de Septime Sévère, de son épouse et de ses fils Caracalla (et son épouse Plautille) et Publius Septimius Geta, ainsi que de Caius Fulvius Plautianus, ami de Septime Sévère et père de Plautille[1],[2].

L'inscription sur le fronton de l'arc est modifiée trois fois. Une première fois en 205 ap. J.-C. après l'assassinat de Caius Fulvius Plautianus, soupçonné de trahison par Septime Sévère et Caracalla. Une deuxième fois après le meurtre de Plautille par son époux Caracalla en 211 ap. J.-C.. Enfin une dernière fois après le meurtre de Publius Septimius Geta par son frère Caracalla, qui fait alors effacer toute inscription de son frère condamné à la damnatio memoriae, de son épouse et de son beau-père des monuments de Rome[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le passage central n'est pas courbe mais surmonté d'un plafond plat reposant sur deux piliers. L'arc faite de marbre, exceptée la base, qui est de travertin. Il mesure 6,15 mètres de hauteur et le passage central est large de 3,30 mètres[1]. Constitués de pilastres avec des chapiteaux corinthiens, la façade extérieure est entièrement ornée de sculptures décoratives et de reliefs représentant des scènes de sacrifice[1].

À l'intérieur, sont représentées les figures de la famille impériale mais celles de Plautille et de Publius Septimius Geta ont été effacées. Il présente, entre ses pilastres envahis par un décor végétal exubérant, des scènes figurées. À l'intérieur, Septime Sévère et sa femme, Julia Domna, prêtresse de Cérès, sont représentés en train de sacrifier, tournés vers les spectateurs, en les invitant du regard à participer à l'acte religieux. En face, Caracalla fait aussi un sacrifice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Platner et Ashby 1929, p. 44.
  2. CIL VI, 1035

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press,‎ 1929

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :