Arcésilas IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arcésilas.

Arcésilas IV (Ἀρκεσίλαος) est le dernier roi de la dynastie des Battiades de Cyrène, en Libye. Il fut assassiné vers 440 av. J.-C.[1], date à laquelle la monarchie fut remplacée par un régime démocratique.

Règne d'Arcésilas IV[modifier | modifier le code]

Arcésilas IV était le fils de Battos IV, auquel il succéda en 465 av. J.-C., et le petit-fils d'Arcésilas III.

Sous son règne, Cyrène, qui avait un temps payé tribut à la Perse (sous le règne de Battos IV), semble avoir retrouvé son indépendance totale.

Cependant, Arcésilas paraît avoir régné d'une manière autoritaire ; Pindare, dans ses Pythiques, fait plusieurs allusions aux conflits qui déchiraient Cyrène[2]. L'opposition se développa et mena à la mort d'Arcésilas et au renversement de la dynastie des Battiades.

Chanté par Pindare[modifier | modifier le code]

Pindare a dédié ses quatrième et cinquième Pythiques à Arcésilas, en l'honneur de la victoire remportée par son attelage aux jeux pythiques à Delphes en 462 av. J.-C.[3] Le quadrige était mené par Carrhôtos, fils d'Alexibios et frère de la femme d'Arcésilas. Pindare, au début de la quatrième Pythique qualifie Arcésilas de roi de Cyrène « aux beaux coursiers » (εὐίππου), allusion à la réputation des chevaux élevés en Libye.
En 460, Arcésilas remporta une nouvelle victoire, à Olympie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après un scholiaste de Pindare.
  2. Pindare était lié d'amitié avec Damophile, membre d'une des familles de l'aristocratie de Cyrène, qui avait été dépouillé de sa fortune et avait dû s'exiler en Grèce, à Thèbes. La fin de la quatrième Pythique est une requête à Arcésilas pour qu'il rappelle Damophile.
  3. Troisième année de la soixante-dix-neuvième olympiade.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades (« Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome », 177), Paris, De Boccard, 1953, 480 p., 28 pl.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]