Arbre généalogique universel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un arbre généalogique universel est un arbre généalogique regroupant dans une base de données unique tous les individus issus des résultats des recherches de généalogistes.

Définition[modifier | modifier le code]

Le libellé arbre généalogique universel s'est progressivement imposé[réf. souhaitée], même si les termes « arbre généalogique unique »[1], « arbre généalogique commun » ou « arbre généalogique collectif » sont parfois utilisés. Une formulation plus courte (arbre universel) est employée[2], par souci d'économie langagière, mais elle prête à confusion. En effet, l'expression est largement usitée par les adeptes d'ésotérisme New Age[3],[4], les passionnés de sagas des littératures de l'imaginaire[5] ou de jeux vidéo[6] et encore dans le contexte d'une démarche artistique[7] ou scientifique[8],[9],[10]. De même, le raccourci « arbre unique » est ambigu.

La question de la pertinence ou du bien-fondé d'un arbre réunissant toute l'humanité est parfois soulevée. Est-ce techniquement réalisable? Est-ce utopique? Si l'absence de documents empêche de toute évidence d'atteindre cet objectif, les progrès scientifiques récents en génétique permettent des espoirs liés à l'ADN avec le développement de la généalogie génétique.

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

La dispersion des recherches et la multiplicité toujours croissante des supports de diffusion sur le web[11] sont un défi reconnu[Qui ?].

Lacunes des "outils"[modifier | modifier le code]

Les généalogistes[12],[13] se sont heurtés, à quatre principaux écueils :

  • la juxtaposition[14] infinie de sites ou blogs personnels. Comment vérifier ce qui est devenu obsolète ou si la dernière mise à jour intègre les données les plus fiables[15] ?
  • l'accumulation par additions successives[16].
  • la profusion de publications doublons[17].
  • la perte de temps dans la recherche et la saisie des données (avec mise en ligne), que d'autres passionnés (animés par la même motivation pour communiquer leurs travaux) ont réalisées aussi[18], mais sur des sites ou des pages tous plus différents les uns que les autres[19].

Obstacles et réticences[modifier | modifier le code]

Différents types d'« arbres universels »[modifier | modifier le code]

On distingue trois modes de gestion, même si parfois pour certains produits ou services, cette classification peut-être floue.

Gestion centralisée ou pyramidale[modifier | modifier le code]

Les ajouts de données ne sont pas libres. L'administrateur du site, seul ou en équipe (comme les responsables d'une association) collectent les informations nouvelles et ne les intègrent à la base commune que si elles sont jugées recevables et cohérentes.

Gestion non hiérarchisée et collective[modifier | modifier le code]

L'apport de nouvelles données est parfaitement libre. La base est autogérée par la communauté des contributeurs. En cas de désaccord, il est fait appel à une recherche de consensus, comme le fonctionnement de Wikipédia.

Gestion par invitation ou cooptation[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement de la base s'apparente à celui d'un réseau social.

Liste non exhaustive d'arbres généalogiques universels[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Témoignage d'un utilisateur d'un des logiciels de généalogie personnelle les plus réputés en France, Quel avenir pour la généalogie ? « Le projet qui m’interpelle pour l’avenir est un projet de base commune et unique des données pour tous. », 15 septembre 2006.
  2. Tribune de Genève, article du 24 octobre 2007.
  3. Texte mis en ligne en mai 2011.
  4. Lotus
  5. gemmaline.com
  6. Wiki dédié au jeu "Apocalypsis", page créée en 2006.
  7. Margot Buffet
  8. Diospyros kaki Creveld, médicament homéopathique
  9. Homéopathie, Plaqueminier de Nagasaki.
  10. Muriel Gargaud, Les traces du vivant, 2003, pages 233 et suivantes.
  11. De l’utilité d’un blog généalogique, 31 octobre 2010.
  12. histoire-généalogie.com, «  Cyber-généalogie - Vers un Arbre généalogique mondial », article du 1er mars 2006.
  13. Échanges entre généalogistes de septembre 2009 à fin janvier 2010
  14. [PDF] Transcription de la conférence de Christophe Becker, directeur de Généanet, 16 juin 2008, Conclusion - Quelles sont les perspectives et les prochaines étapes ? « Le partage de la connaissance, la juxtaposition des travaux personnels, des travaux collectifs (ceux des associations) et des travaux des services publics… »
  15. blog.geneanet.org, échanges de points-de-vue s'étalant de mars à juillet 2006.
  16. Forum Geneanet, mars 2012.
  17. rfgenealogie.com, article de Guillaume de Morant, 29 novembre 2012.
  18. La généalogie sur Internet, utilisation des sites personnels dans un réseau de cousinage, « … ceux qui faisaient les mêmes recherches que moi. Le hasard de mes recherches m’a fait rencontrer quelques cousins. Nous avions en commun le souci de trouver les mêmes actes concernant les mêmes ancêtres pour en extraire les mêmes informations. », juin 2007.
  19. Société généalogique de l’Yonne, « Mutation numérique », 30 octobre 2012.
  20. Capedia
  21. Familypedia, This site aspires to be truly global, with active contributors and information from several cultures and languages, and all four Hemispheres. / Ce site aspire à être véritablement mondial, avec des participants actifs et des informations de plusieurs cultures et langues, de tous les continents.
  22. Genealogus
  23. Interview de Pierre Ammeloot, 24 mai 2013
  24. Ghezibde
  25. Ompda
  26. Réseau2Famille
  27. [1]
  28. WeRelate
  29. "Arbre unifié", WeRelate
  30. WikiTree

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • histoire-genealogie.com, article du 4 juin 2009, dans sa dernière partie intitulée « Le projet ultime : l’arbre universel ».