Arbre à clous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'arbre à clous de Herchies (Belgique).
Détail du chêne à clous de Havré (Belgique).

Un arbre à clous (ou encore arbre à chiffons, arbre à loques) est un type d'arbre à prières ou arbre votif qui se rencontre particulièrement en Belgique, mais aussi dans d'autres régions. Sa réputation se base sur l'ancienne croyance populaire qui estimait qu'un mal physique (son mauvais esprit), principalement les maux de dents et les maladies de la peau, pouvait, par un processus rituel, être extirpé du corps et cloué à un arbre. L'élimination du mauvais esprit entraînait ainsi la guérison[1].

La présence des arbres à clous rappelle aujourd'hui une des dernières survivances de rites antiques issus de diverses formes de paganisme progressivement substitués par d'autres symboles de la religion catholique. Ils sont aussi remarquables par les missions et rôles curieux que leur ont assigné les hommes[1].

Localisation de quelques arbres à clous[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

En 2003, ont été recensés 33 arbres à clous en province de Liège, 8 en province de Hainaut, 7 en province de Namur, 4 en province de Luxembourg, 4 en province de Brabant et 3 en Flandre[2].

Province de Hainaut[modifier | modifier le code]

  • Gilly : tilleuls de Soleilmont
  • Havré : chêne « pouilleux »
  • Herchies : chêne Saint-Antoine (appelé localement el quêne à claus), classé en 1985
  • Ostiches : chêne Saint-Pierre
  • Stambruges : robinier de la chapelle de l'Arcompuch; abattu par le vent en 2009[3], le robinier a été remplacé dans la ferveur populaire par un chêne croissant à proximité immédiate

Province de Liège[modifier | modifier le code]

Le tilleul clouté du Coftice à José (Battice) au début du XXe siècle
  • Vien (Anthisnes) : tilleul des Floxhes
  • José (Battice)  : tilleul du Coftice, abattu par la foudre vers 1990, remplacé[4]
  • Deigné (Aywaille) : tilleul « devant l'église »
  • Hameau de Foyir (Jalhay) : clawé fawe (« hêtre cloué »)
  • Limont (Donceel) : tilleul
  • Louveigné : tilleul de la Haute Cour et tilleul du Thier de Stinval
  • Saint-Hadelin : tilleul du fief
  • Saive (Blegny) : tilleul de Miermont
  • Sprimont : tilleul de Lillé
  • Xhoris : tilleul des Lognards et tilleuls de la chapelle Fanson

Province du Limbourg[modifier | modifier le code]

Province du Luxembourg[modifier | modifier le code]

  • Izier (Durbuy) : tilleul du Baty
  • Longueville, chemin vers Jenneret (Tohogne, Durbuy)  : tilleul de la croix des Combes – la croix en question est un simple crucifix fixé à l'arbre[6]

Province de Namur[modifier | modifier le code]

Arbre à clous de Han-sur-Lesse.

France[modifier | modifier le code]

Ain[modifier | modifier le code]

Loire-Atlantique[modifier | modifier le code]

Nièvre[modifier | modifier le code]

Somme[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

  • Gemert : un chêne, disparu au Moyen Âge
  • Gieten : arbre disparu
  • Yde : 2 breukenbomen

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Wallonie, fais-moi peur ! », sur sonuma.be,‎ 17 mai 2003 (consulté le 16 février 2013)
  2. Sanglan 2003, p. 206 et 208
  3. Laurence Journé et Maxime Soyez, « Stambruges : un arbre pour des clous ! - », sur Notélé, Télévision de la Wallonie picarde,‎ 28/11/09 (consulté le 29 janvier 2013)
  4. Herve, blog. « Tilleul clouté du Coftice ».
  5. volkskunde Limburg « Spijkers om te genezen ».
  6. La croix des Combes « Église romane de Tohogne – Aux environs (Les croix, grotte et chapelle) ».
  7. a et b Sébillot 1904
  8. Krapo arboricole « Chêne aux clous du Pâtisseau, Bonnoeuvre (Loire-Atlantique) ».
  9. Courrier picard, 15 août 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Collet, « L'arbre à clous de Soleilmont » (dessin), dans Almanach wallon, 1924 (2), p. 112-113.
  • E. Godefroid, « Un vestige de la religion primitive : Le tilleul cloué de Gilly », dans La Vie wallonne, III, 15 décembre 1922, p. 70-72.
  • Pierre Koumoth, Mémoires d’une région, III : Tilleuls et croyances religieuses dans la province de Liège : Inventaire et essai d’interprétation, Verviers, La Dérive, 1994, 299 p.
  • B. Loots, Les Derniers Arbres fétiches de Wallonie, Neufchâteau, Weyrich, 2003.
  • Adrien de Mortillet, « Vœux à des arbres et à des buissons. Etoffes et papiers votifs », dans Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, 1889, vol. 12 no 12, p. 112-119. Texte en ligne sur Persée.
  • Paul de Saint-Hilaire, Les Saints guérisseurs : Entre la mer du Nord et les Ardennes : Guide de leurs attributs et symboles, Bruxelles, Sympomed Edimed, 1991, 263 p.
  • Paul Sanglan, « L'arbre guérisseur », dans Guérisseurs d'hier et d'aujourd'hui, Bastogne, Musée en Piconrue,‎ 2003, p. 202-213
  • Olivier Schmitz, « Les "arbres à clous" de Wallonie : Quelques remarques concernant une pratique apparemment archaïque », dans Enquêtes du Musée de la Vie wallonne, 2002-2004, t. 20, n°241-244, p. 417-435.
  • (nl) J. Schuyf, Heidens Nederland : Zichtbare overblijfselen van een niet-christelijk verleden, Stichting Matrijs, 1995.
  • Paul Sébillot, Le Folklore de France, t. 3 : La Faune et la Flore, Paris, rééd. 1985),‎ 1904, p. 68-69.
  • S. Zaborowski, « Les clous votifs », dans Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, 1919, vol. 10 no 10, p. 108-116. Texte en ligne sur Persée.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Herchies « Herchies, Passé et Présent... Les Arbres ».
  • Luzech, blog Michel Luzech, « Abres à loques, arbres à clous ».
  • M. Maurou « Arbres, chapelles à loques ».