Araya (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Araya.

Araya

Réalisation Margot Benacerraf
Scénario Margot Benacerraf et Pierre Seghers
Acteurs principaux

Laurent Terzieff (version française), José Ignacio Cabrujas (version espagnole)

Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Venezuela Venezuela
Genre Documentaire
Sortie 1959
Durée 79 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Araya est un film documentaire franco-vénézuélien sur les marais salants d'Araya au nord du Venezuela, réalisé par Margot Benacerraf, sorti en 1959.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le commentaire, très poétique, est écrit par Pierre Seghers et dit par Laurent Terzieff. « Celui-ci est quasiment biblique. La musique est orchestrale, hollywoodienne. Margot Benacerraf transforme un fait documentaire en spectacle. [...] Ces montagnes de sel, sans cesse faites et défaites par quelques hommes sous le soleil, la cinéaste les prend comme une allégorie de la condition humaine, forcément sisyphéenne. [...] Contre l'abrutissante répétition des mêmes gestes à laquelle les travailleurs d'ici sont soumis, Benacerraf oppose la beauté plastique d'un noir et blanc parfait, et les rebondissements d'un documentaire très scénarisé. »[1]
  • Steven Soderbergh déclare, au sujet d' Araya : « Aujourd'hui, Araya n'a rien perdu de sa capacité à nous fasciner et à nous émouvoir. Une combinaison hypnotique de la beauté et de la misère. »
  • Ce film peut être rapproché de L'Homme d'Aran (Man of Aran) réalisé en 1934 par le Britannique Robert Flaherty ou de La terre tremble (La terra trema) de Luchino Visconti (1948).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Mouton in : Les pauvres gens vus par les riches (présentation du DVD Araya : l'enfer du sel, Les Films du Paradoxe).

Liens externes[modifier | modifier le code]