Arashiyama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Arashiyama

Arashiyama (嵐山?, « montagne de la tempête ») se situe au bord des montagnes, à l’ouest de la ville de Kyoto. La région fait partie d’une plus grande, appelée Sagano (嵯峨野?), et du quartier administratif ouest de la ville, Ukyō-ku.

La région est très touristique et beaucoup de Japonais s’y rendent pour admirer les cerisiers en fleurs (sakura) ou les feuilles de l’automne (momiji). Elle reste cependant peu connue des visiteurs étrangers, qui préfèrent visiter l’est (le quartier de Gion, le Ginkaku-ji, la chemin du philosophe, Kiyomizu-dera) ou le nord de la ville (Kinkaku-ji, Daitoku-ji). Arashiyama est pourtant facilement accessible à partir de la gare Kyôto.

Togetsukyō[modifier | modifier le code]

Coucher de soleil sur la rivière Hozugawa
De nombreux sakura peuvent être admirés en avril

La principale attraction reste le Togetsukyō (渡月橋?, « pont qui traverse la lune »), un pont de bois traversant la Hozu-gawa (en) (qui change de nom à cet endroit exact pour devenir la Katsura-gawa (en)). Ce pont a été représenté par Hokusai Katsushika, dans sa série d’estampes Vue des ponts célèbres.

On peut d’ailleurs descendre les rapides de la rivière Hozu-gawa en bateau de bois traditionnel (Hozugawa kuntaro). L’activité se pratique depuis plus de cinq cents ans, elle dure deux heures pour faire les seize kilomètres de la rivière. Le départ se fait près de la gare Kameoka et l’arrivée sera le Togetsukyō.

Il est également possible de découvrir la rivière en vieux train couvert de type trolley, appelé torokko (トロッコ?, de l'anglais truck) en japonais, de la compagnie de chemin de fer touristique de Sagano (嵯峨野観光鉄道, Sagano Kankō Tetsudō?), surnommé Romantic Train en anglais. Le départ se fait à la gare Saga-Arashiyama. Le train serpente d’abord dans les montagnes puis il suit le cours de la rivière. Ce parcours est particulièrement apprécié en automne, les érables rouges étant partout dans la montagne.

Au mois de mars, les jeunes filles de treize ans, habitant la ville de Kyōto, obéissent à une tradition unique à la cité. Habillées d’un kimono à manches longues (furisode), coiffées et maquillées, elles viennent traverser le pont Togetsukyō et prier au temple. On peut en voir quelques-unes les dimanches de mars, précédées par leur père qui filme la scène et suivies par leur mère et leur grand-mère qui les photographient.

Temples bouddhiques[modifier | modifier le code]

Tenryū-ji[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tenryū-ji.

Traditionnellement, les temples japonais sont souvent blottis près des montagnes. Il est donc possible d’en voir plusieurs à Arashiyama. Le plus facile d’accès est sans aucun doute le temple bouddhiste Tenryū-ji. Il possède un jardin dessiné par Musō Soseki. L’étang a la forme du caractère du cœur (, kokoro?).

L’histoire de sa fondation est très intéressante. Takauji Ashikaga, premier shogun du Japon, venait tout juste de trahir l’empereur et de l’exiler sur le mont Yoshino. Lorsque l’empereur mourut, son précepteur fit un rêve étrange qu’il raconta au shogun : un dragon furieux sortait de la rivière à Arashiyama. Dans la Chine ancienne, le dragon symbolise l’âme de l’empereur, furieux de son infortune, qui se serait ainsi réincarné. Pour apaiser l’âme de l’empereur dragon, le shogun ordonna la construction du cœur en 1339, à l’endroit exact où l’empereur avait résidé pendant son exil.

Hōrin-ji[modifier | modifier le code]

En traversant le pont Togetsukyō, on peut apercevoir un petit temple niché dans la montagne, le Hōrin-ji (法輪時?). Ce dernier est facilement accessible et on y a une très belle vue de la ville de Kyōto.

Daikaku-ji[modifier | modifier le code]

Le Temple Daikaku

Plus au nord de la région, on peut accéder au Daikaku-ji. Ce temple est très diversifié : on peut y voir de l’ikebana (arrangement floral japonais) à l’entrée, des murales peintes sur les portes coulissantes, plusieurs pavillons de prière et un étang appelé Ōsawa ike (大沢池?). Ce temple est remarquable en toute saison, mais l’étang est plus particulièrement apprécié pendant le o-hanami (contemplation des cerisiers en fleurs). En automne, on peut admirer le reflet de la lune sur l’étang (kangetsusai) et écouter des concerts de harpe et de koto organisés pour l’occasion.

Iwata-yama[modifier | modifier le code]

Il est également possible, tout près du pont, de visiter Iwata-yama (岩田山?), la montagne des singes. Plusieurs centaines de Macaques du Japon y résident et ils sont très facile à observer. Il est fortement conseillé de ne pas leur montrer de nourriture, car ils peuvent devenir agressifs. Du sommet, la vue sur la ville est également superbe.

Rue principale[modifier | modifier le code]

La rue principale est bordée de nombreux magasins et restaurants. Quelques-uns restent plus traditionnels : vaisselle de qualité et fabrication de kimono (il est d’ailleurs possible d’observer l’artisan en train de peindre un kimono). Sur cette rue, on peut également visiter une forêt de bambous.

Liens externes[modifier | modifier le code]