Arabes des marais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Une barque sur l'Euphrate

Les Arabes des marais (arabe : عرب الأهوار), appelés aussi Maadans ou Ma'dans (arabe : معدان), sont les habitants de la région des grands marais du delta du Tigre et de l’Euphrate, au sud de l'Irak, région où se situait selon la légende le Jardin d’Eden biblique.

Ainsi que l’attestent des bas-reliefs sumériens, les Arabes des marais vivent de la même façon qu’il y a 5 000 ans, dans des villages lacustres formés de maisons de roseaux parsemés sur de vastes étendues d'eau.

Ils étaient plus de 250 000 à vivre dans les marais avant la guerre Iran-Irak, mais leur nombre n'a cessé de décroître depuis. Après l'échec de l'insurrection de 1991 et la décision de Saddam Hussein d'assécher les marais pour en déloger les insurgés, le nombre des habitants des marais est tombé à quelques dizaine de milliers d'individus. Depuis 2003, les Arabes des marais ont fait sauter les digues et en partie réoccupé leur ancien territoire avec l'aide du gouvernement irakien et de l'ONU[1].

Les Arabes des marais et Saddam Hussein[modifier | modifier le code]

Leur mode de vie primitif dans les marais, où il n'y a ni eau courante ni électricité, a valu aux Arabes des marais le mépris de beaucoup de citadins irakiens, au point que le mot "Maadan" est devenu une insulte, synonyme d'arriéré, sauvage.

En plus de partager ce mépris d'ordre social à l'égard du "peuple des roseaux", Saddam Hussein leur tenait une rancune particulière du fait qu'ils aient offert asile et aide aux déserteurs irakiens de la guerre Iran-Irak et à cause de leur participation supposée à l'insurrection de 1991.

Selon son médecin personnel, Saddam Hussein aurait tenu à l'égard des habitants des marais les propos suivants: "Les Arabes des marais, ce ne sont pas de vrais Arabes. Ils sont venus d'Inde avec leurs buffles parce qu'il y a mille deux cent cinquante ans, les califes abbassides avaient besoin de main-d'œuvre, mais ils n'ont pas évolué depuis. Ils ne sont pas comme les autres Irakiens. Ils n'ont aucune moralité. Ils mentent, volent et n'ont aucune fierté. Leur comportement n'est pas comme le nôtre. Les femmes en particulier sont totalement amorales et dépourvues de principes. Ces gens mènent une vie indécente." (Dr Ala Bashir, Le Médecin de Saddam, éd. JC Lattès, 2004, p. 196-197)

La restauration des marais après 2003[modifier | modifier le code]

En 2003, profitant de l’absence de pouvoir central après la chute de Saddam Hussein, certains habitants des marais ont fait sauter les digues construites par l'ancien régime. Cette reconquête des terres humides a été soutenue par le Programme des Nations unies pour l'environnement en 2004. Grâce à une série d'années humides, l'écosystème est en voie de reconstitution, et la pêche et l'élevage du buffle sont redevenus viables. Une partie de la population déplacée a pu revenir sur place, beaucoup préférant cependant rester en ville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Intérieur d'un mudhif (maison commune
  • L'Aube du monde, film de fiction réalisé par Abbas Fahdel en 2008. Le film raconte une dramatique histoire d'amour entre un soldat irakien rescapé de la guerre du Golfe et une jeune Maadan, avec pour toile de fond les tragiques conséquences de la guerre sur l'existence des Arabes des marais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Shakir Salim, Marsh Dwellers of the Euphrates Delta, London, The Athlone Press, 1962
  • Wilfred Thesiger, Les Arabes des marais, éd. Plon, 1983, coll. Terre humaine.
  • Wilfred Thesiger, Visions d'un nomade, éd. Plon, 1987, coll. Terre humaine.
  • Gavin Maxwell, Le Peuple des roseaux, éd. Flammarion, 1961, coll. L'Aventure vécue.
  • Gavin Young (texte) et Nik Wheeler (photos), Return to the Marshes, éd. Collins, 1977.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • L'Aube du monde, film d’Abbas Fahdel, 2008.
  • Zaman, l’homme des roseaux, film d’Amer Alwan, 2003.
  • Al-Ahwar (Les marais), documentaire de Kassem Hawal, 1975.
un mashoof (barque) dans les marais

Références[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cyril Hofstein, « Irak, le peuple des marais », Le Figaro Magazine, semaine du 22 novembre 2013, pages 64-72.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]