Ara vert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ara vert

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ara severa

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae
Genre Ara

Nom binominal

Ara severus
(Linnaeus, 1758)

Répartition géographique

alt=Description de l'image Ara severaVC-sjpg.jpg.


Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 06/06/81

L'Ara vert ou Ara sévère (Ara severus) est une espèce de Psittacidé de taille relativement modeste pour le genre Ara.

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau présente un plumage vert avec le front marron. Sa face est nue et blanche. Ses épaules sont rouges, tout comme le dessous des ailes et de la queue. Ses rémiges sont bleues. Son bec est noir et ses iris jaunes.

Il mesure environ 46 cm pour une envergure de 76 cm et un poids de 430 g. Il ne présente pas de dimorphisme sexuel[1].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, il existe deux sous-espèces :

  • Ara severus castaneifrons Lafresnaye, 1847 ;
  • Ara severus severus (Linnaeus, 1758).

Répartition[modifier | modifier le code]

Cet oiseau est très répandu au Panama, en Colombie, au Venezuela, au Brésil et dans le nord de la Bolivie[1]. Il est peut-être acclimaté dans le sud de la Floride[2].

Habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce peuple les forêts tropicales et les forêts-galeries longeant les fleuves[1].

Comportement[modifier | modifier le code]

Cet oiseau vit généralement en couples, mais lors de la maturité des mangues, des groupes d'une vingtaine d'individus peuvent se régaler ensemble de ces fruits[1].

Reproduction[modifier | modifier le code]

La saison de reproduction commence en février. Le nid est construit dans le creux d'un palmier[1].

Captivité[modifier | modifier le code]

Cet Ara de taille modeste pour le genre est assez populaire en captivité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Mario D. & Conzo G., 2004, Le grand livre des perroquets, de Vecchi, Paris.
  2. Sibley D.A. (2006) Le guide Sibley des oiseaux de l'est de l'Amérique du Nord. Ed. Michel Quintin, Waterloo, Canada, 433 p.

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :