Ara de Spix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cyanopsitta spixii

Description de cette image, également commentée ci-après

Dessin d'un Ara de Spix par Joseph Smit

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae

Genre

Cyanopsitta
Bonaparte, 1854

Nom binominal

Cyanopsitta spixii
(Wagler 1832)

Statut de conservation UICN

( EW)
EWD : Éteint à l'état sauvage

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/75

L’Ara de Spix (Cyanopsitta spixii) est un oiseau très menacé appartenant à la famille des psittacidés. Il a été nommée ainsi en hommage au zoologiste et un explorateur allemand Johann Baptist von Spix (1781-1826).

Description[modifier | modifier le code]

C'est un ara de taille moyenne, entièrement bleu, légèrement verdâtre sur la poitrine et le ventre. La tête est gris clair teinté de bleu et le bec noirâtre.

Population et conservation[modifier | modifier le code]

Bien que totalement protégé par la législation brésilienne depuis 1967, l’Ara de Spix n’a été redécouvert dans la nature qu’en 1985, quand 5 oiseaux (dont 2 couples) furent localisés dans le Nord de l’État de Bahia. Des piégeurs avaient été actifs dans la région pendant une quinzaine d’années, capturant au minimum 23 oiseaux, voire 40, et il semble qu’en 1988 les 5 derniers avaient été braconnés. Cependant, un dernier survivant sauvage fut localisé en 1990. On se rendit compte alors que, si le piégeage était responsable de la raréfaction récente de l’espèce, sa cause essentielle était la destruction des forêts constituant son habitat de nidification, dont il ne subsisterait plus que 30 km2.

En 1990, les autorités brésiliennes de conservation de la nature ont créé un Comité permanent pour la restauration de l’Ara de Spix, qui rassemble diverses parties intéressées, dont la plupart des détenteurs d’oiseaux captifs, ainsi que des représentants d’organismes internationaux de conservation de la nature. Des essais ont été tentés afin d’améliorer les résultats de la reproduction en captivité, ce qui a porté à plus de 30 individus le nombre d’aras captifs ; mais la plupart de ceux-ci sont très apparentés, ce qui pourrait entraîner des problèmes de consanguinité. En outre, se pose la question de savoir si des oiseaux nés en captivité ont la capacité de servir réellement les intérêts de l’espèce. En effet, chez les aras, les relations avec leur milieu sont basées sur l’apprentissage et la transmission des traditions. Il leur faut des années pour découvrir les secrets de leur environnement, et il semble peu probable que des oiseaux nés en captivité et appartenant à une espèce éteinte à l’état sauvage seraient aptes, en partant de zéro, à retrouver les informations dont ils ont besoin.

En 1995, après analyse des plumes de l’Ara de Spix encore en liberté, réalisée dans le but d’en confirmer le sexe (mâle), une femelle captive mais d’origine sauvage fut relâchée pour qu’elle le rejoigne. Cependant, le mâle sauvage s’était apparié avec un Ara d'Illiger solitaire, et bien que la femelle relâchée ait rencontré le mâle, ils ne formèrent pas de couple, peut-être à cause de l’Ara d’Illiger, et par conséquent la femelle disparut. Quant au mâle, il n’a plus été revu depuis l'an 2000 et il est probablement mort ; selon l'UICN, l’espèce est donc désormais probablement éteinte dans la nature, et ne subsiste plus qu’en captivité.

L’Ara de Spix figure à l’annexe I de la CITES depuis sa création (cette annexe I regroupe les espèces dont le statut est si défavorable qu’aucune forme de commerce n’est acceptable) ; la possession privée de cet ara a même été prohibée par la loi brésilienne depuis les années 1960, ce qui n’a pas empêché les derniers spécimens d’aboutir entre les mains des plus riches collectionneurs du monde. Aucune législation n’a pu par elle-même aider une espèce aussi convoitée.

Les quelques dizaines d'individus vivant en captivité sont désormais présents au Qatar, aux îles Canaries (Espagne), en Allemagne et au Brésil même. Une coordination est actuellement mise en place pour reconstituer une population plus importante par échange des individus.

Institution \ Effectifs en 2010 Mâles Femelles Juvéniles Total
Al Wabra Wildlife Preservation, Qatar 24 36 4 64
Association for the Conservation of Threatened Parrots (ACTP), Berlin, Allemagne 4 3 1 8
Fondation Loro Parque, Tenerife, Îles Canaries, Espagne 0 1 0 1
Fondation Lymington, São Paulo, Brésil 1 0 0 1
Nest, Avare, Brésil 3 7 0 10
Éleveurs privés  ?  ? ~13 ~13
Total 32 47 4 96

Note: Tableau basé sur les données du Al Wabra ICMBio de juin 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Genre Cyanopsitta[modifier | modifier le code]

Espèce Cyanopsitta spixii[modifier | modifier le code]