Ar-pi-uck-i

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sam Jones.

Sam Jones ou Ar-pi-uck-i[1] de son nom Mvskoke, dont on admet généralement qu'il est né en 1760 en Géorgie[2] et mort en 1860 en Floride[2], était un important chef spirituel (à la fois alektca ou « homme médecine » et chef de guerre) des Miccosukees (une tribu Séminole Muskogee du sud-ouest des États-Unis. L'écriture de son nom est variable, il est cité dans certains ouvrages comme: Aripeka[3],[4],[5], Aripeika[6], Opoica[7], Arpeika[8],Abiaka[9], Apiaka[4], Apeiaka[4], Appiaca[4],Appiacca[10], Apayaka Hadjo (Crotale fou)[2]. Le nom vient du mot en langue mvskokee[11] « abihka »[12]. Ar-pi-uck-i fut le seul chef Creek, Séminole, ou Miccosukee à avoir défié avec succès le gouvernement américain et refusé la déportation de son peuple vers le Territoire indien à l'ouest du Mississippi. Son influence lors de la Seconde Guerre séminole (1835-1842) permit que demeure une présence permanente des peuples premiers américains en Floride.

Tuko-See-Mathla qui représentait Ar-pi-uck-i lors de la signature du Traité de Fort Gibson.

Les traités[modifier | modifier le code]

Les Traités avec les États-Unis dont Ar-pi-uck-i est signataire sont le Traité de Payne's Landing (officiellement Treaty with the Seminole, 1832), le 9 mai 1832[13], puis le Traité de Fort Gibson, sur l'Arkansas River (officiellement: Treaty with the Seminole, 1833) du 28 mars 1833[14] signé par procuration par Tokose Mathla (aussi connu sous les noms de Tuko-See-Mathla et de John Hicks), pour Ar-pi-uck-i, visitant alors les terres destinées à la réinstallation dans le Territoire indien[15]. Ces signatures sont obtenues par la force ou sous la menace, car Ar-pi-uck-i est opposé à la déportation.

Seconde Guerre séminole 1835-1842[modifier | modifier le code]

Malgré son âge avancé (plus de 70 ans lors du début du conflit), la présence d'Ar-pi-uck-i, lors d'importantes batailles de la Seconde Guerre séminole est attestée. À celle du lac Okeechobee (25 décembre 1837), avec les chefs Alligator et Coacoochee[16], il conduit quelque 400 guerriers face aux troupes du colonel Taylor composées de plus de 800 hommes. Seule une douzaine de Séminoles sont tués lors de l'engagement mais les américains perdent eux 26 soldats et dénombrent 112 blessés[16]. Les troupes séminoles font ensuite mouvement vers les marais, ou Taylor et ses hommes n'osent les poursuivre. Les Américains célèbrent cependant la bataille du Lac Okeechobee comme une grande victoire de l'Armée[17], elle vaut même à Taylor sa promotion au grade de brigadier-général en janvier 1838.

Le Lieutenant Levin M. Powell de la Navy, à la tête d'une force mixte composée d'environ 80 marins, artilleurs et fantassins, est envoyé par le général General Jesup explorer le bras sud-ouest de la Loxahatchee River, afin d'en déloger les Séminoles et les contraindre à faire mouvement vers le sud. Le 15 janvier 1838, le détachement américain engage Ar-pi-uck-i et ses guerriers. Powell perd cinq hommes et dénombre vingt deux blessés parmi ses hommes[18].

Le 22 mars 1838, Ar-pi-uck-i à la tête d'un nombre inconnu de guerriers séminoles est attaqué par une troupe composée de 223 volontaires de la milice du Tennessee et de 38 hommes des troupes régulières de l'armée américaine, conduites par le major William Lauderdale[19]. Lors de la bataille dite de Pine Island Ridge, les troupes américaines sont contraintes d'attaquer l'île alors que les hommes ont de l'eau jusqu'à la ceinture et que les Séminoles installés sur l'île ouvrent le feu[20], et c'est une nouvelle victoire des Séminoles. Cette attaque fut décidée par mesure de rétorsion suite au « massacre » de la famille Cooley, le 6 janvier 1836, par une vingtaine de Séminoles qui attaquèrent la demeure de William Cooley située dans la colonie dite de New River, à une douzaine de kilomètres de Pine Island Ridge. Madame Cooley, ses enfants et Joseph Flinton, le précepteur des enfants sont tués, Cooley, lui survit à l'attaque. Les Séminoles pillent et brulent ensuite la ferme des Cooley, mais n'attaquent pas les autres résidents de New River[21].

En 1841, une année avant la fin de cette guerre, Ar-pi-uck-i, occupe la région située à l'embouchure de la Kissimmee River et la rive est du lac Okeechobee.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Ar-pi-uck-i, après la Troisième Guerre séminole de 1855 à 1858, s'installa dans le Big Cypress Swamp (« marais du grand cyprès » qui deviendra la Réserve nationale de Big Cypress). Il semble qu'il était alors entouré d'un groupe de dix-sept guerriers ainsi que de nombreuses femmes et enfants. Il ne joua pas de rôle important lors de cette dernière guerre en raison de son grand âge.

Hommages posthumes[modifier | modifier le code]

  • Une sculpture représentant Ar-pi-uck-i conduisant femmes et enfants à l'abri ainsi qu'une exposition consacrée à Ar-pi-uck-i (Sam Jones, Abiaka), se trouve dans le Tree Tops Park de Pine Island Ridge. Une copie de cette sculpture est également exposée au Ah-Tah-Thi-Ki Museum de la Réserve indienne de Big Cypress
  • Aripeka dans le comté de Pasco[22] – localité nommée en l'honneur de Ar-pi-uck-i (Sam Jones)
  • Son nom apparaît dans un poème de James Ryder Randall de 1859, sous la forme de Arpeik[23].
  • Le Ah-Tha-Thi-Ki (en français: « pour apprendre ») Museum de la Réserve séminole de Big Cypress Reservation est située près du lieu présumé de la sépulture d'Abiaca (Sam Jones).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Joshua Reed Giddings, The exiles of Florida, or, The crimes committed by our government against the Maroons : who fled from South Carolina and other slave states, seeking protection under Spanish law, Columbus, Ohio : Follett, Foster and Co., 1858.
  • Harvey Markowitz et McCrea Adams, « Arpeika » dans American Indian biographies, Pasadena, Calif. : Salem Press, 1999. ISBN 9781587650369
  • Milton Meltzer, Hunted like a wolf; the story of the Seminole War, New York, Farrar, Straus and Giroux, 1972. ISBN 9780374335212
  • John Missall, Mary Lou Missall, The Seminole Wars: America's Longest Indian Conflict. University Press of Florida 2004. ISBN 9780813027159
  • Wilfred T Neill, The story of Florida's Seminole Indians, St. Petersburg, Fla., Great Outdoors 1964.
  • John Titcomb Sprague, The origin, progress, and conclusions of the Florida war, New York : D. Appleton ; Philadelphia : G.S. Appleton, 1848. (OCLC 15322747)
  • William Alexander Read, Florida Place-Names of Indian Origin and Seminole Personal Names, Louisiana State University Press, 1934

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Treaty With The Seminole, May 9, 1832. | 7 Stat., 368. |Proclamation, April 12, 1834.Indian Affairs: Laws And Treaties Vol. II, Treaties, compiled and edited by Charles J. Kappler. Washington : Government Printing Office, 1904. page images: 344, 345
  2. a, b et c Markowitz et Barrett, page 16
  3. Giddings, 1858
  4. a, b, c et d Read, 1934
  5. Neill, 1964
  6. (en) Name Origins of Florida Places, Florida Facts, Cultural & Historical Programs, Florida Department of State, website,
  7. (en) Chronicles of Oklahoma, Volume 9, No. 4, December, 1931, REPORT OF CHEROKEE DEPUTATION INTO FLORIDA, Grant Foreman, Page 423,
  8. (en) The Seminole Indians of the State of Florida, Plaintiff, v The United States of America, Defendant, Docket No. 73-A, 25 Ind. C1. Comm 25, Before the Indians Claims Commission, Decided March 24, 1971,
  9. (en) « Osceola and Abiaka » dans Seminole Tribe of Florida: History, The Seminole Tribe of Florida
  10. (en) 25th Congress, 2d Session. (Senate.) (507) Message From The President of The United States, Transmitting A report from Major General Jesup of his operations whilst commanding the army in Florida, in compliance with a resolution of the Senate of the 6th instant., 7 juillet 1838, Digital Library of Georgia at the University of Georgia Libraries.
  11. muskogee ou muscogee. Mvskokee en langue Creek
  12. Le village d'Abihka ou Abhika que l'on peut traduire par « empiler à la base », « entasser à la racine », un ancien village creek sur la partie haute de la Coosa River en Alabama. Ce nom fut conféré au village parce que « lors d'une lutte pour la suprématie, ses guerriers entassèrent une pile de scalps, de leurs ennemis, recouvrant la base du poteau de guerre. » Read, 1934
  13. (en) Kappler, Treaty with the Seminole, 1832, page images 344, 345
  14. (en) Treaty With The Seminole, 1833. Mar. 28, 1833., 7 Stat., 423. ,Proclamation, Apr. 12, 1834, Indian Affairs: Laws and Treaties, Vol. II, Treaties, Compiled and edited by Charles J. Kappler. Washington : Government Printing Office, 1904, page images: 394, 395
  15. (en) Florida Historical Quarterly, July, 1951-April, 1952, Volume XXX, Number 1, Published by the Florida Historical Society, page 46.
  16. a et b Meltzer, p. 127.
  17. Missall, pages 142-143.
  18. Metzler, pages 128-129.
  19. Sprague, p. 195.
  20. Avec ses 9 mètres au-dessus du niveau de la mer, Pine Island Ridge est le point culminant du comté de Broward.
  21. Paul S. George, A Jewel in the Wilderness: Fort Lauderdale From Early Times to 1911, Fort Lauderdale, Fla. : Historic Broward County Preservation Board, 1988.
  22. Aripeka Historic Marker
  23. James Ryder Randall, Matthew Page Andrews, The poems of James Ryder Randall, New York, Tandy-Thomas, 1910. (OCLC 3200056)