Aqueduc de l'Aqua Alexandrina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aqueduc de l'Aqua Alexandrina
Plan du Latium antique avec l'Aqua Alexandriana en rouge.
Plan du Latium antique avec l'Aqua Alexandriana en rouge.
Plan de la Rome antique avec l'Aqua Alexandriana en rouge.
Plan de la Rome antique avec l'Aqua Alexandriana en rouge.
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Coordonnées 41° 54′ 29″ N 12° 30′ 16″ E / 41.90817, 12.50449141° 54′ 29″ N 12° 30′ 16″ E / 41.90817, 12.504491  
Fin Rome
41° 54′ 29″ N 12° 30′ 16″ E / 41.90817, 12.504491  
Caractéristiques
Statut actuel En ruine
Longueur d'origine 22 km
Altitudes Début : > 250 m
Fin : ~ 20 m
Dénivelé ~ 230 m
Usage Eau potable
Infrastructures
Matériaux Maçonnerie
Histoire
Année début travaux 226
Commanditaire Sévère Alexandre

L'aqueduc de l'Aqua Alexandrina ou Aqueduc d'Alexandre (en latin : Aqua Alexandrina ou parfois Aqua Alexandriana[1], en italien : Acquedotto alessandrino) est le dernier aqueduc construit sous la Rome antique.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'aqueduc est construit en 226 sous le règne de l'empereur Alexandre Sévère qui souhaite augmenter l'approvisionnement en eau des thermes de Néron qu'il fait agrandir[a 1]. L'aqueduc est réparé une première fois à l'époque de Dioclétien entre le IIIe et le IVe siècle, puis une nouvelle fois entre le Ve et le VIe siècle. Il est réparé une dernière fois durant le VIIIe siècle durant le pontificat d'Adrien Ier. L'aqueduc est décrit par Raffaello Fabretti en 1680.

Description[modifier | modifier le code]

L'aqueduc recueille l'eau du Marécage Borghese à la source où jaillit le Pantano près de la Voie Prénestine. Il rejoint Rome avec un parcours presque entièrement souterrain, quelques arches permettent de rejoindre les vallées. Il aboutit près de la Porte Majeure sur l'Esquilin et, de là, gagne le Champ de Mars par des canaux souterrains où il fournit les thermes de Néron, restaurés par Sévère Alexandre la même année, en 226, et renommés pour l'occasion thermes d'Alexandre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  • Sources antiques :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press,‎ 1929 (lire en ligne)
  • (fr) Luc Duret et Jean-Paul Néraudeau, Urbanisme et métamorphose de la Rome antique, Les Belles Lettres, coll. « Realia »,‎ 2001

Articles connexes[modifier | modifier le code]