Aquaria (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aquaria.
Aquaria
image

Éditeur Bit Blot (Windows/Linux)

Ambrosia Software (Mac OS X)

Développeur Bit Blot
Concepteur Alec Holowka, Derek Yu
Musique Alec Holowka

Date de sortie 7 décembre 2007 (Windows)

13 novembre 2008 (Macintosh)
15 décembre 2008 (Steam)
4 mai 2010 (Linux)
2 novembre 2011 (iOS)
18 juin 2013 (Android)

Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Windows, Mac OS X, Linux, iPad et Android
Média Téléchargement

Aquaria est un jeu vidéo conçu par Alec Holowka et Derek Yu sous le nom Bit Blot[1], studio de jeux indépendants. Il s’agit d’un jeu d'action-aventure 2D à défilement dans un univers de fantasy sous-marin. Il a été publié en décembre 2007 pour Windows après deux ans de développement. Un portage sous Mac OS X a été réalisé en novembre 2008, et une mise à jour du jeu est sortie sur Steam la même année. Une version Linux est sortie en 2010 dans le cadre du Humble Indie Bundle et une version pour iPad est sortie en novembre 2011[2]. Un portage Android a été réalisé pour le Humble Bundle Android 6 en juin 2013.

Le scénario laisse de la place à l'action et à l'exploration.

Trame[modifier | modifier le code]

Aquaria nous met dans la peau de Naija, une créature aquatique amnésique qui méconnaît le monde extérieur de sa maison, comme elle «vit comme une simple créature"[3]. L'histoire nous est racontée par une Naija future. Ces récits servent de source principale d'information sur Naija au cours du jeu, agrémenté de quelques cinématiques. Après avoir été confronté à un mystérieux personnage et à une série de flashbacks dont elle ne comprend pas le sens, Naija se réveille. Se sentant seul, étant l'unique membre de son espèce, Naija décide alors de partir explorer le monde autour d'elle[3],[4]. Tandis que le joueur découvre ce monde inexploré, Naija découvre l'histoire du monde, "Aquaria" mais aussi sur son propre passé. Le jeu se déroule dans un monde ouvert, et le joueur n'est pas obligé de suivre l'intrigue dans un ordre précis. Le seul facteur limitant est le fait que certaines zones ne peuvent être accessibles qu'à l'aide d'une forme spécifique. Cela permettra la mise en place de certains éléments de la trame plus tard dans le jeu[5]. Le récit de la majorité du jeu est centré autour de l'exploration par Naija d'une série de civilisations en ruine, contenant chacune un énorme monstre. Ces civilisations représentent les différentes régions du jeu.

Vers la fin du jeu, Naija découvre que toutes les civilisations en ruine qu'elle a découvert au cours du jeu ont été détruites par un dieu, «le Créateur», qui était jaloux de la montée en puissance de cette civilisation ou de leurs dieux. Les puissants monstres qu'elle a trouvé et vaincu dans chaque région étaient autrefois les dieux de cette civilisation. Chacune de ces civilisations a un pouvoir unique, symbolisé par la forme que Naija apprend après avoir vaincu leurs anciens dieux. Avec Li, un plongeur humain venant de la terre ferme, elle découvre la surface de l'océan puis Naija descend vers le fond de la mer pour affronter le dieu. Là, elle découvre que le Créateur est tombé dans l'océan lorsqu'il était un enfant, et a reçu des pouvoirs d'un esprit ancien. Il a ensuite créé Aquaria, en tissant le verset d'une berceuse que sa mère avait chanté pour lui, ce verset étant la seule partie de la chanson dont il se souvient[6]. La ​​mélodie de cette chanson, le "verset", est ce qui permet Naija d'influencer le monde autour d'elle au travers de chansons, des morceaux de la mélodie peuvent être entendu sous différentes formes dans les chansons au sein de la bande originale du jeu[7].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Naija dans sa forme initiale chevauchant un hippocampe à côté d'un dragon de mer. Autour d'elle se trouve l'anneau des 8 notes qui permettent au joueur de jouer les chansons.

Aquaria est un jeu d'action-aventure 2D, centré principalement sur l'exploration et la résolution de puzzles avec un gameplay non linéaire dans un monde aquatique ouvert.

Naija interagit sur son environnement en utilisant un système de notes de musique à activer dans un certain ordre. Certaines chansons permettent par exemple de soulever des rochers ou de créer un bouclier de protection. De même, certaines chansons permettent de changer l'apparence et les capacités de Naija, ainsi, la forme d'énergie permet de lancer des projectiles sur les ennemis ou bien la forme de lumière qui permet d'éclairer les zones sombres.

Fichier audio
Musique du trailer d'Aquaria (info)
Musique du trailer d'Aquaria, avec la musique, la voix et les sons provenant du jeu

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Des ingrédients peuvent être collectés tout au long du jeu permettant de cuisiner certaines préparations comme des potions de santé.

Développement[modifier | modifier le code]

Aquaria est devenu Open source pour le Humble Indie Bundle[8].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 7/10 [9]
IGN (US) 7.4/10 [5]
Jeuxvideo.com (FR) 17/20 [10]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 83 % [11]
Metacritic 82 % [12]
MobyGames 83 % [13]

Aquaria a reçu le Grand Prix Seamus McNally à la 9e édition de l'Independent Games Festival de 2007 et était aussi finaliste dans les catégories Design Innovation, Excellence in Visual Art et Excellence in Audio. Le festival a applaudi le jeu sur "ses contrôles fluides, son gameplay non linéaire et ses graphismes dynamiques dessinés à la main façon livre de contes"[14].

Jenna Sharpe, Alec Holowka et Derek Yu acceptant le grand prix en 2007 de l'Independent Games Festival

Le jeu a reçu des éloges de nombreux testeurs; Cam Shea d'IGN a trouvé que c'était "un magnifique effort d'une si petit équipe"[5], pour Richard Naik de GameCritics, c'est "un produit de haute qualité" et un très bon exemple des jeux à défilement alors que Chris Dahlen de The Onion dit "une aventure rétro comme un regard neuf sur tout ce qui a fait les bonnes vieilles aventures 2D". Les éloges du jeu se sont principalement centré sur le rendu visuel et l'atmosphère.

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bitblot - company », Bit Blot (consulté le 18 novembre 2008)
  2. http://vimeo.com/29644366
  3. a et b Naija: If she had not appeared before me in that moment, I might have stayed in those waters for the rest of my days, living as a simple creature. But I was compelled to follow. Bit Blot, Aquaria, Bit Blot, Windows, 2007
  4. Naija: If I had stayed there, I might have found peace. But eventually, loneliness and restlessness drove me away. Bit Blot, Aquaria, Bit Blot, Windows, 07 décembre 2007
  5. a, b et c (en) Cam Shea, « Aquaria AU Review », IGN,‎ 9 janvier 2008 (consulté en 11 décembre 2009)
  6. Creator: I created all that you have witnessed... It all spring from my mind, my efforts. Bit Blot, Aquaria, Bit Blot, Windows, 07 décembre 2007
  7. (en) Jeriaska, « Interview: Aquaria Piano Jam – Alec Holowka's Watershed Soundtrack Release », Gamasutra,‎ 7 décembre 2009 (consulté en 14 décembre 2009)
  8. Aquaria devient Open Source
  9. Aquaria Review sur eurogamer.net
  10. Test de Aquaria sur jeuxvideo.com
  11. Aquaria for PC sur gamerankings.com
  12. Aquaria for PC sur metacritic.com
  13. Aquaria for PC sur mobygames.com
  14. (en) « 2007 Independent Games Festival Winners », Independent Games Festival (consulté en 10 décembre 2009)