April (association)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir April.

l'April

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Engager toute action susceptible d'assurer la promotion, le développement, la recherche et la démocratisation de l'informatique libre[1]
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation Novembre 1996
Fondateur Frédéric Couchet[2]
Identité
Siège Paris
Président Lionel Allorge[2]
Vice-président Jean-Christophe Becquet[2], Rémi Boulle[2]
Secrétaire général Magali Garnero[2]
Trésorier François Poulain[2]
Financement - Cotisations des membres
- Dons
- Prix de prestations fournies par l'association
- Subventions[1]
Membres 5 334 adhérents (4 885 individus et 449 entreprises, associations et organisations)[3]
Slogan Promouvoir et défendre le logiciel libre
Site web www.april.org

L'April est la principale association de promotion et la défense du logiciel libre dans l'espace francophone.

À ce titre, elle entretient depuis le début des rapports étroits avec la Free Software Foundation, et était chargée de la traduction de la section philosophie[4] du projet GNU.

Histoire[modifier | modifier le code]

En novembre 1996, des étudiants du laboratoire informatique de l'Université Paris VIII de Saint Denis créent une association dont le but est de promouvoir le logiciel libre en France. Le nom choisi est « April - Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre ». Plus tard, cet acronyme sera abandonné pour être remplacé par le nom de l'association puis le slogan : « April - Promouvoir et défendre le logiciel libre ».

Quelques dates[modifier | modifier le code]

  • Novembre 1998 : L'April accueille pour la première fois Richard Stallman en conférence, à l'université Paris 8[5].
  • Avril 2000 : Premières adhésions de personnes morales
  • Avril 2001 : Frédéric Couchet, Loïc Dachary et Raphaël Rousseau créent la FSF France en modifiant l'association Gna.
  • Janvier 2002 : Lancement du groupe de travail « Logiciels libres et patrimoine mondial » par Benoît Sibaud.
  • Janvier 2007 : Lancement du projet candidats.fr[6]
  • Juillet 2007 : L'association enregistre une grande augmentation des adhésions et fête son 1 500e membre[7].
  • Septembre 2008 : L'association reçoit un Lutèce d'Or à l'occasion de Paris Capitale du Libre
  • Juin 2009 : L'association dépasse les 5 000 adhérents[8].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Afin de promouvoir et de défendre le logiciel libre dans l'espace francophone et européen, l'April s'emploie à fédérer les différents acteurs, afin de tirer parti de cette force. Ces trois objectifs — promouvoir, défendre le logiciel libre et fédérer les énergies — constituent les missions principales de l'April.

Promouvoir[modifier | modifier le code]

Activité de sensibilisation et d'information avant tout, c'est l'activité principale de l'April. Cette promotion se fait aussi bien à travers une participation aux grands évènements nationaux, qu'en accompagnant les institutions dans leur passage à l'informatique libre. Ainsi, l'April a participé activement au passage des postes de travail des députés sous la distribution de logiciels libres Ubuntu. Le réseau d'entreprises adhérentes, sous la supervision de l'April, a publié fin 2007 un livre blanc : Les modèles économiques du Logiciel Libre[9].

Défendre[modifier | modifier le code]

Parce qu'il existe encore de nombreux opposants aux logiciels libres, il est important de continuer à lutter contre les campagnes de désinformations et les offres commerciales qui privent l'utilisateur (en particulier institutionnel) de sa liberté. Cette lutte se mène également au plan législatif et juridique, afin de prévenir des dérives législatives ou judiciaires qui pourraient freiner le développement du logiciel libre. En 2007, un chargé de mission « veille institutionnelle » a pris ce dossier à plein temps au sein de l'April.[non neutre]

Fédérer[modifier | modifier le code]

L'union fait la force, c'est sur cette maxime que l'April s'est depuis longtemps basée pour fédérer associations et entreprises qui ont fait le choix d'utiliser, de promouvoir ou de défendre le logiciel libre. L'April fédère désormais plus de 300 entreprises françaises.[réf. nécessaire]

Activités[modifier | modifier le code]

Afin de remplir ses objectifs, l'April mène différentes actions, dont voici quelques exemples :

Elle s'occupe aussi de sujets annexes, tels que la lutte contre les brevets logiciels, et les problèmes de la transposition de la Directive européenne sur le copyright.

Depuis le 15 juin 2006, l'April est membre du Conseil d'orientation du Forum des droits sur l'internet en tant que représentante des utilisateurs.

Initiative candidats.fr[modifier | modifier le code]

À l'occasion de chaque élection, l'April contacte les candidats afin de connaître leurs positions sur le logiciel libre, la brevetabilité, mesures techniques (DRM), lois DADVSI et HADOPI, interopérabilité, "vente liée", "informatique déloyale"...

Présidentielle 2007[modifier | modifier le code]

L'April a proposé à chaque candidat à l’élection présidentielle de 2007 en France un questionnaire et une liste d'engagement. Cet appel est associé à une déclaration d'utilisation des logiciels libres qui peut être signé par des particuliers ou des organisations. La mairie d'Hérimoncourt est la première collectivité territoriale française à l'avoir signé. Les Verts de Languedoc-Roussillon et le Mouvement des jeunes socialistes de Gironde font également partie des premiers signataires[13].

Nicolas Dupont-Aignan a répondu alors qu'il savait qu'il ne recueillerait pas les 500 signatures d'élus nécessaires pour être candidat à la présidentielle. Il déclara notamment que la brevetabilité des œuvres de l'esprit dont notamment les logiciels est interdite par une directive européenne datant de 1973 et ne pas souhaiter l'abolition de cette directive[14].

Arlette Laguiller a annoncé dès le début de la campagne qu'elle ne répondrait pas au questionnaire faute de conseillers en nouvelles technologies suffisamment renseignés pour lui permettre de « répondre avec la compétence et la précision voulues » pour un sujet qu'elle qualifie néanmoins d'important[15]. Frédéric Nihous, Philippe de Villiers et Gérard Schivardi n'ont pas répondu au questionnaire. Les autres candidats à l'exception de Nicolas Sarkozy se sont prononcé en défaveur de la brevetabilité des logiciels et en faveur de commande de logiciels libres par l'administration. Cette dernière position est notamment motivée par la nécessité de maîtrise de l'équipement en logiciel, en particulier pour tout ce qui concerne la sécurité[16].

Le questionnaire de l'initiative candidats.fr et les propositions portaient notamment sur la question des brevets en général et celle des brevets logiciels en particulier[17]. Nicolas Sarkozy s'est engagé à répondre au questionnaire et à se prononcer sur les propositions. Il a répondu au questionnaire alors que la campagne du premier tour s'achevait et ne s'est pas prononcé sur les propositions.

Législatives 2007[modifier | modifier le code]

L'initiative a également été mise en œuvre lors des élections législatives 2007. L'association a proposé aux candidats de signer le pacte pour le logiciel libre, où ils s'engagent à promouvoir et défendre le logiciel libre.

523 candidats ont signé ce pacte, parmi lesquels 71 ont été élus. D'autres députés ont signé le pacte après leur élection, ce qui explique que le nombre de députés signataires[18] soit supérieur à 71.

Municipales et Cantonales 2008[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections locales des 9 et 16 mars 2008, l'April relance l'initiative Candidats.fr et met le Logiciel Libre et les standards ouverts au programme des candidats et des citoyens.

Une vingtaine[19] d'élus locaux ont signé le pacte.

Européennes 2009[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections européennes (6 et 7 juin 2009), l'April propose une initiative commune à tous les pays européens via le site freesoftwarepact.eu[20]. 216 candidats signent le pacte. La France récolte la moitié des signatures de candidats, parmi lesquels 17 sont élus.

L'Italie récolte 50 signatures sous l'impulsion de l'Associazione per il software libero (it) et l'Espagne de Hispalinux (es) une trentaine.

Régionales 2010[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections régionales (14 et 21 mars 2010), l'April poursuit son initiative Candidats.fr

270[21] candidats signent le pacte et une centaine est élue.

DADVSI[modifier | modifier le code]

Association de promotion mais aussi de défense du logiciel libre, l'April s'est engagée dans les débats qui ont précédé l'adoption de la loi DADVSI. Elle s'est ensuite jointe à l'opposition à la loi Hadopi.

Sensibilisation[modifier | modifier le code]

Le groupe de travail "sensibilisation"[22] de l'April produit des ressources de communication autour du logiciel libre et de ses enjeux. Publiés sous licence libre, dans des formats ouverts, ils sont destinés à être facilement adaptables aux besoins de tout public intéressé.

Catalogue de logiciels libres[modifier | modifier le code]

L'April a réalisé un catalogue de logiciels libres intitulé « Catalogue Libre. 26 logiciels libres à découvrir »[23]. L'enjeu de ce guide est double. D'une part, présenter des logiciels libres correspondant à des usages quotidiens de l'ordinateur ; par exemple : « lire une vidéo » en référence au célèbre lecteur multimédia VLC. D'autre part, inscrit dans une perspective de promotion du logiciel libre et des sujets afférents, le contenu du catalogue est complété par une série d'encadrés, détaillant des enjeux liés aux logiciels libres comme les brevets logiciels, l'intéropérabilité, les formats, les "menottes numériques"

Affiches[modifier | modifier le code]

L'association a réalisé différentes affiches de sensibilisation dont un poster intitulé « Diffusez vos documents sous licences libres »[24], un poster pour la Campagne éducation : "les logiciels libres : à partager sans compter !"[25], une affiche "les logiciels libres, faites passer !"[26]...

Affiche "les logiciels libres à partager sans compter"

Salariés[modifier | modifier le code]

En juin 2008, l'association compte trois personnes salariées : Frédéric Couchet (délégué général), Alix Cazenave (chargée de mission) et Éva Mathieu (assistante de direction). Jeanne Tadeusz a remplacé Alix Cazenave en mai 2010 ; Aurélia Gilardi a remplacé Éva Mathieu en février 2011 ; Isabella Vanni remplace Aurélia depuis septembre 2014.

Partenaires de l'April[modifier | modifier le code]

En juin 2009, l'association dépasse les 5 000 adhérents personnes physiques et environ 370 adhérents personnes morales[27], dont plus 230 entreprises, 130 associations et 4 collectivités locales.

Membres connus[modifier | modifier le code]

Association[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

  • Canonical, éditeur de distribution GNU/Linux
  • Eyrolles, maison d’édition française spécialisée dans les domaines du livre professionnel et technique
  • InLibroVeritas, maison d’édition française dont l'objectif est le partage et l'échange du savoir et de la culture
  • Neuf Cegetel
  • Google France
  • Mandriva, éditeur français de distribution GNU/Linux
  • Red Hat, éditeur américain de distribution GNU/Linux
  • Steria, une SSII française
  • Sun Microsystems, entreprise du secteur de l'informatique, à l'origine d'OpenOffice.org et de Java
  • Thales, société française d'électronique et d'informatique spécialisée dans l'aérospatial, la défense et les technologies de l'information

Collectivités locales et territoriales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Voir les statuts de l'April
  2. a, b, c, d, e et f Voir le Trombinoscope de l'association
  3. Voir la page Présentation de l'association April
  4. (fr) Philosophie du projet GNU (traduction française)
  5. Plus sur l'histoire de l'April
  6. (fr) http://candidats.fr
  7. « Lettre d'information de l'APRIL du 1er août 2007 »,‎ 26 juillet 2007
  8. « Succès pour la campagne d'adhésion de l'April », April.org,‎ 3 juin 2009
  9. Les modèles économiques du Logiciel Libre
  10. (fr) Ancien groupe de travail « Éducation et logiciel libre »
  11. « Les samedis du libre, à la découverte des nouveaux territoires numériques par les logiciels libres »,‎ 15 août 2006
  12. Groupe de travail samedis du libre
  13. Liste des signatures collectives de la déclaration d'utilisation des logiciels libres
  14. Réponses de Nicolas Dupont-Aignan
  15. La réponse de la candidate Arlette Laguiller sur le site candidats.fr
  16. Les réponses des candidats à la présidentielle sont consultables sur le site candidats.fr Page actualités et page de réponses des candidats à la présidentielle
  17. Le questionnaire - candidats.fr
  18. http://www.candidats.fr/legislatives2007/
  19. http://www.candidats.fr/municipales2008/
  20. http://www.freesoftwarepact.eu/
  21. http://www.candidats.fr/regionales2010/
  22. http://wiki.april.org/w/Sensibilisation
  23. http://www.april.org/catalogue_libre
  24. http://www.april.org/liberez-vos-oeuvres-appel-publier-sous-licence-libre
  25. http://www.april.org/education-les-logiciels-libres-partager-sans-compter
  26. http://www.april.org/affiche-logiciels-libres-faites-passer
  27. (fr) Liste des personnes morales adhérentes de l'April
  28. http://www.april.org/fr/tristan-nitot-appelle-a-adherer-a-lapril-pour-soutenir-ses-actions-de-promotion-et-defense-du-logiciel-libre
  29. http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-la-region-ile-de-france-rejoint-l-april-pour-soutenir-davantage-le-logiciel-libre-25074.html
  30. http://pro.01net.com/editorial/365271/lassociation-pour-le-libre-april-recoit-le-renfort-dune-premiere-collectivite/
  31. http://www.cio-online.com/actualites/lire-pierrefitte-sur-seine-rejoint-l-april-965.html
  32. http://www.mairie-grigny69.fr/content/campagne-d%E2%80%99adh%C3%A9sion-%C3%A0-l%E2%80%99april-objectif-atteint-0
  33. http://www.villes-internet.net/ville/initiative/?no_cache=1&tx_icscommunitywork_pi1%5Bdetails%5D=1748&tx_icscommunitywork_pi1%5Bgroup%5D=396
  34. Toulouse devient la première grande ville française à adhérer à l'April
  35. http://www.01net.com/editorial/544810/logiciel-libre-toulouse-premiere-grande-ville-a-rejoindre-l-and-039-april/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]