Apremont (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apremont.
Apremont
Rue Aristide-Briand et église Saint-Martin.
Rue Aristide-Briand et église Saint-Martin.
Blason de Apremont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Arrondissement de Senlis
Canton Canton de Chantilly
Intercommunalité Communauté de communes de l'aire cantilienne
Maire
Mandat
Michel Dagniaux
2014-2020
Code postal 60300
Code commune 60022
Démographie
Gentilé Apremontois
Population
municipale
705 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 27″ N 2° 30′ 35″ E / 49.2241666667, 2.50972222222 ()49° 13′ 27″ Nord 2° 30′ 35″ Est / 49.2241666667, 2.50972222222 ()  
Altitude Min. 54 m – Max. 126 m
Superficie 13,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Apremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Apremont
Liens
Site web apremont.reseaudescommunes.fr

Apremont est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie. Ses habitants sont appelés les Apremontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Apremont est située dans le sud du département de l'Oise, à une distance orthodromique de 43 km au nord-nord-est de Paris, à la limite entre les forêts de Chantilly, d'Halatte et de la Haute Pommeraie, dans le triangle entre Senlis, Creil et Chantilly. Village-clairière, le territoire de la commune est couvert sur 341 ha par le bois de la Basse Pommeraie et le bois du Lieutenant, ce qui représente un quart du territoire communal. Ces deux forêts sont la propriété de l'Institut de France et rattachées à son domaine de Chantilly, mais appartiennent géographiquement à la forêt d'Halatte. La forêt privée de la Haute Pommeraie représente un autre quart du territoire. Une partie de l'aérodrome de Creil est par ailleurs situé sur le territoire d'Apremont. Les terres non boisées autour du village sont occupées par le Polo Club et le golf d'Apremont. Le village lui-même s'étale sur le flanc sud du massif de la forêt d'Halatte, à une altitude autour de 80 m au-dessus du niveau de la mer, soit une différence d'une trentaine de mètres par rapport à Vineuil-Saint-Firmin, à 2 km plus au sud. Le point culminant de la commune se situe sur la butte-témoin au milieu de la forêt de la Haute Pommeraie, à 126 m, et le point le plus bas à la limite avec Courteuil, à 54 m. Le paysage est marqué par les allées et perspectives géométriques aménagés par André Le Nôtre dans le cadre du parc du château de Chantilly. Les cours d'eau sont complètement absents à Apremont[1]. Apremont possède six communes limitrophes.

Communes limitrophes de Apremont
Creil Verneuil-en-Halatte
Saint-Maximin Apremont Aumont-en-Halatte
Vineuil-Saint-Firmin Courteuil
Vue sur l'église et le village depuis l'allée d'Apremont.
L'allée d'Avilly.

La RD 1330 Senlis - Creil constitue le principal axe routier, mettant la commune à 9,7 km de l'autoroute A1 par la déviation nord de Senlis, et à 6,5 km de Creil. La RD 1330 ne traverse pas le village, mais passe à 2 km au nord-est. La liaison est établie par la RD 606 (pour la direction de Creil) et la RD 606e (pour les directions d'Aumont et Senlis). En direction du sud, la RD 606 relie Apremont à Vineuil-Saint-Firmin et la RD 924 Senlis - Chantilly. En direction de l'ouest, une étroite voie communale passant par la forêt relie Apremont à Saint-Maximin et à la RD 1016, l'ancienne nationale 16. Sur le plan des transports en commun, Apremont est desservi par la ligne 7 Senlis - Creil du réseau départemental Sud-Oise, exploité par Keolis Oise. Cette ligne est desservie par sept aller-retours du lundi au vendredi (pendant les vacances scolaires, seulement quatre services en direction de Creil), ainsi que par quelque rares services le samedi[2]. La gare la plus proche est celle de Chantilly, avec une desserte fréquente par le TER Picardie pour Gare de Paris-Nord, Amiens et Compiègne.

Le patrimoine naturel et paysager d'Apremont est protégé par deux ZNIEFF. La première, de type 1, est le « Massif forestier d'Halatte » n° national 220005064[3]. Du fait que la continuité entre les massifs d'Halatte et de Chantilly, important pour l'échange de grands animaux, soit interrompue par l'espace clôturé du parc du château de Chantilly, une seconde ZNIEFF, de type 2, a été instaurée. Appelée « Sites d'échanges interforestiers Halatte / Chantilly », n° national 220014330[4], elle porte sur les zones non boisés entre Apremont et la lisière de la forêt de Chantilly.

La partie sud de la commune d'Apremont, au sud de la voie communale de Saint-Maximin et de la RD 606e, entre dans le site naturel classé « Domaine de Chantilly », créé par arrêté du 28 décembre 1960 sur la base de la loi du 2 mai 1930 relative à la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque[5]. D'autre part, le secteur au-delà de la RD 1330 entre dans le site classé « Forêt d'Halatte et ses glacis agricoles » créé par décret du 5 août 1993, à l'exception de l'aérodrome[6]. Quant à la forêt de la Haute-Pommeraie, elle a été classée en même temps avec la forêt d'Ermenonville, par arrêté du 28 août 1998[7]. Ainsi, l'ensemble des forêts sur la commune sont des sites classés. S'y superpose le site naturel inscrit de la vallée de la Nonette, créé antérieurement par arrêté du 6 février 1970[8]. Ce site inscrit a préfiguré le Parc naturel régional Oise-Pays de France pour sa partie située dans l'Oise, créé par décret du 13 janvier 2004 et incorporant l'ensemble de la commune d'Apremont[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une industrie de boutons a été introduite en 1675.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie, rue Louis-Wallon.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Gérard Manoussi DVD  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 705 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
445 487 535 537 603 579 602 626 697
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
673 665 701 648 656 676 669 627 632
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
570 578 603 602 574 573 549 554 595
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
603 662 785 861 862 813 742 705 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 25,1 %, plus de 60 ans = 20,7 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 28,2 %, plus de 60 ans = 22,7 %).
Pyramide des âges à Apremont en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,0 
5,0 
75 à 89 ans
6,6 
15,4 
60 à 74 ans
16,1 
25,1 
45 à 59 ans
28,2 
20,7 
30 à 44 ans
19,0 
14,3 
15 à 29 ans
12,4 
19,3 
0 à 14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Sports[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, Apremont accueille le Polo-Club de Chantilly sur la ferme d'Apremont et a été le théâtre des championnats du monde de cette discipline en septembre 2004.

Apremont dispose d'un golf 18 trous (par 72) depuis 1992. Exploité par un groupe financier japonais, il fait partie depuis 2004 du groupe Club Albatros fondé par Patrick Wallaert (fondateur du Paris Country Club à Rueil-Malmaison). Les clubs frères de l'Apremont Golf & Country Club sont Béthemont-la-Forêt (95), Rochefort-en-Yvelines (78) et Cély (77). Un Grand Prix fédéral (ligue de Picardie) y est régulièrementy organisé le dernier week end de juillet.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Apremont

Les armes d'Apremont se blasonnent ainsi :

de gueules au pal d'argent

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Apremont ne compte qu'un seul Monument historique, qui est situé à cheval sur la commune voisine de Vineuil-Saint-Firmin.

  • Le carrefour de la table d'Apremont, entre forêts et pâturages, à la limite avec la commune de Vineuil-Saint-Firmin (inscrit Monument historique depuis le 1er février 1988[14]) : C'est un deuxième carrefour des environs de Chantilly à présenter une table en pierre, avec le carrefour de la table de Montgrésin à Orry-la-Ville. Il s'agit d'une table de vénerie, permettant aux cavaliers de descendre de cheval sans aide. Cette table se situe au milieu d'un carrefour autour duquel rayonnent huit routes, entre le bois de la Basse Pommeraie et le bois du Lieutenant, et fait partie des aménagements paysagers dus à André Le Nôtre. Les perspectives de vue s'ouvrent sur le village d'Apremont au nord, et sur le terrain de golf de Saint-Firmin au sud[15].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • La Porte d'Apremont, à l'extrémité nord-est du village : Bâtiment de ferme très sobre, d'orientation approximativement est-ouest, pourvu au centre d'un portail monumental à fronton, de style néoclassique, et regardant vers le sud. La vocation de cet aménagement d'autour de 1800 est d'accrocher le regard dans le cadre de la grande perspective s'ouvrant sur Apremont depuis Saint-Firmin. La porte représente le point final de l'allée de Saint-Firmin (voie communale n° 2) et est effectivement visible dès que l'on s'engage sur ce chemin[15]. Elle s'inscrit dans la ferme du Parc ou ferme d'Apremont appartenant au domaine de Chantilly de l'Institut de France, qui est louée au Polo Club.
  • Le pavillon de chasse, allée du parc : maison à un étage, de trois travées, avec un corps central légèrement saillant surmonté d'un fronton. Ce pavillon proche de la porte d'Apremont présente le même style néoclassique et appartient également au domaine de Chantilly[15].
  • L'église Saint-Martin, rue Louis-Wallon : Elle se compose de parties issues d'époques différentes et représente le résultat de reconstructions partielles successives. Du côté de la façade occidentale, la tour-porche de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle est d'un style Renaissance tardif qui annonce déjà le Classicisme à venir. Le décor du portail est d'une belle facture, avec deux pilastres ioniques de chaque côté et un fronton triangulaire. Suit une nef avec un bas-côté au nord, les deux sans caractère et bâtis en 1769. Les deux vaisseaux communiquent entre eux par trois arcades en plein cintre, et sont éclairés par trois baies plein cintre au sud, mais d'une seule baie au nord. La chapelle latérale nord du chœur comporte deux travées et se termine par un chevet plat. Curieusement, les deux travées se partagent un pignon unique au nord, et le toit est donc perpendiculaire à l'axe de la nef. Les contreforts d'angle biais et les trois fenêtres aux réseaux flamboyants indiquent une période de construction au milieu du XVIe siècle. Le vaisseau principal du chœur représente la partie la plus ancienne de l'église et remonte à la seconde moitié du XIIe siècle. De style gothique primitif, il comporte également deux travées et se termine également par un chevet plat, dominé par un pignon. Les deux fenêtres du chœur sont encore en plein cintre, et celle du chevet est décorée par un bandeau en forme de sourcil. Une corniche de corbeaux subsiste au sud. L'intérieur de l'église a malheureusement perdu presque authenticité lors d'une restauration très radicale au XIXe siècle, avec grattage systématique de toutes les surfaces et application d'un enduit uniforme. Toutes les voûtes ont été supprimées, sauf celle de la base du clocher. Ainsi, seul l'extérieur revèle encore l'histoire de l'édifice et est bien mis en valeur[16],[15].
  • Notre-Dame de la Côte, en haut de la route du Connétable, à la lisière de la forêt de la Haute Pommeraie : Petit oratoire qui consiste d'une statue abrité dans une structure métallique du XIXe siècle, coiffé d'un toit en dôme à pans porté par quatre colonnes en fonte[17]. Le nom provient de sa position en haut de la cote, assez raide, que monte la rue du Connétable. De nombreux ex-voto ont été posées autour de la statue de la vierge.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Collectif, Étude urbaine d'Apremont : Phases I et II, Orry-la-Ville, Parc naturel régional Oise-Pays de France,‎ octobre 2006, 38 p. (lire en ligne [PDF]) ; p. 1-18.
  2. Cf. « Recherche d'horaires », sur Oise Mobilité (consulté le 12 octobre 2011).
  3. Cf. « Présentation de la znieff Massif forestier d'Halatte », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  4. Cf. « Présentation de la znieff Sites d'échanges interforestiers (passage de grands animaux) Halatte / Chantilly », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  5. Cf. [PDF] « Domaine de Chantilly », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  6. Cf. [PDF] « Forêt d'Halatte et ses glacis agricoles », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  7. Cf. [PDF] « Forêt d'Ermenonville, de Pontarmé, de Haute-Pommeraie, clairière et butte de Saint-Christophe », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  8. Cf. [PDF] « Vallée de la Nonette », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  9. Cf. [PDF] « Journal officiel de la République française du 15 janvier 2004, p. 1143-1144 », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  12. « Évolution et structure de la population à Apremont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  14. « PA00114972 », base Mérimée, ministère français de la Culture)
  15. a, b, c et d Cf. Étude urbaine d'Apremont, op. cit., p. 21.
  16. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Cantons de Chantilly et Senlis, Beauvais, Conseil général de l'Oise, avec le concours des communes des cantons de Chantilly et Senlis,‎ 2002, 54 p., p. 7.
  17. Cf. Étude urbaine d'Apremont, op. cit., p. 22.