Appoigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Appoigny
Mairie d'Appoigny.
Mairie d'Appoigny.
Blason de Appoigny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Auxerre-Sud-Ouest
Intercommunalité Communauté de l’Auxerrois
Maire
Mandat
Alain Staub
2014-2020
Code postal 89380
Code commune 89013
Démographie
Gentilé Époniens
Population
municipale
3 130 hab. (2011)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 52′ 41″ N 3° 31′ 44″ E / 47.8781, 3.528947° 52′ 41″ Nord 3° 31′ 44″ Est / 47.8781, 3.5289  
Altitude Min. 82 m – Max. 201 m
Superficie 22,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Appoigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Appoigny

Appoigny est une commune française située dans le département de l’Yonne en région Bourgogne. Appoigny possède un illustre conseiller municipal en la personne de Guy Roux, entraîneur historique de l’AJ Auxerre.

Ses habitants sont appelés les Époniens. Appoigny fait partie de l’agglomération d’Auxerre, c’est une commune membre de la Communauté de l’Auxerrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Appoigny est située à 10 km au nord-nord-ouest d'Auxerre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chichery Rose des vents
Branches N Gurgy
O    Appoigny    E
S
Charbuy Perrigny Monéteau

Histoire[modifier | modifier le code]

Eponiacus qui est à l’origine du vocable Appoigny, vient du nom de la villa gallo-romaine d’un fidèle de la déesse Épona. La simple villa devint, au fil du temps, le très important domaine des parents de Saint Germain : Rusticus et Germanilla. Léguées à l’église d’Auxerre, les terres demeurèrent la propriété des évêques d’Auxerre de 448 à la Révolution française. Par sa situation à la limite de la Bourgogne et de la Champagne, traversé par une importante voie romaine, Appoigny connut depuis ses origines l’existence mouvementée des cités de passage. Les Huns, les Francs, les Normands, pillèrent le village à chacun de leurs "visites"…

L’évêque Robert de Nevers y fit bâtir une première forteresse au XIe siècle. Hugues de Noyers (XIIe siècle) et Guy de Mello (XIIIe siècle) firent fortifier le site de Régennes, entouré par une boucle de l’Yonne.

Résidence habituelle des évêques d’Auxerre, le château de Régennes, détruit à différentes reprises, fut chaque fois rebâti somptueusement, une dernière fois par l’architecte d’Aviler (XVIIIe siècle). Vendu en 1791 et totalement rasé à cette époque. Guillaume de Seignelay (XIIIe siècle) fit construire l’actuelle Collégiale.

Au cours de son voyage à Reims en 1429, Jeanne d'Arc traversa l’Yonne au célèbre « Gué de la Pucelle » (aujourd’hui parc communal). L’activité agricole d’Appoigny était diversifiée et fournissait à la région: céréales, vigne, fruits et légumes en abondance, si bien qu’Appoigny fut surnommé « Le Jardin d’Auxerre ».

En 1991, Claude Dunand, ami d'Émile Louis, est condamné à perpétuité pour proxénétisme et actes de barbarie, après la découverte d’une jeune fille issue de la DDASS, retenue et torturée dans son pavillon d’Appoigny. L’enquête n’a jamais été poussée sur les clients[1].

En 2008, Unilever ferme l'usine Amora-Maille d'Appoigny.

Aujourd’hui, Saint Fiacre, patron des maraîchers est fêté chaque année à la fin du mois d’août par les Époniens durant 3 jours. À cette occasion, le village est en fête ; course cycliste feu d’artifice, fête foraine, animation musicale… Cette tradition perdure depuis de très nombreuses années[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Edmond Martial    
1947 1953 Léon Guyot    
1953 1977 Jules Voitier    
1977 1989 Jean Masse    
1989 2008 Jacques Paclin    
2008[4] en cours Alain Staub    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Appoigny est jumelée avec Drapeau de l'Allemagne Freudenburg (Allemagne) depuis 1986, commune de 1800 habitants, située en Rhénanie-Palatinat à 30 km de la frontière française, entre Thionville et Trèves.

Le jumelage est l’occasion de rencontres entre les habitants, les jeunes et les associations, de voyages de découverte des deux pays.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 130 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 085 1 422 1 400 1 340 1 620 1 632 1 705 1 774 1 922
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 800 1 834 1 783 1 703 1 590 1 533 1 520 1 435 1 424
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 332 1 320 1 239 1 154 1 156 1 163 1 122 1 184 1 254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 321 1 638 2 029 2 625 2 755 2 991 3 091 3 130 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Appoigny bénéficie du label « ville fleurie » avec trois fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Germain d'Auxerre est né à Appoigny vers 378 ap. J.-C.
  • Donatien, cinéaste, décorateur et acteur français, y est décédé le 8 novembre 1955.
  • Guy Roux est l’un des conseillers municipaux d’Appoigny.
  • Christian Flamand, Auteur de Bandes dessinées, y habite depuis 1980
  • DJ Antoine Il y habite avec sa femme et ses enfants.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise-Marie Santucci: « Un sinistre pavillon à Appoigny », Libération, 10 février 2001.
  2. (Source: Syndicat d’initiative d’Appoigny) Personnel de rédaction, « Fermeture de l'usine Amora de Dijon », Aucun,‎ 3 novembre 2009 (lire en ligne)
  3. Site du Conseil Général de l'Yonne, site du conseil Général de l'Yonne consulté le 9 février 2012
  4. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 15 décembre 2013.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. Palmarès 2008 du 49e concours des villes et villages fleuris. Consulté le 22 septembre 2009.