Application quasi-conforme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En mathématiques, une application quasiconforme est une fonction de deux variables réelles, dont les dérivées partielles satisfont une certaine inégalité qui étend la notion d'application conforme.

De telles applications jouent un rôle central dans la théorie de Teichmüller (en) et en dynamique holomorphe, notamment dans la démonstration du théorème de non-existence de composante errante (en) par Dennis Sullivan. Par suite, elles furent utilisées avec profit notamment par Adrien Douady, John H. Hubbard et Mitsuhiro Shishikura (en).

Définition analytique[modifier | modifier le code]

La droite complexe ℂ et le plan réel ℝ2 sont identifiés cannoniquement par : \mathbb C \ni z = x + iy \mapsto (x,y) \in \mathbb R^2.

On définit deux opérateurs différentiels \partial_z = \frac{1}{2} ( \partial_x - i \partial_y ) et \partial_{\bar{z}} = \frac12( \partial_x + i \partial_y ), où \partial_x (respectivement \partial_y) désigne la dérivation partielle par rapport à x (respectivement y).

Définition —  Soient U et V deux ouverts de \mathbb C, K \geq 1 et f : U \longrightarrow V un homémorphisme.

f est dite K-quasiconforme (K-q.c) si :

  • Les dérivées partielles de f au sens des distributions \partial_x f et \partial_y f sont L_{loc}^2 (localement L^2).
  •  \left| \frac{\partial f}{\partial \bar{z}} \right| \leq k \left| \frac{\partial f}{\partial z} \right|

k = \frac{K-1}{K+1}.

On dit que f est quasiconforme, si f est K-qc pour un certain K \geq 1.

Si K = 1, alors f est conforme.