Application de la peine de mort dans l’Arkansas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Peine de mort aux États-Unis.
Map of USA AR.svg

L'Arkansas utilisa la pendaison comme mode d'exécution jusqu'en 1930, tandis que la chaise électrique fut introduite dans l'État dès 1913 et resta en usage jusqu'en 1964. Suspendue durant neuf ans, la peine capitale fut rétablie en 1973, et en 1983, l'injection létale se substitua à l'électrocution.

L’Arkansas a exécuté vingt-sept personnes depuis 1990, dont Christina Marie Riggs, une femme qui avait empoisonné ses propres enfants et n'avait pas fait appel préférant mourir. Les exécutions ont eu lieu sous les gouvernances respectives de Bill Clinton, de Jim Guy Tucker et de Mike Huckabee, la toute première a été la seule à avoir été exécutée par électrocution comme la loi le permettait pour les crimes commis avant 1983. En 1992, Bill Clinton alors candidat à l’élection présidentielle avait interrompu sa campagne pour assister personnellement à une exécution (tirant les conséquences de l'échec de Michael Dukakis)[1].

La condamnation à mort est prononcée par le jury. Le gouverneur fixe la date d'exécution, il reçoit un avis consultatif du comité des grâces. Les exécutions ont lieu à 21 heures à Grady. En 2011, 42 personnes sont condamnés à mort.

Crime capitaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.nytimes.com

Sources[modifier | modifier le code]