iPad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Apple iPad)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres modèles, voir iPad mini et iPad Air.
iPad
Image manquante ; une illustration sous licence libre serait la bienvenue.
L'iPad 2 en noir
Développeur Apple
Fabricant Foxconn (sous-traitance)
Famille iPad
Type Tablette tactile
Génération 5e
Date de sortie 1er novembre 2013 (5e génération)
2 novembre 2012 (4e génération)
16 mars 2012 (3e génération)
11 mars 2011 (2e génération)
3 avril 2010 (1re génération)
Unités vendues 225 millions
(au 23 juillet 2014)[1]
Système d'exploitation iOS 7.1.2
(sortie le 30 juin 2014)
Alimentation Batterie lithium-polymère
Processeur Apple A7 et coprocesseur Apple M7 pour le dernier iPad
Stockage 16/32/64/128 Go de mémoire flash
Écran Écran multi-touch de 25 cm (diagonale visible)
Définition 2 048 × 1 536 px (format 4/3)
Carte graphique PowerVR G6430
Caméra Avant et arrière pour FaceTime
Services iTunes Store, App Store, iBooks, iCloud, iMessage, Kiosque, Game Center et autres
Produits connexes iPhone, iPod touch, iPad Mini, iPad Air
Site web www.apple.com/ipad

L'iPad est une tablette tactile conçue et développée par Apple. Celle-ci est particulièrement orientée vers les médias tels que les livres, journaux, magazines, films, musiques, jeux, mais aussi vers l'Internet, l'accès à ses courriers électroniques et la bureautique simple avec Pages et Numbers.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Avec un poids compris entre 680 et 730 grammes, ces modèles sont situés entre ceux des smartphones et ceux des ordinateurs portables. Apple a vendu 3 millions d'iPad dans les 80 jours suivant sa sortie[2].

L'iPad fonctionne avec le même système d'exploitation que celui de l'iPhone et de l'iPod touch, iOS 5 pour iPad, depuis le 12 octobre 2011, le mettant à niveau après avoir possédé une version spécifique d'iOS, la 3.2. L'iPad peut aussi bien exécuter des applications spécifiques à sa plateforme que des applications développées pour iPhone et iPod touch. Sans modification logicielle (Jailbreak), ces applications sont, à l'instar des deux appareils, téléchargeables sur l'App Store.

Comme l'iPhone et l'iPod touch, l'iPad est contrôlé via un écran multipoint sensible à un maximum de onze doigts[3], à la différence d'autres anciennes tablettes qui utilisaient un stylet déclenchant un mécanisme sensible à la pression. L'iPad utilise soit une connexion Wi-Fi présente dans les modèles Wi-Fi et Wi-Fi + 3G, soit une connexion au réseau 3G, le tout pour naviguer sur Internet, télécharger ou envoyer des données, et installer des applications. Le câble USB 2.0 fourni était nécessaire pour la synchronisation de données avec iTunes jusqu'à la version iOS 5 sur un ordinateur personnel – logiciel par lequel l'appareil est géré – est le même que celui des gammes iPod et iPhone.

La réaction des médias à l'égard de l'iPad fut généralement neutre ou positive, avec une réaction plus positive après sa sortie. Si la presse spécialisée a souvent salué l'esthétique, la réactivité et le caractère intuitif de l'appareil, elle fut plus critique concernant certaines de ses limitations, et sa distinction peu marquée avec l'iPhone ou l'iPod touch[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

27 janvier 2010. Steve Jobs présentant sa dernière nouveauté, l'iPad 1.

La première tablette développée par Apple fut le Newton MessagePad 100[4], un assistant personnel sorti en 1993 et qui a conduit à la création du cœur de processeur ARM6 avec l'entreprise britannique Acorn. Apple a également mis au point un prototype de tablette basée sur le PowerBook Duo, le Penlite, mais elle a abandonné le projet pour éviter de nuire aux ventes du MessagePad[5]. Apple a également commercialisé plusieurs assistants basés sur le Newton, mais a arrêté leur production avec le MessagePad 2100, en 1998.

Apple rentra à nouveau sur le marché de l'informatique mobile en 2007 avec l'iPhone. Plus petit que l'iPad, mais disposant d'une caméra et d'un téléphone mobile, il fut le pionnier de l'interface tactile multipoint sensible aux doigts du système d'exploitation d'Apple, iOS. Cependant, Steve Jobs a par la suite révélé que les deux appareils ont été imaginés à partir du même projet, et que l'iPad était même, à l'origine, destiné à être produit avant l'iPhone[6]. Fin 2009, la sortie de l'iPad par Apple faisait partie des rumeurs traînant depuis plusieurs années. Généralement dénommée « la tablette d'Apple », iTablet et iSlate ont fait partie des noms des spéculateurs[7]. L'iPad a été annoncée le 27 janvier 2010 par Steve Jobs lors d'une conférence de presse d'Apple au Yerba Buena Center for the Arts de San Francisco[8].

La 2e génération d'iPad est présentée le 2 mars 2011 par Steve Jobs, présent malgré son arrêt maladie annoncé le 17 janvier 2011. La conférence s'est tenue au même endroit que pour la première version de l'iPad, au YBCA de San Francisco. Le 7 mars 2012, Apple a présenté la 3e génération d'iPad. Ce dernier modèle est équipé notamment d'un écran Retina (qui a fait le succès de l'iPhone 4) et propose une résolution supérieure aux autres tablettes du marché. Ce modèle qualifié de « résolutionnaire » par Apple ne propose pas un renouveau dans le design de l'appareil.

Deux modèles d'iPad ont été présentés le 23 octobre 2012 : l'iPad 4 et l'iPad Mini. Ce dernier est un modèle plus compact doté d'un écran classique de 7,9 pouces qui équivaut à celui de l'iPad 2 en termes de résolution. Le contexte du marché des tablettes impose à Apple de se positionner sur le segment des tablettes 7" qui est un marché où les prix sont très agressifs. Ainsi Apple sortirait ce nouveau modèle pour contrer la Nexus 7 de Google mais aussi le Kindle Fire d'Amazon.

Un nouveau modèle d'iPad a été présenté le 22 octobre 2013 : l'iPad Air. Il s'agit d'une tablette de 7,5 mm d'épaisseur, pesant moins de 479 g et équipée d'un processeur système sur puce Apple A7.

Caractéristiques matérielles[modifier | modifier le code]

Un iPhone 3GS (à gauche), et un iPad 1 (à droite).

Écran et entrées[modifier | modifier le code]

L'écran tactile de l'iPad est un écran à cristaux liquides multipoint de 25 cm de diagonale (9,7 pouces) d'une définition de 2 048 × 1536 pixels avec un revêtement oléophobique résistant aux traces de doigts et un verre résistant aux rayures. Tout comme l'iPhone, l'iPad est conçu pour être contrôlé par les doigts ; les gants normaux et stylets empêchant la conductivité électrique, ils ne peuvent être utilisés[9]. Cet écran est fabriqué en partie par Wintek (en)[10].

L'écran répond à deux autres capteurs : un capteur de luminosité ambiante pour ajuster la luminosité de l'écran, et un accéléromètre à 3 axes d'orientation qui permet de faire basculer l'iPad entre les modes portrait et paysage. Contrairement aux applications intégrées à l'iPhone et l'iPod touch qui peuvent s'afficher dans trois orientations (portrait, paysage-gauche et paysage-droite), celles intégrées à l'iPad supportent un affichage dans les quatre orientations (les trois mentionnées, ainsi que le portrait à l'envers), ce qui signifie que l'appareil n'a pas de position « native », et que seul le bouton d'accueil peut faire la différence entre les deux sens (haut et bas).

L'iPad possède un interrupteur pour verrouiller cette fonction de basculement, qui a pour fonction d'empêcher la rotation involontaire lorsque l'utilisateur est couché[11]. Il y a un total de quatre boutons physiques, incluant un bouton d'accueil sous l'écran qui renvoie l'utilisateur au menu principal, un bouton Marche/Veille, un bouton Volume +/- s'ajoutant au verrou de basculement d'écran[12]. Depuis la version 4.3, l'interrupteur qui bloquait le basculement peut aussi servir à couper le son (mais pas les deux fonctions ensemble, une seule au choix). Le blocage du basculement se faisant de manière virtuelle en double-cliquant sur le bouton d'accueil.

Connectivité[modifier | modifier le code]

L'iPad peut utiliser la trilatération du réseau Wi-Fi de Skyhook Wireless pour fournir des informations de géolocalisation pour des applications telles que Google Maps. Le modèle 3G possède un A-GPS qui permet de calculer une distance par rapport à une position ou par rapport aux relais de téléphonie cellulaire situés à proximité ; ce modèle a également une barre en plastique noir sur la face arrière pour améliorer la sensibilité de la réception 3G[13].

Concernant la connectivité filaire, l'iPad est doté d'un connecteur dock à 30 broches, il s'agit du même que celui de la gamme iPod (excepté celui de l'iPod shuffle) et iPhone. L'iPad 4 appelé iPad avec écran Retina possède lui un connecteur Lightning comme l'iPhone 5 ; et ne possède pas de port Ethernet ou de port USB, que l'on trouve sur les ordinateurs traditionnels.

Audio et sorties[modifier | modifier le code]

Dos du modèle Wi-Fi de l'iPad 1.

L'iPad possède un haut-parleur interne composé de deux petits HP moulés dans un caisson clos en forme de « L », sculptés sur la partie inférieure du châssis. Le son délivré est stéréophonique, mais étant donné de la proximité des HP, il paraît monophonique[14].

Une prise jack de 3,5 mm pour la sortie audio sur le coin supérieur gauche de l'appareil offre un son stéréophonique pour un casque ou des écouteurs, avec ou sans microphones et/ou contrôleurs de volume. L'iPad possède également un microphone qui peut être utilisé pour l'enregistrement vocal ou dans une conversation audio/vidéo type Skype ou FaceTime.

L'interface Bluetooth 2.1 + EDR intégrée permet à un casque ou clavier sans fil d'être utilisé avec l'iPad[15]. Toutefois, iOS ne prend pas en charge le transfert de fichiers via Bluetooth[16].

L'iPad peut être connecté à un moniteur externe ou une télévision grâce à un adaptateur VGA 1 024 × 768[17].

Alimentation et batterie[modifier | modifier le code]

L'iPad utilise une batterie interne rechargeable au lithium polymère. Ces batteries sont fabriquées à Taïwan dont 60 % de la production est faite par Simplo Technology, et les 40 % restants, par Dynapack International Technology[18].

L'iPad est conçu pour être chargé avec un courant d'intensité élevée (2 A) en utilisant l'adaptateur 10 W inclus. Bien qu'il puisse être chargé via un port USB standard à partir d'un ordinateur, ces ports fournissent généralement une puissance plus faible (500 mA à 1 A). Par conséquent, si l'iPad est utilisé pendant la charge sur le port USB d'un ordinateur, il se charge beaucoup plus lentement, voire pas du tout.

Apple affirme que la batterie de l'iPad peut fournir jusqu'à 10 heures en lecture vidéo, 140 heures en lecture audio (écran éteint), ou un mois en veille. La batterie perd sa capacité au fil du temps et n'est pas conçue pour être remplaçable par l'utilisateur car elle est soudée.

Les iPads dont la batterie ne tient pas la charge sont repris par Apple et remplacés par des iPads reconditionnés, moyennant des frais de 99 dollars américains[19],[20], comme cela se fait déjà pour les iPods et la 1re génération d'iPhone dans le cadre du programme officiel de remplacement des batteries.

Stockage et SIM[modifier | modifier le code]

L'iPad est commercialisé avec trois options de taille pour le stockage interne des données : 16, 32 ou 64 Go (128 Go pour l'iPad 4 et l'iPad Air) en mémoire flash. Toutes les données sont stockées sur le lecteur flash et il n'y a pas de possibilité d'extension d'espace de stockage. Apple vend un camera connection kit avec un lecteur de carte SD, mais il ne peut être utilisé que pour transférer des photos et vidéos d'un appareil photo à un iPad[21].

La partie du modèle Wi-Fi + 3G possède une fente pour micro-SIM (pas de mini-SIM). Contrairement à l'iPhone, qui est habituellement vendu verrouillé, l'iPad Wi-Fi + 3G est vendu déverrouillé et peut être utilisé avec n'importe quel opérateur GSM compatible[22]. Le Japon fait exception à la règle, où l'appareil est verrouillé à SoftBank[23].

Stylet sur iPad 1[24].

Accessoires en option[modifier | modifier le code]

De nombreux accessoires sont disponibles pour iPad, qu'ils soient produits par Apple ou par des fabricants tiers dans le cadre du programme Made for iPad. On retrouve ainsi des claviers physiques connectables à l'iPad via le Dock connector ou via Bluetooth, des housses rigides (en cuir et polycarbonate) ou souples, ainsi que des adaptateurs tels que des lecteurs de carte ou des sorties vidéo VGA/HDMI. De nombreux stylets adaptés à l'écran tactile capacitif de l'iPad sont également disponibles, principalement pour les applications de prise de note et pour le dessin. Cependant il a été prouvé que le doigt, allié à des applications de dessin optimisées pour l'iPad telles Paper by FiftyThree, produit de meilleurs résultats qu'un stylet, en partie à cause de la reconnaissance thermique de l'écran.

Spécifications[modifier | modifier le code]

Modèle 1re génération
iPad
(parfois appelé « iPad 1 »)
2e génération
iPad 2
3e génération
iPad 3
(anciennement « nouvel iPad »)
4e génération
iPad 4
(ou « iPad avec écran Retina »)
5e génération
iPad 5
(ou « iPad Air »)
Wi-Fi Wi-Fi + 3G Wi-Fi Wi-Fi + 3G Wi-Fi Wi-Fi + 4G (Wifi+Cellular en Europe[25]) Wi-Fi Wi-Fi + 4G (Wifi+Cellular en Europe[25]) Wi-Fi Wi-Fi + 4G (Wifi+Cellular en Europe[25])
Date de présentation 27 janvier 2010 2 mars 2011 7 mars 2012 23 octobre 2012 22 octobre 2013
Date de sortie (États-Unis)
3 avril 2010 30 avril 2010 11 mars 2011 16 mars 2012 2 novembre 2012 1er novembre 2013
Date de sortie (International)
28 mai 2010 25 mars 2011 23 mars 2012 2 novembre 2012

(5 février 2013 pour le 128 Go)

1er novembre 2013
Production Arrêtée Arrêtée Arrêtée En cours En cours
Écran Écran tactile multipoint rétroéclairé par DEL de 25 cm (9,7 pouces) de diagonale d'une définition de 1 024 × 768 px (132 ppp) avec un revêtement oléophobique (résistant aux traces de doigts) et un verre anti-rayures. Idem, avec une définition rehaussée à 2 048 × 1 536 px (264 ppp), dit « écran Retina ».
Processeur Système sur puce Apple A4 cadencé à 1 GHz Système sur puce Apple A5 cadencé à 1 GHz (bicœur) (puce gravée en 45 nm sur iPad 2 2011, en 32 nm sur iPad 2 2012 (plus d'autonomie)) Système sur puce Apple A5X cadencé à 1 GHz (bicœur) Système sur puce Apple A6X cadencé à 1,4 GHz[26] (bicœur) avec processeur graphique quadricœur Système sur puce Apple A7 avec architecture 64 bits cadencé à 1,4 GHz et coprocesseur de mouvement Apple M7
Processeur graphique PowerVR SGX 535[27] PowerVR SGX 543MP2[27] PowerVR SGX 543MP4[27] PowerVR SGX 554MP4 PowerVR G6430
Mémoire vive 256 Mo DDR 512 Mo DDR2 1 Go LPDDR2[28] 1 Go LPDDR3
Capacité 16, 32, ou 64 Go 16, 32, 64 ou 128 Go
Sans-fil Wi-Fi (802.11 a/b/g/n) et Bluetooth 2.1+EDR Wi-Fi (802.11 a/b/g/n) et Bluetooth 4.0
Pas d'interface WWAN Réseau cellulaire 3G HSDPA et 2G EDGE Pas d'interface WWAN Réseau cellulaire 3G HSDPA et 2G EDGE Pas d'interface WWAN Réseau cellulaire
4G LTE et 3G+ en Europe
Pas d'interface WWAN Réseau cellulaire
4G LTE et 3G+ en Europe
Pas d'interface WWAN Réseau cellulaire
4G LTE et 3G+ en Europe
Géolocalisation Skyhook Wireless (en) GPS assisté, Skyhook Wireless (en) et géolocalisation cellulaire Skyhook Wireless (en) GPS assisté, Skyhook Wireless (en) et géolocalisation cellulaire Skyhook Wireless (en) GPS assisté, Skyhook Wireless (en) et géolocalisation cellulaire Skyhook Wireless (en) GPS assisté, Skyhook Wireless (en) et géolocalisation cellulaire Skyhook Wireless (en) GPS assisté, Skyhook Wireless (en) et géolocalisation cellulaire
Capteurs environnementaux Accéléromètre, capteur de luminosité ambiante, magnétomètre (pour la boussole numérique)[12] Idem, et gyroscope
Caméra(s) Aucune Définition VGA 0,3 Mpx en façade, définition 0,7 Mpx à l'arrière Définition VGA 0,3 Mpx en façade, définition 5 Mpx à l'arrière Définition 1,2 Mpx en façade, définition 5 Mpx à l'arrière
Système d'exploitation iPhone OS 3.2, puis iOS 4.2 à 5.1.1 iOS 4.3 à 7.1.1 iOS 5.1 à 7.1.1 iOS 6.0 à 7.1.1
Batterie et autonomie Batterie rechargeable lithium polymère intégrée (non remplaçable par l'utilisateur) de 25 Wh, autonomie pouvant atteindre 10 h en lecture vidéo et navigation sur Internet en Wi-Fi (9 h sur 3G), 140 h en lecture audio et 1 mois en veille Idem, capacité rehaussée à 42,5 Wh pour compenser la consommation accrue de l'appareil Idem, capacité baissée à 32,9 Wh
Poids 680 g 730 g 601 g 613 g 652 g 662 g 652 g 662 g 469 g 478 g
Dimensions
(h × l × p)
242,8 mm × 189,7 mm × 13,4 mm 241,2 mm × 185,7 mm × 8,8 mm 241,2 mm × 185,7 mm × 9,4 mm 240 mm × 169,5 mm × 7,5 mm
Touches physiques Bouton d'accueil, bouton Marche/Veille, verrou de basculement d'écran ou Silencieux (au choix depuis iOS 4.3), Volume +/-
Coloris Noir Noir ou blanc Gris sidéral ou argent
Connecteur Dock Connector (16 broches) Lightning (8 broches)
Assistant vocal Aucun Siri

Caractéristiques logicielles[modifier | modifier le code]

Comme l'iPhone, avec lequel il partage le même environnement de développement (iOS SDK) depuis la version 3.2[29], l'iPad ne peut exécuter que des applications téléchargées sur l'App Store d'Apple[30]. L'iPad peut exécuter toutes les applications pour iPhone, laissant le choix à l'utilisateur de conserver la taille de celle d'un iPhone, ou d'utiliser le moteur de rendu de l'iPad pour agrandir l'affichage de l'application[31]. Les développeurs peuvent également créer ou modifier des applications qu'ils ont conçu pour leur iPhone pour tirer parti des fonctionnalités de l'iPad[32]. Les développeurs d'applications utilisent l'iOS SDK pour créer des applications[33]. L'iPad était originalement commercialisé avec une version adaptée et améliorée d'iOS, la 3.2, la mise à jour vers iOS 4.2 est disponible depuis novembre 2010[34].

Depuis iOS 6, les applications peuvent être « universelles », c'est-à-dire qu'elles s'adaptent aussi bien à la résolution de l'iPhone 4 (960x640), l'iPhone 5 (1 136x640) que des iPads (1 024x768 pour les 1 et 2, 2 048x1 536 pour les 3, 4 et 5).

Depuis iOS 7, l'iPad 2 peut faire fonctionner les applications dédiées iPhone à la résolution Retina, c'est-à-dire 960x640. Précédemment, l'iPad les faisait tourner avec la résolution des premiers iPhone, c'est-à-dire 480x320… mais en proposant un zoom x2.

Applications[modifier | modifier le code]

Pour plus de détails sur les applications, voir iOS et App Store.

L'iPad compte plusieurs applications intégrées, dont Safari, Mail, Photos, Vidéo, iPod, iTunes, App Store, iBooks, Plan, Notes, Agenda, Contacts et recherche Spotlight. Ces applications sont des versions améliorées et adaptées à l'iPad issues de l'iPhone[35]. Apple a également porté sa suite iWork, et vend séparément ses applications Keynote, Pages et Numbers[35],[36]. Depuis iOS 4.3, les applications FaceTime, appareil photo et PhotoBooth ont aussi été intégrées.

L'iPad se synchronise avec iTunes sur un Mac ou un PC compatible[36]. Bien que l'iPad ne soit pas conçu pour remplacer un téléphone mobile, un utilisateur peut utiliser une oreillette sans-fil ou le microphone intégré pour passer des appels en Wi-Fi ou 3G en utilisant une application VoIP[37].

Gestion des droits numériques[modifier | modifier le code]

Pour plus de détails sur la gestion des droits numériques, voir iOS.

Le design de l'iPad impose des restrictions strictes à son usage – à savoir le DRM destiné à verrouiller le contenu vidéo acheté sur l'iTunes Store, le développement d'applications nécessite un accord de non-divulgation, les développeurs doivent payer l'inscription au programme de développement, et le processus d'approbation centralisée pour les applications ainsi que le contrôle et verrouillage général de la plateforme – et que ce contrôle centralisé pourrait étouffer l'innovation logicielle. Est particulièrement préoccupante la capacité pour Apple de désactiver ou supprimer à volonté des applications à distance, ainsi que des médias, ou des données sur l'iPad[38],[39].

Des défenseurs des droits numériques tels la Free Software Foundation, l'Electronic Frontier Foundation, et l'ingénieur en informatique et militant Brewster Kahle, ont critiqué l'iPad pour ses restrictions sur les droits numériques. Paul Sweeting, analyste chez GigaOM (en), a été cité par la National Public Radio disant : « With the iPad, you have the anti-Internet in your hands. [...] It offers [the major media companies] the opportunity to essentially re-create the old business model, wherein they are pushing content to you on their terms rather than you going out and finding content, or a search engine discovering content for you ». Mais Sweeting pense aussi que les limites d'Apple permettent de se sentir comme dans un quartier sûr, racontant ainsi : « Apple vous offre une communauté fermée où il y a un garde à la porte, et il y a probablement un service de ménage, aussi ». Laura Sydell (en), l'auteur de l'article, conclut : « Les consommateurs ont de plus en plus de craintes concernant la sécurité sur Internet, les virus et les logiciels malveillants, ils peuvent être heureux d'opter pour la communauté fermée (en) d'Apple »[40].

Jailbreak[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jailbreak d'iOS.

Comme les autres appareils tournant sous iOS, l'iPad peut être jailbreaké, permettant à des applications qui ne sont pas autorisées par Apple de fonctionner sur l'appareil[41],[42]. Une fois l'iPad jailbreaké, les utilisateurs peuvent télécharger de nombreuses applications inédites sur l'App Store via des installateurs non officiels tels que Cydia, mais aussi télécharger des applications illégalement piratées[42].

Livres, journaux et magazines[modifier | modifier le code]

Lecture d'un livre sur iPad grâce à l'application iBooks
Pour plus de détails, voir iBooks.

L'iPad possède une application optionnelle iBooks qui peut être téléchargée depuis l'App Store, qui affiche tous les livres et autres contenus au format ePUB téléchargés sur l'iBook Store[43]. Beaucoup de maisons d'édition importantes, telles Hachette, Penguin Books, HarperCollins, Simon & Schuster et Macmillan Publishers, se sont engagées à publier des livres pour l'iPad[44].

En février 2010, Condé Nast Publications a dit que le groupe souhaitait vendre des abonnements pour leurs magazines GQ, Vanity Fair et Wired pour juin[45].

Les principaux organes de presse dans le monde, tels The Wall Street Journal, The New York Times[46], Le Monde[47], la BBC, ou Reuters, ont sorti leurs applications pour iPad, à des degrés divers de réussite[48].

Censure[modifier | modifier le code]

Pour plus de détails à propos de la censure sur l'iPad, voir App Store.

L'App Store d'Apple, qui fournit des applications iPhone et iPad, impose la censure des contenus, qui est devenu un problème pour les éditeurs de livres et de magazines qui cherchent à utiliser la plate-forme. The Guardian décrit le rôle d'Apple comme analogue à celle du distributeur W H Smith, une chaîne de librairies britannique, qui depuis de nombreuses années impose des restrictions de contenu sur les éditeurs britanniques[49].

Pornographie[modifier | modifier le code]

La pornographie est exclue de l'App Store sous toutes ses formes, applications, films, livres, etc.

Le format vidéo Flash d'Adobe n'étant pas supporté sur l'iPad (comme sur les iPhones et iPods), YouPorn et d'autres sites pornographiques ont remplacé leur format de vidéo par les formats H.264 et HTML5 spécialement pour l'iPad[50].

En mai 2010, dans un échange de courriels[51], à Ryan Tate du blog Valleywag (en) qui lui disait, en réponse à une publicité Apple présentant l'iPad comme une « révolution » et parlant du fait que Flash n'est pas supporté par l'iPad, que les « les révolutions sont censées rendre libre », Steve Jobs a répondu « Oui, libre de programmes qui volent vos informations personnelles. Libre de programmes qui bouffent votre batterie. Libre de pornographie. Oui, libre. [...] ». La publication de cet échange de mails conduira à de nombreuses réponses, telles le détournement publicitaire à Berlin par l'artiste Johannes P. Osterhoff (de)[52] et à San Francisco durant la WWDC10.

Réactions lors du lancement[modifier | modifier le code]

Accueil de la presse[modifier | modifier le code]

Après la présentation de l'iPad, la presse souligne la vitesse de rendu des pages web[53], la réceptivité de l'écran tactile et le prix de vente de l'appareil, jugé raisonnable[54]. Parmi les points faibles, les journalistes relèvent la présence d'un clavier virtuel et regrettent l'absence de webcam, d'USB, de cartes SD et HDMI[54], ainsi que le non-support du multitâche (ce qui sera cependant corrigé avec la mise à jour de l'iOS 4.0) et du format Flash[55]. Les webdesigners se plaignent de sa définition de 1 024 × 768 pixels[56], jugée faible.

Walt Mossberg estime que l'iPad ressemble extérieurement à un « gros iPod touch » mais « offre des logiciels plus puissants, plus proches des versions destinées au Macintosh, notamment dans le cas des applications de productivité »[57] ; impression partagée par David Pogue, pour qui l'appellation « gros iPod touch » ne rend pas justice à l'appareil[58].

Yair Reiner affirme que l'iPad deviendra un produit concurrent des liseuses tels que l'Amazon Kindle en reversant 70 % des profits aux maisons d'éditions — ce qui est actuellement le cas avec les développeurs d'applications sur l'App Store[59]. Une semaine avant la date de lancement officiel de l'iPad, Amazon a d'ailleurs revu la part des profits reversés aux maisons d'éditions pour l'établir à 70 %[60].

Quelques jours après le dévoilement de l'iPad, Stephen Fry a déclaré qu'il faut l'utiliser pour réellement l'apprécier et juger de sa qualité, et que les éventuelles critiques à l'encontre de l'appareil disparaissent après prise en main. Fry souligne la vitesse et la réactivité de l'iPad, l'interface très intuitive ainsi que la définition et la richesse de l'écran[61]. En accord avec les déclarations de Steve Jobs, les médias ont conclu que l'iPad ouvrait la porte à une nouvelle catégorie d'appareils, entre les smartphones et les ordinateurs portables[62].

Critiques[modifier | modifier le code]

Les critiques concernant l'iPad ont été globalement bonnes. En mars 2010, peu après le lancement de l'iPad, le spécialiste américain du Wall Street Journal Walter Mossberg pense que la tablette « a le potentiel de changer profondément l'informatique mobile et de menacer l'ordinateur portable »[63]. David Pogue, du New York Times, a écrit une double critique, la première pour les technophiles, la seconde pour ceux étant moins portés sur les produits technologiques. Dans cette seconde critique, il note qu'un ordinateur portable offre plus de possibilités pour un prix moins élevé que celui de l'iPad, alors que dans la première, il affirme que si les lecteurs apprécient le concept de la tablette et comprennent les possibles applications qui peuvent en être faites, alors ils apprécieront l'iPad[64]. Ed Baig de USA Today a brutalement affirmé que l'iPad est un « winner »[65]. Andy Ihnatko du Chicago Sun-Times l'a nommé « l'un des meilleurs ordinateurs au monde »[66].

Le magazine PC World a cependant souligné les faiblesses de l'iPad en termes de partage de fichiers et d'impression de documents[67].

Un article publié le 28 mai 2010 sur le blog écologiste d'Audrey Garric, titré « L’iPad est programmé pour être rapidement obsolète », présente une interview d'Anne Bringault, la directrice de l'ONG Les Amis de la Terre, qui considère l'iPad comme le « symbole d'une époque de surconsommation »[68]. Début 2013, le site web iFixit (en) publie un classement concernant la facilité de réparation de diverses tablettes, certaines étant plus difficiles que d'autres à démonter. Les iPads (versions 2 à 4 et mini) y sont les plus mal classés après la Microsoft Surface Pro[69],[70].

Réactions lors du lancement international[modifier | modifier le code]

Le 28 mai 2010, l'iPad a été lancé en Australie, au Canada, au Japon, ainsi que dans sept pays européens. Les médias lui ont réservé un accueil mitigé. Ils ont noté d'une part la réponse positive des fans, qui étaient plusieurs centaines à faire la queue devant les magasins lors ce jour[71],[72], ainsi que le large choix de livres et d'applications en tous genres[73],[74].

D'autre part, les médias ont dénoncé la faible capacité de communication de l'iPad avec d'autres appareils et ont fait remarquer que l'iPad devait faire face à la concurrence des tablettes fonctionnant sous Android[71]. En ce qui concerne l'aspect liseuse de l'iPad, The Independent a déploré le fait qu'en plein jour, l'iPad ne soit pas aussi lisible que du papier[73].

Caractéristiques manquantes[modifier | modifier le code]

CNET et Gizmodo ont listé les caractéristiques dont l'iPad est dépourvu et que les consommateurs attendent. Cette liste comprend un support Adobe Flash, un écran plus long et plus fin pour regarder des films en plein écran (et respecter le ratio d'affichage), un port USB, une sortie HDMI, ainsi qu'une interface d'échange plus flexible que le Dock[75],[76].

CNN et Wired News ont défendu les « oublis » de quelques caractéristiques, notamment le support Adobe Flash, mettant en avant le fait que YouTube et Vimeo sont passés au H.264 pour les vidéos en streaming « En ce qui concerne le visionnage de film en plein écran, le ratio 16:9 en mode portrait paraîtrait étrangement grand et fin. Le format 4:3 est un compromis, et un bon. » En ce qui concerne le manque de port USB, « L'iPad est destiné à être un appareil simple d'utilisation, et non pas un ordinateur complet. Un port USB nécessiterait l'installation d'un pilote informatique pour imprimantes, scanners et tout autre chose que vous pourriez brancher »[77],[78].

Le débat sur l'utilisation de l'iPad comme ordinateur personnel a été très long. Forrester Research argumente en faveur de cette utilisation, malgré les restrictions d'Apple en termes de création et de modification de fichiers avec l'iPad[79]. À l'inverse, PC World considère que le manque de caractéristiques essentielles telles le support Adobe Flash décrédibilisent l'iPad en tant qu'ordinateur personnel[80].

Droit des marques[modifier | modifier le code]

La presse révèle que le groupe STMicroelectronics a déposé la marque « iPad » auprès de l'OHMI en 2000, alors que Fujitsu l'a déposé en 2003 auprès de l'USPTO. Ces entreprises l'utilisent pour commercialiser différents produits dans le domaine de l'électronique[81]. En janvier 2010, Masahiro Yamane, directeur de la division relations publiques de Fujitsu, indique que la marque appartient à l'entreprise japonaise[82] ; en mars, sa propriété est transférée à Apple[83]. En 2007, la marque « iPhone » fut déjà l'objet d'un contentieux entre Apple et la société Cisco, avant que les deux firmes trouvent un accord afin de la partager[84].

En Chine, la marque a également été déposée en 2000 par Proview Technology[85].

Ventes[modifier | modifier le code]

D'après Steve Jobs, avec plus de 3 millions d'exemplaires en trois mois, il s'est vendu un iPad toutes les 3 secondes depuis son lancement[86]. Le 22 juin 2010, soit 80 jours après son lancement aux États-Unis, Apple annonçait avoir vendu 3 millions d'appareils[87]. Lors de la Keynote du 2 mars 2011, Apple affirme qu'en 9 mois (période avril-décembre) la société aurait vendu plus de 15 millions de tablettes. Lors de l'annonce de ses résultats du second trimestre 2011, Apple a indiqué avoir vendu 9,25 millions d'iPad contre 4,64 millions d'exemplaires au premier trimestre 2011[88].

Avec une part de marché de plus de 66 % sur le segment des tablettes au troisième trimestre 2011, l'iPad est la tablette la plus vendue dans le monde[89]. En France, en 2011, l'iPad représente 90 % des tablettes vendues[90].

La tablette la plus vendue dans le monde reste l'iPad 2 (toujours commercialisé dans la majorité des pays) malgré la sortie du nouvel iPad 3, puis de l'iPad 4.

Usage en milieu scolaire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cartable numérique.

En 2011, de plus en plus d'écoles américaines distribuent des iPads à leurs élèves en lieu et place de livres scolaires, dictionnaires, et autres fournitures telles les calculatrices[91],[92]. Certains éditeurs de livres scolaires avaient commencé à transposer leurs ouvrages au format numérique avant la sortie de l'iPad et le mouvement s'accélère[92]. D'après Apple (septembre 2011), plus de 600 districts ont lancé des programmes dans lesquels tous les élèves d'au moins une classe sont équipés d'un iPad et ce pour toute la durée de l'année scolaire[92].

En France, des expérimentations ont été menées en 2011 dans des écoles[93].

En 2013, le gouvernement de la petite principauté d'Andorre a créé une vive polémique en décidant d'obliger les familles[94] (et les enseignants[95]) à acheter un iPad 2 afin que leurs enfants puissent l'utiliser à l'école en lieu et place des livres traditionnels pour la rentrée 2013-2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Apple a déjà écoulé 170 millions d’iPad, CNET, 24 octobre 2013
  2. Informations Presse - Apple vend trois millions d'iPad en 80 jours
  3. MacPlus.net - iPad : 11 points de pression
  4. (en) Daring Fireball: The Original Tablet
  5. (en) The Apple Museum - Prototypes
  6. Steve Jobs à la conférence All Things D, l'essentiel, Mac4Ever, 2 juin 2010
  7. (en) The Apple Tablet: a complete history, supposedly, sur engadget.com, 26 janvier 2010
  8. (en) NJ.com - Apple iPad tablet is uneveiled at live press conference
  9. (en) Want to take notes on an iPad? Here's your stylus, CNET Reviews, 28 janvier 2010
  10. Wintek profite de l'aubaine iPad et construit une nouvelle usine, Mac4Ever, 5 mai 2010
  11. (en) iPad's 'Mute' Switch Replaced With Screen Rotation Lock, MacRumours, 12 mars 2010
  12. a et b Apple - iPad - Caractéristiques techniques, site officiel Apple
  13. (en) T3.com - Apple iPad WiFi + 3G review
  14. iPad Wi-Fi Teardown, iFixit, p. 3
  15. Apple - iPad - Design
  16. (en) iPad's lack of Flash/USB/Bluetooth is all about lock-in (updated), ZDNet, 1er février 2010
  17. Test de l'adaptateur VGA pour iPad, iGeneration, 18 juin 2010
  18. (en) Batteries Required?, Forbes, 28 mai 2010
  19. (en) Apple Will Replace Dead Battery iPads For $99, Gizmodo
  20. Apple - Assistance - Service de remplacement de la batterie - iPad
  21. (en) Apple iPad Camera Connection Kit, iLounge, 26 avril 2010
  22. (en) ars technica.com - iPad WiFi + 3G day is today; here's our data plan primer
  23. (en) Sad news for iPad in Japan, Lemon Soju, 11 mai 2010
  24. Stylet Pissarro de VidaFun
  25. a, b et c Lien ZD Net
  26. Un processeur dual-core cadencé à 1.4GHz pour l’iPad 4, Gizmodo, 31 octobre 2012
  27. a, b et c (en) Anand Lal Shimpi, Apple iPad 2 GPU Performance Explored: PowerVR SGX543MP2 Benchmarked, AnandTech, 12 mars 2011
  28. Emmanuel S, L’iPad 3, ou « nouvel iPad » dispose bien d’1 Go de RAM, iPhoneAddict.fr, 8 mars 2012
  29. (en) Apple Developer - Start Developing iPad Apps
  30. (en) 8 Things That Suck About the iPad, Gizmodo
  31. (en) The Register.co.uk - Steve Jobs uncloaks the 'iPad'
  32. (en) TechCrunch - The Subplots Of The iPad Blockbuster
  33. (en) - Lastest Sets - Apple iPad Features
  34. Mac4Ever - Apple vante iOS 4.2 sur son site (français)
  35. a et b Apple - iPad - Fonctionnalités
  36. a et b Informations Presse - Apple lance iPad
  37. (en) Los Angeles Times - Apple confirms 3G VoIP apps on iPad, iPhone, iPod Touch; Skype is waiting
  38. Apple iPad will choke innovation, say open internet advocates (The Guardian, article publié le 1er février 2010) (en)
  39. Apple's Trend Away From Tinkering (Slashdot, sujet posté le 31 janvier 2010) (en)
  40. (en) Apple's iPad: The End Of The Internet As We Know It? (National Public Radio), article publié le 5 avril 2010.
  41. (en) iPad Jailbreak Ready for Download, Wired, 8 mai 2010
  42. a et b (en) How To: Jailbreak Any iPhone, iPod Touch or iPad, Gizmodo, 3 mai 2010
  43. (en) Patel, Nilay, « The Apple iPad: starting at $499 », Engadget,‎ 27 janvier 2010 (consulté le 27 janvier 2010)
  44. (en) Joshua Topolsky, « Live from the Apple 'latest creation' event », Engadget,‎ 27 janvier 2010
  45. (en) Stephanie Clifford, « Condé Nast Is Preparing iPad Versions of Some of Its Top Magazines », The New York Times,‎ 28 février 2010
  46. (en) Andy Brett, The New York Times Introduces An iPad App, TechCrunch, 1er avril 2010
  47. LeMonde.fr sur iPad
  48. (en) « The 10 Best iPad Applications for News », idio,‎ 14 juin 2010
  49. (en) Jack Schofield, « Wikipedia's porn purge, and cleaning up for the iPad », The Guardian,‎ 10 mai 2010
  50. (en) « YouPorn Goes HTML5, Gets on the iPad », sur GigaOM,‎ 18 mai 2010
  51. (en) « Steve Jobs Offers World 'Freedom From Porn' », Gawker Media,‎ 15 mai 2010
  52. (en) « No Porn on iPad? Artist Strikes Back (NSFW) », sur Cult of Mac,‎ 28 mai 2010
  53. « Première prise en main de l’Apple iPad », Gizmodo, 27 janvier 2010
  54. a et b « iPad : forces et faiblesses de la tablette Apple », Le Figaro, 28 janvier 2010
  55. « iPad : la presse distribue ses bons et mauvais points », Les Échos,‎ 28 janvier 2010
  56. iPad - La tablette Apple est-elle faite pour vous ?, Eleven's speak, 27 janvier 2010
  57. (en) Walter S. Mossberg, « First Impressions of the New Apple iPad », All Things Digital,‎ 27 janvier 2010
  58. (en) David Pogue, « The Apple iPad: First Impressions », The New York Times,‎ 27 janvier 2010
  59. (en) « Apple tablet due March, to get Kindle-killer book deal? », Electronista,‎ 9 décembre 2009 (consulté le 3 octobre 2010)
  60. (en) Jacqui Cheng, « Amazon hikes Kindle royalties to 70%, with a catch », Ars Technica, Condé Nast,‎ 20 janvier 2010 (consulté le 3 octobre 2010)
  61. (en) Stephen Fry, « Stephen Fry: Why the Apple iPad is Here to Stay », The Guardian, London,‎ 29 janvier 2010 (lire en ligne)
  62. John Paczkowski, « Initial iPad Demand Greater Than Initial iPhone Demand », All Things Digital,‎ 23 février 2010 (lire en ligne)
  63. (en) Walt Mossberg, Apple iPad Review: Laptop Killer? Pretty Close, The Wall Street Journal, 31 mars 2010
  64. (en) Pogue, David, « Reviews: Love It or Not? Looking at iPad From 2 Angles », The New York Times,‎ 31 mars 2010 (lire en ligne)
  65. (en) Baig, Edward C, « Verdict is in on Apple iPad: It's a winner », USA Today,‎ 31 mars 2010 (lire en ligne)
  66. (en) Ihnatko, Andy, « Review: iPad is pure innovation – one of best computers ever », Chicago Sun-Times,‎ 31 mars 2010 (lire en ligne)
  67. (en) Nick Mediati, « iPad Struggles at Printing and Sharing Files », PC World,‎ 5 avril 2010 (consulté le 3 octobre 2010)
  68. « L’iPad est programmé pour être rapidement obsolète », Blog sur le site du journal Le Monde,‎ 28 mai 2010
  69. L'iPad et Surface Pro, les deux tablettes les moins réparables La suite sur Clubic.com : L'iPad et Surface Pro, les deux tablettes les moins réparables, Clubic, 1er mars 2013
  70. (en) Tablet Repairability, iFixit
  71. a et b (en) « iPad fans mob Apple stores for international launch », BBC News Online, BBC,‎ 28 mai 2010 (lire en ligne)
  72. (en) « iPad-mania as thousands queue for global roll-out », France24,‎ 28 mai 2010 (consulté le 3 octobre 2010)
  73. a et b (en) David Phelan, « The iPad: what is it good for? », The Independent, Londres,‎ 26 mai 2010 (lire en ligne)
  74. (en) Kate Bevan, « The best iPad media apps », The Guardian, Londres, Guardian Media Group,‎ 31 mai 2010 (lire en ligne)
  75. (en) Adam Ferruci, « 8 Things That Suck About the iPad », Gizmodo,‎ 27 janvier 2010 (consulté le 3 octobre 2010)
  76. (en) Scott Stein, « 10 things Netbooks still do better than an iPad », CNET,‎ 27 janvier 2010 (lire en ligne)
  77. (en) Charlie Sorrel, « 10 things missing from the iPad », Wired News,‎ 28 janvier 2010 (lire en ligne)
  78. (en) Charlie Sorrel, « Ten things missing from the iPad », CNN,‎ 28 janvier 2010 (lire en ligne)
  79. (en) Arik Hesseldahl, « Forrester: Tablets Will Outsell Netbooks By 2012 », BusinessWeek,‎ 17 juin 2010 (consulté le 3 octobre 2010)
  80. (en) Jason Cross, « Apple's iPad Mistakes », PC World,‎ 27 janvier 2010 (consulté le 3 octobre 2010)
  81. Julien Pompey, « Le nom "iPad" crée la polémique », Les Échos,‎ 28 janvier 2010
  82. (en) Hiroko Tabuchi, « IPad? That’s So 2002, Fujitsu Says », The New York Times,‎ 29 janvier 2010
  83. (en) Susan Decker, Connie Guglielmo, « Apple Gets IPad Trademark From Fujitsu, Records Show », Bloomberg,‎ 26 mars 2010
  84. « Apple et Cisco d'accord pour se partager la marque iPhone », Le Monde,‎ 22 février 2007
  85. « iPad: une société chinoise accuse Apple de violer ses droits »
  86. Apple a dévoilé l’iPhone 4, en vente le 24 juin, Libération, 7 juin 2010
  87. (en) « Apple Sells Three Million iPads in 80 Days », Apple (consulté le 22 juin 2010)
  88. iPad, les chiffres records du troisième trimestre, iPadou, 22 juillet 2011
  89. Vente Apple iPad et iPhone dans le monde, EcoConscient, 2 février 2011
  90. Apple et la presse, pas si compatibles, Le Monde, 13 décembre 2011
  91. Éducation : l'iPad en force dans les écoles Américaines, VIPad.fr, 13 février 2011
  92. a, b et c (en) Many US schools adding iPads, trimming textbooks, Yahoo Finance / AP, 3 septembre 2011
  93. Des iPads sur les bancs de l'école en Isére : détails, vidéo et premières conclusions de l'expérimentation !, VIPad.fr, 24 avril 2011
  94. (es) Los colegios públicos de Andorra imponen el uso del iPad en las aulas - EuropaPress, 3 juin 2013
  95. (ca) Els professors s’hauran de pagar l’iPad obligatori - Diari d'Andorra, 6 juin 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]