Apotemnophilie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Apotemnophilie est un trouble neurologique dans lequel un individu exprime un fort désir spécifique de subir l'amputation d'un ou plusieurs membres du corps en bon état[1],[2]. Cela pourrait être dû à une lésion du lobe pariétal droit, ce trouble ayant des caractéristiques communes avec la somatoparaphrénie[2]. Lors d'une très forte expérience, certains individus atteints d'apotemnophilie ont tendance à se sentir mécontents de leurs corps et veulent à tout moment retirer un membre en bon état, une condition nommée trouble identitaire relatif à l'intégrité corporelle. Certains apotemnophiles recherchent l'aide de chirurgiens pour une amputation ou se blessent volontairement un membre pour forcer une amputation médicale urgente[3]. Une définition à part, bien qu'occasionnellement morbide, de l'apotemnophilie est un intérêt érotique consistant à être ou à ressembler à un amputé[1],[4]. Cette définition à part ne doit pas être confondue avec l'acrotomophilie (terme médical signifiant un désir sexuel envers les amputés).

Définition[modifier | modifier le code]

Une paraphilie du type stigmatique/éligible dans laquelle une excitation sexuo-érotique et la facilitation de l'orgasme dépendent de l'individu voulant être amputé (de απ? = notion d’extrémité, τ?μνω = couper, et φιλ?ω = aimer)[1]. Dans ce trouble, un individu exprime un fort désir spécifique de subir l'amputation d'un ou plusieurs membres valides de son corps. Certains possèdent ce désir depuis leur enfance et tentent parfois de subir une opération médicale. Bien que la plupart des chirurgiens refuseront, par déontologie, d'amputer un membre valide, certains patients tenteront eux-mêmes d'endommager irrévocablement le membre en question, afin de rendre inévitable la nécessité d'une amputation formelle. Après amputation, certains se disent heureux de leur décision et expliquent souvent, que paradoxalement, ils sont enfin "comblés"[2],[5].

Acrotomophilie[modifier | modifier le code]

L'Acrotomophilie (du grec akron = extrémité, tomein = couper, et philein = aimer), est une paraphilie dans laquelle un individu est sexuellement attiré envers les amputés.

Le fétichisme de l'amputé est désigné en tant que forme d'abus relié à la vulnérabilité et à la dépendance de femmes invalides[6].

Signes and symptômes[modifier | modifier le code]

Dépression[modifier | modifier le code]

Man with depression.
Le principal symptôme de l'apotemnophilie est la dépression.

Les apotemnophiles sont exposés à une très forte dépression causé par l'isolement, la confusion et l'incapacité de déterminer ce qu'ils sont censés être physiquement ou émotionnellement. Les patients atteints d'apotemnophilie se sentent à part de la norme et s'isolent eux-mêmes socialement.

Blessures intentionnelles[modifier | modifier le code]

Les blessures sont causées par des tentatives désespérées pour l'amputation d'un membre. Les patients atteints d'apotemnophilie possèdent une image idéale de leurs corps en tant qu'amputé auquel il manque un membre. Originellement développés depuis le jeune âge, les apotemnophiles apportent des mesures drastiques assurant leur idéologie de l'amputation. Les apotemnophiles tentent même d'infecter ou de blesser fortement et violemment un membre de leurs corps dans l'intention d'être amputé et dans l'idée d'être débarrassé du membre tant gênant.

Causes[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucune cause directe liée à l'apotemnophilie. Cependant, de récentes recherches médicales montrent que l'apotemnophilie est liée à des anormalités du cortex préfrontal. Les apotemnophiles montrent des traits similaires concernant un désir d'amputation dès le jeune âge, due à une expérience. L'expérience de la vie joue un plus grand rôle dans l'apotemnophilie que le facteurs culturels ou génétiques.

Études[modifier | modifier le code]

Apotemnophilie a été étudiée durant de nombreuses années pour déterminer quelle en est la cause physique et psychologique[2]. Une étude menée par Michael B. First sur 52 aspirants ou amputés volontaires montre que la principale raison invoquée est de retrouver leur réelle identité, de corriger une anomalie anatomique. La majorité désire une amputation d’un membre (95 %) et plutôt la jambe au-dessus du genou (73 %). Le nombre d’amputations volontaires réalisées est inconnu mais au sein des pratiquants des modifications corporelles extrêmes, il semble que ce soit une pratique en augmentation. Si retrouver son identité réelle est bien la motivation des aspirants, il peut être légitime de rapprocher cette pratique de la chirurgie esthétique ou de l’aspiration à changer de sexe, comme l’on fait Tim Bayne et Neil Levy : pour eux, la chirurgie esthétique est même plus problématique que le désir d’amputation volontaire car elle obéit à des pressions extérieures comme les normes de beauté véhiculées par les médias et non à une nécessité intérieure[1].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Apotemnophilie », sur Larousse,‎ 21 mai 2008 (consulté le 27 mars 2011)
  2. a, b, c et d (en) cbc.ucsd.edu, Brang,G. (2008). Apotemnophilia: A Neurological Disorder. "Cognitive Neuroscience and Neuropsychology, 19" 1305–1306.
  3. Bensler, J. M., & Paauw, D. S. (2003). potemnophilia masquerading as medical morbidity. "Southern Medical Journal, 96," 674–676.
  4. (en) Everaerd, W. (1983). A case of apotemnophilia: A handicap as sexual preference. "American Journal of Psychotherapy, 37", 285–293.
  5. (en) First M. (2005). Desire for an amputation of a limb: paraphilia, psychosis, or a new type of identity disorder. "Psychol Med, 35" 919–923.
  6. (en) R.Amy Elman, Sourcebook on violence against women, SAGE,‎ 2001, 193–208 p. (ISBN 0761920056)