Apolo Anton Ohno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ohno.
Apolo Anton Ohno Short track speed skating pictogram.svg
ApoloOhno.jpg
Apolo Anton Ohno au Men 500m la cérémonie de médaille au 2006 Jeux olympiques d'hiver du Turin.
Contexte général
Sport Patinage de vitesse sur piste courte
Période active De 1996 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : États-Unis Américaine
Naissance 22 mai 1982 (1982-05-22) (31 ans)
Lieu de naissance Seattle
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 2 2 4
Championnats du monde 9 7 7

Apolo Anton Ohno, né le à Seattle, est un patineur de vitesse sur courte piste de nationalité américaine. Il a notamment gagné sept médailles olympiques dont deux en or. Champion olympique du 1 500 m et médaillé d'argent du 1 000 m aux Jeux olympiques d'hiver de 2002 à Salt Lake City, il remporte de nouveau un titre olympique sur le 500 m et deux médailles de bronze sur le 1 000 m et le relais 5 000 m aux Jeux olympiques d'hiver de 2006 à Turin. Sa médaille d'argent remportée aux Jeux olympiques de Vancouver 2010 en a fait l'athlète américain le plus titré des Jeux olympiques d'hiver. Par ailleurs, parmi ces neuf titres de champion du monde, il a été champion du monde au général en 2008 à Gangneung.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ohno est né et vit à Seattle, d'une mère américaine, Jerrie Lee, et d'un père japonais-indigène, Yuki Ohno. Ses parents ont divorcé quand Apolo était encore un enfant. Pour l'occuper, son père le présente à un patineur de vitesse sur courte piste, avec qui Apolo s'entend bien.

Apolo Anton Ohno a gagné la quatrième saison de l'émission américaine, Dancing with the Stars avec sa partenaire Julianne Hough. En 2012 il est de nouveau candidat, pour la saison 15, une saison all stars, réunissant notamment Pamela Anderson et Kirstie Alley.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1997, à l'âge de quatorze ans, une année après être apparu dans le Sports Illustrated For Kids il est devenu le plus jeune champion des États-Unis. En 1998 à Nagano, il a concouru pour la première fois dans des épreuves olympiques. Cependant, il était le premier Américain à être le champion global de coupe du monde pendant la saison 2000-01 et quatre ans après, qualifié pour l'équipe des États-Unis dans 2002 Salt Lake City, gagnant deux médailles aux jeux[Quoi ?]. Il a également fait partie de l'équipe des États-Unis en 2006 aux Jeux olympiques d'hiver, gagnant trois médailles[1].

Les Jeux olympiques d'hiver 2002[modifier | modifier le code]

À Salt Lake City, Ohno est devenu un athlète populaire aux États-Unis grâce son attitude gaie. Il est devenu le visage du short-track aux États-Unis, qui était un sport relativement nouveau et inconnu alors, et a porté les espoirs de médaille de l'Amérique dans ce sport[2]. Ohno fut médaillé dans deux épreuves, bien qu'il y ait eu une certaine polémique liée aux résultats.

Dans le 1 000 m de Patinage de vitesse sur piste courte aux Jeux olympiques de 2002, Ohno menait la course, mais dans le dernier virage, le patineur chinois Jiajun Li déclencha une élimination massive, en envoyant Ohno, Mathieu Turcotte et Ahn Hyun-soo dans les barrières. Le seul à rester debout fut Steven Bradbury, qui, étant jusqu'alors distancé, put échapper à la chute, pour gagner la première médaille d'or de l'hémisphère sud aux Jeux olympiques d'hiver. Ohno s'est vite rétabli sur ses patins pour passer la ligne d'arrivée et décrocher la médaille d'argent[2].

Dans le 1 500 m, Ohno gagna la médaille d'or, avec un temps de 2:18.541. Dans la course finale de 1 500 mètres, le sud-coréen Dong-Sung Kim fut le premier a passer la ligne d'arrivée, mais a été éliminé en raison d'avoir bloqué Ohno durant la course[3],[4]. L'équipe Coréenne du Sud a été particulièrement dérangée par le résultat. Une chanson négative au sujet d'Ohno a été écrite par Yun Min-Seok (윤민석) et Park Seong-Hwan (박성환), qui a été intitulé « Fucking USA. »[5]

Ohno a continué de concourir après ces J.O. en remportant de nouvelles courses.

En 2003, Ohno a refusé de participer à une épreuve de short-track en Corée pour des raisons de sécurité[6].Les 100 polices d'une émeute étaient à l'aéroport international d'Inchon pour empêcher toute tentative d'agression contre Ohno quand il est allé en Corée du Sud pour la deuxième tasse du monde en 2005[7]. Ohno a gagné deux médailles d'or, aussi bien que le titre global.

Les Jeux olympiques d'hiver 2006[modifier | modifier le code]

Au 1 500 m, Ohno chuta en demi-finale et fut éliminé prématurément. Au 1 000 m, Ohno remporta une médaille de bronze finissant derrière Ahn Hyun-soo et Lee Ho-suk, tous deux coréens. Plus tard, Ohno indiqua qu'il était content de revenir sur le podium après sa chute en 1 500 m. Comme signe de bonne volonté, Ahn a invité Lee et Ohno à partager la marche supérieure avec lui.

Après deux faux départs d'autres patineurs, Ohno décrocha l'or au 500 m en prenant la tête avec un départ tonitruant et en gardant la première place jusqu'à l'arrivée. En dépit d'une légère violation des règles Ohno put garder sa médaille d'or[8],[9].

Ohno gagna en plus une médaille de bronze au 5 000 m avec le relais masculin[9].

Les Jeux olympiques d'hiver 2010[modifier | modifier le code]

Ohno participe à ses troisièmes jeux, durant lesquels il remporte deux nouvelles médailles, ce qui lui permet de devenir l'Américain le plus titré des Jeux olympiques d'hiver.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « US Olympic Team: Apolo Anton Ohno »
  2. a et b (en) Jim Caple, « Apolo's great name sucked us into short track », ESPN.com, 2002-02-23 (consulté en 2007-02-16)
  3. (en) « Ohno disqualified in 500, U.S. falls in 5,000 relay », Associated Press, 2002-02-23 (consulté en 2007-02-16)
  4. (en) Arirang News, « Korea Picks up First Gold in Torino », The Chosun Ilbo, 2006-02-13 (consulté en 2007-02-16)
  5. (ko) (ko) 시연 김, « '빼앗긴 금메달', 경기는 끝났지만... », Yonhap News, Oh my News, 2002-02-21 (consulté en 2007-02-25)
  6. (en) Song-Wu Park, « Short-Track Meet Gets Under Way; Ohno a No-Show », The Korea Times, 2003-11-27 (consulté en 2007-02-16)
  7. (en) « Ohno arrives in South Korea », The Seattle Times, 2005-10-04,‎ 2005-10-04 (consulté en 2007-02-16)
  8. (en) Yi-Wyn Yen, « Self-starter », Sports Illustrated, 2006-02-25 (consulté en 2007-02-16)
  9. a et b (en) Bernie Wilson, « Olympic Short Track Analysis », Yahoo! Sports, 2006-02-25 (consulté en 2007-02-16)

Liens externes[modifier | modifier le code]