Apollonie (Israël)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Apollonie de Palestine)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apollonie.
Apollonie
Arsouf, Arsour, Sozousa
Image illustrative de l'article Apollonie (Israël)
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
Coordonnées 32° 11′ 44″ N 34° 48′ 21″ E / 32.195447, 34.80590332° 11′ 44″ Nord 34° 48′ 21″ Est / 32.195447, 34.805903  

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Apollonie
Apollonie

Apollonie est une ville antique située dans la plaine du Sharon sur la côte méditerranéenne entre Jaffa et Césarée en Israël. La ville a eu différents noms au cours de l'histoire : Arshof, Sozousa, Arsuf, Arsour. Le site est dominé par les ruines d'une forteresse de l'époque des Croisades.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Phéniciens établissent à cet emplacement un premier établissement au VIe siècle av. J.-C.. Il est nommé d'après Reshep, le dieu phénicien de la guerre et du tonnerre. On suppose que le nom du site est Arshoph[1]. Cet établissement se fait dans le cadre de la politique achéménide de développement du commerce en Palestine, lorsque la Judée passe sous domination perse à la suite de la chute de l’empire néo-babylonien[2]. Comme le reste de la plaine du Saron, Arshoph dépend des Phéniciens de Sidon.

Le site est plus tard renommée Apollonia à la période hellénistique, car les grecs assimilèrent Resheph à Apollon. C'est sous ce nom que Flavius Josèphe désigne la ville lorsqu'elle est prise par le roi Alexandre Jannée. Le site est restauré par le gouverneur de Syrie Aulus Gabinius et attire de nouveaux habitants car c'est le principal port au sud de la fertile plaine du Sharon[3]. Sous la domination romaine, l'établissement se transforme en vraie ville, et Apollonia atteint son apogée à l'époque byzantine. Au Ve siècle et VIe siècles, la ville est appelée Sozousa et sert de siège épiscopale à la province de Palestine Première. Elle est prise par les Perses sassanides en 614 puis par les Arabes en 640. Ils en fortifient une partie, ce qui fait que la superficie urbaine diminue considérablement. La ville est alors appelée Arsuf.

Pendant les Croisades, la ville est attaquée à deux reprises par les Croisés en 1099. Elle est prise en 1101 par Baudouin Ier avec l'aide de la flotte génoise. La ville est appelée Arsour par les Croisés. En août 1187, elle tombe au main de Saladin mais elle est reprise le 7 septembre 1191 lors de la bataille d'Arsouf qui oppose Richard Cœur de Lion à Saladin. En 1241, Jean II d'Ibelin entreprend la construction d'un vaste château concentrique au nord de la cité[1]. En 1261, les Hospitaliers achète la ville à la famille d'Ibelin. En 1265, le sultan mamelouk Baybars conquière la ville. La forteresse tombe ensuite en ruine et il ne subsiste qu'un petit village[3].

Des fouilles archéologiques ont été réalisées sur le site d'Apollonia-Arsuf entre 1950 et 2006. Le site et les zones environnantes ont été transformés en parc national en 2002[1]. Le parc se situe immédiatement au nord de la ville d'Herzliya, cité balnéaire située à 10 km au nord de Tel Aviv.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c ASOR 2009
  2. (en) Oded Lipschits et Manfred Oeming (dir.), Judah and the Judeans in the Persian period, Winona Lake, Einsensbrauns,‎ 2006 (ISBN 9781575061047), « Achaemenid Imperial Policy, settlement processes in Palestine and the status of Jerusalem in the middle of the fifth century BCE »
  3. a et b Murphy-O'Connor 2008, p. 188-190

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Murphy-O'Connor, The Holy Land, Oxford University press, coll. « Oxford Archaeological Guides »,‎ 2008 (ISBN 978-0-19-923666-4)
  • Katharina Galor, Israel Roll, Oren Tal, Donald H. Sanders, Andrew R. Willis et David B. Cooper, « Apollonia-Arsuf between Past and Future », Near Eastern Archaeology, The American Schools of Oriental Research, vol. 72, no 1,‎ mars 2009, p. 4-27

Sur les autres projets Wikimedia :