Apollon Chatsworth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apollon (homonymie).
Tête Chatsworth, British Museum (GR 1958.4-18.1)

L’Apollon Chatsworth est une sculpture de bronze datant du Ve siècle av. J.-C. dont la tête est conservée au British Museum de Londres (GR 1958.4-18.1), un fragment de jambe se trouvant sans doute au musée du Louvre (Br 69).

La découverte[modifier | modifier le code]

En 1836, une statue monumentale représentant certainement le dieu Apollon fut découverte dans l'île de Chypre, à Tamassos (en). Malheureusement, la sculpture se brisa lors du dégagement, et la tête fut vendue au British Museum, tandis que le corps, selon la légende locale, servit à fondre une cloche. Néanmoins, une jambe entrée par don au musée du Louvre en 1884 a été récemment rapprochée de la tête sur des considérations techniques (l'alliage est très proche, et contient des traces d'or, élément assez rare dans le bronze grec en général ; de plus les noyaux eux-mêmes sont extrêmement proches).

Technique[modifier | modifier le code]

Jambe provenant probablement de l'Apollon Chatsworth, musée du Louvre (Br 69)

L'Apollon Chatsworth a été fondu à la cire perdue sur négatif (procédé indirect) dans un bronze à environ 9,5 % d'étain pour 90 % de cuivre et 0,5 à 1 % de plomb. La fracture de la jambe, située au niveau d'une zone de soudure, a montré que l'alliage de soudure est de même nature que celui de la jambe, ce qui met en valeur la grande maîtrise technique des bronziers grecs à cette période, la soudure de deux métaux fusant à la même température étant extrêmement difficile, mais permettant une évolution homogène de l'épiderme du bronze. Le métal d'apprêt est fondu en surplus, puis retravaillé afin de redonner à la sculpture le modelé voulu.

Datation[modifier | modifier le code]

La datation de la statue est assez controversée, même si les spécialistes s'accordent plutôt sur la date de 460 av. J.-C., à la charnière entre la période sévère et l'époque classique. Si la jambe ne permet pas de trancher, la tête présente un style assez particulier : les volumes massifs, la large mâchoire inférieure et la petite bouche indiqueraient plutôt le style sévère, mais on note des anomalies dans le traitement des détails, notamment dans l'agencement des mèches de la chevelure. Certains spécialistes ont ainsi pu faire penser à un travail néoclassique du Ier siècle av. J.-C., toutefois, le lieu de découverte, Chypre, un centre assez éloigné de la Grèce Continentale, peut aussi expliquer ce phénomène.

Sources[modifier | modifier le code]