Apolitisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'apolitisme est une doctrine qui préconise au citoyen de ne pas exercer son droit civique.

Rejetant tout engagement ou intérêt en politique, son objectif est de naturaliser un certain nombre de rapports hiérarchiques et sociaux pour éviter leur questionnement.

L'envahissement de l'espace du politique par les préoccupations électorales a amené à utiliser parfois le terme d'apolitisme pour signifier l'absence d'opinion partisane. L'apolitisme est par confusion conceptuelle souvent associé à la neutralité : une personne apolitique s'abstient de prendre parti, le plus souvent par souci d'impartialité.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, les épicuriens ont théorisé et assumé le désengagement par rapport à la vie de la cité en tant que position doctrinale. Recherchant le plaisir dans l'absence de souffrance pour le corps et de trouble pour l'âme, ils considéraient que le sage était celui qui savait éviter de s'exposer à des troubles inutiles[1].

L'apolitisme et les ONG[modifier | modifier le code]

Certaines organisations non gouvernementales (ONG) et organisations internationales (OI) se disent apolitiques, principalement celles qui ont un but purement humanitaire. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est l'exemple le plus célèbre. Le fait qu'il soit considéré apolitique lui a permis d'avoir accès aux camps de prisonniers de guerre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Vincent, De l'Apolitisme, Éditions L.P.S., Paris, 1949, 86 p.