Apocalypse de Moïse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Vie d'Adam et Ève, connue également dans sa version grecque sous le nom d'Apocalypse de Moïse, est un ensemble d'écrits juifs pseudépigraphes.

Versions[modifier | modifier le code]

Le texte survit dans quatre ou cinq recensions majeures, dont aucune n'est originale :

  • Version araméenne : considérée comme perdue. Aucune trace trouvée dans les Manuscrits de la Mer Morte.
  • Version grecque (Apocalypse de Moïse) : à l'évidence une traduction de l'araméen[1],[2].
  • Version latine (Vita Adae) : traduction d'une source grecque différente de celui qui survit.
  • Version arménienne 1 (La Pénitence d'Adam) : édition compilée à partir des trois manuscrits. Le contenu de la Pénitence d'Adam arménienne comprend à la fois les pénitences dans les rivières (introuvable dans la version grecque) et le récit de la chute (pas trouvé dans la version latine)[3].
  • Version arménienne 2 (Le Livre d'Adam) : simple traduction de la version grecque.
  • Version slavonique : à l'évidence une traduction de l'Apocalypse de Moïse grecque[4].
  • Version géorgienne (Le Livre d'Adam et Ève) : plusieurs insertions par des scribes chrétiens[5].
  • Version copte : très fragmentaire, considérée comme une traduction du grec ou l'araméen.

Contenu[modifier | modifier le code]

La légende raconte la vie d'Adam et Ève, depuis leur expulsion du jardin d'Éden jusqu'à leur mort. Le mythe reprend l'histoire biblique de la chute de l'homme telle qu'elle est perçue par Ève. Satan s'est révolté après que Dieu lui avait ordonné d'adorer Adam. Puis, se transformant en « ange de lumière », Satan coopère avec le serpent pour tromper Ève, et Adam et Ève sont chassés du paradis. Plus tard, après la mort d'Adam, l'archange Michel prend le corps d'Adam pour l'enterrer dans « le paradis du troisième ciel » et il est promis à Adam et à tous ses descendants qu'ils prendront part à la résurrection des morts.

Influences[modifier | modifier le code]

Postérieurement, on trouve deux références à l'Apocalypse de Moïse dans ce que les chrétiens nomment le Nouveau Testament, plus précisément dans le Deuxième épître aux Corinthiens : « Satan déguisé en ange de lumière » (11:14), et le « paradis » du « troisième ciel » (12:2-3). Le contexte fortement ironique pourrait indiquer que cette légende a été présentée à l'Église par ses ennemis : « ces apôtres par excellence » (11:5, 12:11)[6].

La Grotte de Trésors, est un texte apocryphe rédigé en langue syrienne par Éphrem le Syrien (306-373). Une partie importante du contenu provient de l'Apocalypse de Moïse. Le manuscrit qui existe aujourd'hui est datée au VIe siècle ou plus tard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. D. Johnson, Life of Adam and Eve, a new translation and introduction in J. H. Charlesworth, The Old Testament Pseudepigrapha, 1985 (ISBN 0385188137)
  2. http://www.ccel.org/c/charles/otpseudepig/apcmose.htm Traduction anglaise en ligne de L. S. A. Wells, The Apocrypha and Pseudepigrapha of the Old Testament in English, Volume II, Pseudepigrapha edited by R. H. Charles, Clarendon Press, 1913.
  3. M. E. Stone, The Penitence of Adam, CSCSO 429-30, Louvain, 1981.
  4. Jajic, Traduction en latin dans les Annales de l'Académie des sciences de Vienne, 1893
  5. Traduction en français de J. P. Mahé, Le Livre d'Adam géorgienne de la Vita Adae in Studies in Gnosticism and Hellenistic Religions, ed. R. van den Broek and M. J. Vermaseren, Leiden, 1981
  6. Victor P. Furnish, 2 Corinthians, Anchor Bible Commentary, 1984