Apios americana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La glycine tubéreuse (Apios americana, syn. Apios tuberosa), aussi appelée « haricot sauvage », « haricot-pomme de terre » ou « patates en chapelet », est une espèce de plantes vivaces de la famille des Fabaceae qui pousse naturellement dans les parties méridionales de l'Amérique du Nord.

Description[modifier | modifier le code]

La glycine tubéreuse a les racines traçantes (rhizome) et garnies en chapelet de tubercules oblongs croustillants et nutritifs à forte teneur en amidon et surtout en protéines (trois fois plus que la pomme de terre[1]).

Cette plante grimpante au port volubile s'enroulant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre peut mesurer jusqu'à 5 m de long[2].

Ses feuilles ailées de 8 à 15 cm de long sont composées de cinq ou sept folioles ovales, pointues, glabres.

Ses fleurs hermaphrodites de plusieurs nuances de rouge sont disposées en grappes serrées pendantes sur des pédoncules axillaires. Elles donnent, sous climat chaud, des gousses de 6 à 12 cm de long qui contiennent des haricots comestibles.

Ces haricots sont plus légers que l'eau, et cette légèreté contribue à la distribution de l'espèce le long des rivages de rivières.

Culture[modifier | modifier le code]

Un terrain léger et chaud, même acide, est celui qui lui convient le mieux. Elle donne rarement des fruits sous climat froid ou venteux mais elle ne se multiplie pas moins abondamment. Ses racines donnent de nombreuses tiges dont chacune, séparée en automne, fournit un nouveau pied l'année suivante, et chaque tubercule de ces racines peut remplir le même objet, lorsqu'on arrache le pied en entier. Le plus grand inconvénient de cette plante, c'est que ses tiges ne sortent pas de terre toutes les années à la même place et que par conséquent on n'est jamais certain de pouvoir leur donner la disposition convenable.

La glycine tubéreuse se reproduit à partir d'un tubercule-mère ou de graines récoltées dans les gousses. Les tubercules sont récoltables à partir de la deuxième année.

Protéger les jeunes plants des limaces qui en sont friandes.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'espèce a été l'une des plus importantes plantes alimentaires des Amérindiens d'Amérique du Nord avant l'arrivée des Européens qui l'ont eux-mêmes beaucoup consommée. Ses tubercules poussent en effet facilement en bonne quantité (plus de 2 kg par plant) et sont disponibles tout au long de l'année sans effort particulier puisqu'ils poussent proches de la surface du sol.

Domestication[modifier | modifier le code]

La glycine tubéreuse a l'avantage, par rapport à la pomme de terre, de ne pas nécessiter d'engrais pour son bon développement et de fournir simultanément des "pommes de terre" et des haricots.

On a tenté de domestiquer la plante en Europe en 1635 (au moment de sa découverte) puis en 1845 (au moment de la grande famine en Irlande) mais sans succès principalement en raison de la longue durée d'attente avant pleine maturité (deux ans) contre seulement un an pour la pomme de terre. En 1986, des recherches génétiques ont permis de réduire à un an son âge de maturité en produisant 3,7 kg de tubercules par pied[3].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :