Aphrissa statira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aphrissa statira est un insecte lépidoptère de la famille des Pieridae, de la sous-famille des Coliadinae et du genre Colias. Elle est l'espèce type pour le genre.

Dénomination[modifier | modifier le code]

  • L'espèce Aphrissa statira a été décrite par Cramer en 1777, sous le nom initial de Papilio statira[1] et reclassée par Butler, en 1873 dans le genre Aphrissa [2].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Callidryas statira (Bates, 1861)[3]
  • Phoebis (Aphrissa) statira (Brown & Mielke, 1967) [4]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Aphrissa statira se nomme Statira Sulphur ou Statira en anglais.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Il existe quatre Sous-espèces :

Synonymie pour cette sous-espèce
Papilio alcmeone (Cramer, 1777)[5]
Colias evadne (Godart, 1819)[6]
Callidryas jada (Butler, 1870)[7]
Catopsilia statira pseudomas (Giacomelli, 1911)
Aphrissa statira jada alba (Brown, 1931)
  • Aphrissa statira cubana (d'Almeida, 1939) à Cuba[8].
  • Aphrissa statira floridensis (Neumoegen, 1891) en Floride [9].
  • Aphrissa statira hispaniolae (Munroe, 1947) en République dominicaine.

Description[modifier | modifier le code]

Ce papillon est de couleur jaune avec une bande jaune plus clair en bordure des ailes sur le recto. Le verso est d'un jaune citron uniforme.

La femelle présente une fine bordure noire et une tache noire à l'apex de ses antérieures[10].

Chenille[modifier | modifier le code]

Elles sont de couleur variable[11].

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol[modifier | modifier le code]

Il semble voler toute l'année mais dans des lieux différents du fait de ses migrations.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont diverses comme chez la plupart des papillons migrateurs : Entada gigas à la Jamaïque, Melicoccus bijugatus à Porto-Rico, Dalbergia ecastaphyllum, Callichamys latifolia, Cassia, Dalbergia, Calliandra en Floride[12].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent au Mexique et en Floride, en Amérique centrale, au Guatemala, au Honduras, à Cuba, en Martinique, en République dominicaine, et en Amérique du Sud au Brésil et en Argentine.

C'est un migrateur régulier depuis l'Argentine jusqu'au sud du Texas et de la Floride[13].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il s'accommode de divers lieux, jardins, forêts, prairies.

Protection[modifier | modifier le code]

Il n'a pas de statut de protection particulière.

Sujet d'étude[modifier | modifier le code]

Il a été choisi pour tester l'existence d'une boussole interne chez les papillons migrateurs et il a été montré qu'au Panama un champ magnétique artificiel perturbe le vol d'Aphrissa statira[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cramer, [1777]; Uitl. Kapellen 2 (9-16): 35, pl. 120, f. C, D
  2. Butler, 1873; Lepid. Exotica (19): 155
  3. Bates, 1861, J. Ent. 1 (4) : 239
  4. Brown & Mielke, 1967, J. Lep. Soc. 21 (3): 154
  5. Cramer, [1777]; Uitl. Kapellen 2 (9-16): 71, pl. 141, f. E
  6. Godart, 1819; Encyclopédie Méthodique. 9 (1): 98
  7. Butler, 1870; Trans. ent. Soc. Lond. 1870 (1) : 11
  8. Gerardo Lamas, 2004; Atlas of Neotropical Lepidoptera; Checklist: Part 4A; Hesperioidea - Papilionoidea
  9. Hodges, Ronald W. (ed.), 1983; Check List of the Lepidoptera of America North of Mexico
  10. « mariposa Mexicana » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-09
  11. papillons d'Amazonie
  12. INRA
  13. (en) Robert B. Srygley, « Experimental evidence for a magnetic sense in Neotropical migrating butterflies (Lepidoptera: Pieridae) », The British Journal of Animal Behaviour, vol. 71, no 1,‎ 2005, p. 183–191 (ISSN 0003-3472, lire en ligne)
  14. Experimental evidence for a magnetic sense in Neotropical migrating butterflies

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :