Anwar Ibrahim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anwar Ibrahim
Image illustrative de l'article Anwar Ibrahim
Fonctions
Député au Parlement
représentant Permatang Pauh
En fonction depuis le 28 août 2008
Prédécesseur Wan Azizah Wan Ismail
19821989
7e Vice-Premier ministre de Malaisie
1er décembre 19932 septembre 1998
Monarque Azlan Shah de Perak
Jaafar de Negeri Sembilan
Prédécesseur Ghafar Baba
Successeur Abdullah Ahmad Badawi
Biographie
Date de naissance 10 août 1947 (67 ans)
Conjoint Wan Azizah Wan Ismail
Religion Islam sunnite
Anwar Ibrahim est un nom malais. Ibrahim est un patronyme, et non pas un nom de famille. Le nom de cette personne est Anwar.

Dato' Seri[1] Anwar bin Ibrahim, né le 10 août 1947 à Cherok Tok Kun, Penang, est un homme politique malaisien. En mai 2008, le Time l'a classé neuvième sur sa liste des cent personnes les plus influentes au monde[2]. En juillet 2009, The Economist le considérait comme « le plus extraordinaire politicien de l'Asie du Sud-Est[3]. »

Débuts[modifier | modifier le code]

Il fit ses études à la Universiti Malaya. En 1968, il devint président de l'Union nationale des étudiants musulmans malaisiens (PKPIM), et devint l'une des principales figures des mouvements de contestation étudiantes. En 1974, il participa à des manifestations étudiantes contre la faim et la pauvreté en milieu rural. Il fut arrêté, et maintenu vingt mois en prison sans être jugé, avant d'être relâché.

Entrée au gouvernement[modifier | modifier le code]

En 1982, il rejoignit le gouvernement du premier ministre Mahathir bin Mohamad. En 1983, il devint ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, puis ministre de l'Agriculture en 1984, ministre de l’Éducation en 1986, ministre des Finances en 1991, et vice-premier ministre en 1993. Il cumula les postes de vice-premier ministre et de ministre des Finances, et était donc à la tête du ministère des Finances au moment de la crise économique asiatique de 1997. Il aligna sa politique sur les recommandations du Fonds monétaire international.

Exclusion de la vie politique et emprisonnement[modifier | modifier le code]

Vers la fin des 1998, il commença à critiquer ouvertement ce qu'il qualifiait de népotisme et de corruption au gouvernement, dont il fut conséquemment exclu en 1998.

En 1999, il fut condamné à six ans de prison pour corruption, et disqualifié de toute participation à la politique avant avril 2008. En 2000, il fut condamné à neuf ans de prison supplémentaires pour des fausses accusations d'actes homosexuels. En 2004, la cour fédérale annula la seconde condamnation. Il purgea sa peine pour corruption, tout en affirmant son innocence, et fut libéré pour bonne conduite en 2004. Il fit appel malgré sa libération, pour blanchir son nom, mais la Cour d'appel maintint le verdict initial. Ne pouvant participer à la vie politique de son pays, il partit un temps à l'étranger, et enseigna à l'université d'Oxford et à l'université Johns-Hopkins.

En octobre 2007, il fut l'un des signataires de A Common Word Between Us and You, une lettre ouverte de notables musulmans adressée aux notables chrétiens, appelant au dialogue, à la paix et à la compréhension réciproque.

Retour en politique[modifier | modifier le code]

Anwar annonça en 2006 qu'il participerait aux élections législatives de 2008, mais celles-ci furent fixées au mois de mars, un mois donc avant la fin de sa disqualification politique. Le 14 avril 2008, il célébra en public son retour en politique, devant une foule d'environ dix mille sympathisants.

Le 29 juin, un homme porte plainte à son encontre pour sodomie. Anwar nie, et dénonce une machination politique:

« Il s’agit clairement d’une tentative désespérée du […] régime pour freiner le mouvement du peuple malaisien vers la liberté, la démocratie et la justice. »[4]

Le même jour, Anwar se réfugie à l'ambassade de Turquie à Kuala Lumpur, ayant reçu des menaces de mort anonymes[5].

Le 15 juillet, il participa à un débat télévisé face au ministre de l'Information, Datuk Ahmad Shabery Cheek, au sujet de la hausse des prix du fioul[6]. Le lendemain, il fut arrêté et emmené à un poste de police, en rapport à l'accusation de sodomie[7].

Le 26 août, Anwar redevint député. Sa femme, députée, avait démissionné afin de provoquer une élection pour ce seul siège, élection qu'Anwar remporta avec plus de 70 % des voix[8].

En janvier 2012, après un long procès, un tribunal le déclare non-coupable à la suite des accusations de sodomie en 2008. Anwar réitère alors qu'il sera bien candidat aux élections législatives de mai 2013[9]. Mais le 7 mars 2014, un tribunal malaisien annule l'acquittement dont il avait bénéficié en se prononçant en faveur du gouvernement qui avait fait appel de la décision de non lieu.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dato' Seri est un titre politique malais.
  2. (en) "Anwar Ibrahim", Time, mai 2008
  3. (en) Personnel de rédaction, « Malaysia's chameleon », The Economist,‎ 31 juillet 2009 (lire en ligne)
  4. (en) "Malaysia's Anwar faces sex claim", BBC, 29 juin 2008
  5. (en) "Malaysia's Anwar seeks sanctuary", BBC, 29 juin 2008
  6. (en) "Anwar and Shabery trade facts, pot shots", The Star, 16 juillet 2008
  7. (en) "Malaysian opposition leader arrested", International Herald Tribune, 16 juillet 2008
  8. (fr) « L’opposant Anwar Ibrahim réélu au Parlement », Radio France Internationale, 26 août 2008
  9. (en) "Malaysia court finds Anwar Ibrahim not guilty of sodomy", BBC, 9 janvier 2012