Antun Vrančić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antun Vrančić par Martin Rota

Antun Vrančić (Antal Verancsics, Antonius Verantius, Antonio Veranzio, Anton Wranczy; 15041573) fut un diplomate et cardinal hongrois d'origine croate.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Šibenik en Croatie, il étudia à Padoue, Vienne et Cracovie. Il fut employé comme ambassadeur en Pologne, en Italie, en France, en Angleterre et en Allemagne par le roi Jean Ier de Hongrie, puis par la régente Isabelle Jagellon, veuve de Jean.

Ferdinand Ier et Maximilien II l'envoyèrent deux fois en ambassade à Constantinople, en 1553 et 1567, où il conclut avec les Turcs la paix d'Andrinople le 17 février 1568.

Il devint évêque de Cinq-Églises en 1554, d'Eger en 1560, puis archevêque primat de Strigonie en 1570. Grégoire XIII l'éleva au rang de cardinal en 1573, mais il mourut dix jours plus tard à Prešov avant même d'en avoir reçu la nouvelle.

Il traduisit en latin une chronique anonyme turque du temps de Bajazet II : cette traduction, dite Codex Venantianus, n'a pas été imprimée mais a été consultée par Loewenklau pour ses Annales des sultans ottomans.

Il est l'oncle de l'humaniste Faust Vrančić (1551–1617).

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Antoine Wranczy » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)