Antonio José Amar y Borbón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonio José Amar y Borbón
Image illustrative de l'article Antonio José Amar y Borbón
Fonctions
Vice-roi de Nouvelle-Grenade
16 septembre 180320 septembre 1810
(7 ans, 0 mois et 4 jours)
Monarque Charles IV puis Ferdinand VII
Prédécesseur Pedro Mendinueta
Successeur Francisco Javier Venegas
Biographie
Nom de naissance Antonio José Amar y Borbón Arguedas
Date de naissance 1742
Lieu de naissance Saragosse (Espagne)
Date de décès 1826
Lieu de décès Saragosse
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnole
Conjoint Francisca Villanova
Profession militaire

Antonio José Amar y Borbón Arguedas, né en 1742 à Saragosse en Espagne et mort dans la même ville en 1826, est un officier militaire et administrateur colonial espagnol. Du 16 septembre 1803 au 20 septembre 1810, il occupe le poste de Vice-roi de Nouvelle-Grenade (actuelle Colombie). Durant son administration, il a à faire face aux débuts des mouvements d'indépendance de la Nouvelle-Grenade.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Amar appartenait à une famille distinguée de médecins. Son père, José Amar y Arguedas, était un médecin du roi Ferdinand VI; son grand-père, Miguel Borbón y Berne, l'était pour Charles III; et sa soeur Josefa appartenait à l'Académie Royale de Médecine (Barcelone).

A l'âge de 20 ans, il entra dans le Régiment de cavalerie de Farnesio comme cadet. Il monta en grade, et fut promu brigadier après 31 ans de services. Il participa au siège de Gibraltar en 1779 et aux guerres contre la France révolutionnaire qui débutèrent en 1792. Il obtint une distinction dans ce dernier conflit quand il couvrit la retraite des troupes espagnoles à Tolosa, sur la frontière du Guipuscoa en 1794.

En récompense pour ses services de mérite, il fut fait chevalier de l'Ordre de Santiago en 1770 et lieutenant-général de l'armée royale en 1802. Le 26 juillet de cette année-là, il fut nommé vice-roi, gouverneur et capitaine général de la Nouvelle-Grenade et président de l'Audiencia royale de Bogota.

Arrivée en Nouvelle-Grenade[modifier | modifier le code]

Le 16 septembre 1803, il présenta son accréditation à son prédecesseur Pedro Mendinueta y Múzquiz à Bogota, et reçu un accueil généreux [1]

Il arriva à Bogota après une épidémie de variole prenant avec lui un vaccin pour la maladie. Le 19 décembre fut donnée une autre réception publique, à San Diego. Le 20 janvier 1804 les préparations commencèrent pour la fête royale pour le nouveau vice-roi, et la fiesta commença d'elle-même le 29. Le 30, il y eut des corridas, et la nuit et la nuit suivante furent illuminées. Des bals masqués se tinrent le 1er février et le 2 et la fête continua jusqu'au 6. Les bals masqués, furent, dit-on, spécialement appréciés par la vice-reine et étaient nouveaux pour la société de Bogota.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

L'administration d'Amar est divisée par l'invasion de l'Espagne par la France napoléonienne. Durant la première période (1803-1808), son administration était surtout routinière. Durant la seconde, avec le Cri de l'Indépendance le 20 juillet 1810, il fit face à la déstabilisation du régime et le démembrement des forces coloniales espagnoles.

Il voulut continuer les politiques progressistes menées dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais il trouva le peuple influencé par les idées françaises des Lumières, et ce fut le point de départ des révoltes pour l'indépendance. Il soutint l'expédition botanique menée par José Celestino Bruno Mutis y Bosio et les recherches scientifiques de Francisco José de Caldas.

A partir de 1805, Amar commença à avoir des problèmes de santé et de surdité.

Il y avait un grand soutien pour le roi Ferdinand VII après qu'il a été fait prisonnier par les Français, mais la vacance du pouvoir dans la colonie causa une crise érodant l'autorité des officiers royaux et renforçant celle des Créoles. Amar n'accepta pas les requêtes créoles voulant former une force militaire en cas de probable attaque française, parce qu'il n'avait pas confiance dans leur loyauté à la Couronne. De leur côté, les Créoles s'inquiétaient d'un possible engagement du vice-roi et de l' Audiencia vis-à-vis du parti français. Et le vice-roi et l'Audiencia n'étaient pas non plus en bons termes.

Au début de septembre 1809, au moment de la révolution à Quito, Amar y Borbón convoqua deux réunions publiques des oidores (membres de l'Audiencia), des procureurs publics, employés civils et ecclésiastiques et membre de l'élite de la capitale pour déterminer quel type d'actions devaient être prises contre les rebelles. Ces conseils se divisèrent entre les Créoles et les Peninsulares, ces derniers rejetant la proposition d'envoyer des troupes pour battre les rebelles. Le vice-roi choisit finalement d'envoyer une commission de paix pour négocier et en même temps des troupes pour contenir la rébellion dans le cas où les négociations échoueraient.

Amar emprisonna dans les fers Antonio Nariño (un ancien combattant de l'indépendance de la Colombie) au fort San José de Bocachica à Cartagena. Il fut plus tard mis sous la juridiction de l'Inquisition. Balthasar Miraño fut aussi arrêté pour des activités subversives et envoyé à Cartagena. Camilo Torres protesta contre la réduction du nombre de député d'Amérique dans les Cortes appelé par la Junte Suprême de Séville.

Chute[modifier | modifier le code]

Le 20 juillet 1810, une révolte commença à Bogota qui demanda et obtint la convocation d'une réunion publique ouverte. Cette réunion élut par acclamation populaire une Junte Suprême du royaume de Nouvelle-Grenade, avec le vice-roi Amar comme président. Toutefois, cette élection comme président reçut peu de soutien dans la ville et il y avait des rumeurs comme quoi il voulait mener une contre-attaque. Le 25 juillet, il fut destitué. José Miguel Pey, le nouveau président de la Junte Suprême, ordonna l'arrestation du vice-roi et de sa femme.

Quelques jours plus tard, le 1er août, une lettre fut reçue de la Junte Suprême de Seville lui ordonnant de donner son poste au nouveau vice-roi, Francisco Javier Venegas. (Amar avait été relâché entretemps.)

La pression populaire força qu'on l'arrête à nouveau, le 13 août. La junte de la capitale n'approuva pas son arrestation. Le 15 août, ils le firent partir secrètement de la capitale pour le couvent de La Popa à Cartagena, où il fut tenu comme prisonnier jusqu'à sa déportation vers La Havane, puis vers l'Espagne, le 12 octobre.

Parce que la plupart de ses possession furent confisquées pour compenser les charges retenues contre lui, il arriva en Espagne dans de terribles circonstances financières. Ses tentatives d'obtenir un ministère dans le gouvernement royal et de récupérer ses possessions furent vaines. Il fut nommé conseiller d'État honoraire en 1820 et tint d'autres positions importantes. En 1824, il fit face à un long procès, durant lequel il fut acquitté. Il mourut en 1826 à Saragosse.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Antonio José Amar y Borbón » (voir la liste des auteurs)

  1. «Le 16 septembre à cinq heures trente de l'après-midi, le vice-roi Don Antonio y Borbón et sa femme Doña Francisca Villanova sont arrivés ; ils furent reçus par Don Miguel et Don Juan Gómez, maires pour cette année, le premier à Facatativá et le second à Fontibón, où une réception fut donnée comme jamais on ne l'avait vu pour un vice-roi. La maison fut décorée de manière exquise et fournie. Plus de 5000 pesos furent dépensés seulement pour la nourriture et les rafraîchissements. J'en ai été témoin car j'aidais au service à table. Pas de plus grandes obsèques de grandeur et de pompe seront faites qu'à ce moment-là. Le 22, à sept heures trente du matin, le vice-roi Don Pedro Mendinueta partit pour l'Espagne [...] » «Des taureaux, des illuminations –; lumières de papier de soie avec de petites bougies de suif ; feux d'artifice et bal masqué dans le colisée [... De nombreuses danses] furent dansées.» Baquero, Mario Hernán (1988), El Virrey Don Antonio Amar y Borbón. Banco de la República, p. 37

Liens externes[modifier | modifier le code]