Antonio Ghislanzoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antonio Ghislanzoni

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait photographique d'Antonio Ghislanzoni

Naissance 25 novembre 1824
Lecco
Décès 16 juillet 1893 (à 68 ans)
Caprino Bergamasco
Lieux de résidence Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Librettiste
Activités annexes Poète, écrivain
Collaborations Giuseppe Verdi

Œuvres principales

Antonio Ghislanzoni est un écrivain, poète et librettiste italien né le 25 novembre 1824 à Lecco et mort le 16 juillet 1893 à Caprino Bergamasco. Son nom est surtout lié au livret d'Aida, opéra de Giuseppe Verdi avec lequel il collabora également à la révision de La forza del destino et de Don Carlo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antonio Ghislanzoni naît à Lecco le 25 novembre 1824. Envoyé par son père au séminaire, il en est exclu à l'âge de dix-sept ans, supportant mal la discipline de fer de l'institution, pour comportement irrévérentieux. L'anticléricalisme restera une constante de son idéologie. Inscrit en médecine après ses études secondaires à Pavie et s'avisant de posséder une belle voix de baryton, il décide d'étudier le chant et, au bout de quelques mois, en 1946, se fait engager au théâtre de Lodi comme premier baryton. Il abandonne cependant rapidement la scène lyrique pour une carrière littéraire. Ses premiers articles sont pour le Cosmorama pittorico (it) de Milan dans lequel il publie également son premier roman, Gli artisti da teatro, racontant ses aventures.

Mazzinien, il est contraint, en raison de sa collaboration avec les journaux républicains, de se réfugier en Suisse. Arrêté par les français, il est déporté en Corse. Après la deuxième guerre d'indépendance italienne, il adhère, en 1859, au groupe des scapigiali.

En 1857, il participe à la fondation du journal humoristique L'uomo di pietra (it). Il dirige L'Italia musicale (it), écrit pour la Gazzetta musicale di Milano (it), dirige et collabore à La rivista minima (it) et, plus tard, s'étant retiré à Lecco, publie le Giornale-Capriccio (it). Sa collaboration aux journaux qui accueillent ses feuilletons, ses critiques, ses interventions de toute sorte sont innombrables tout comme son activité créatrice dans le domaine du roman et de la poésie. Son Libro proibito (it) (1878) connaît un tel succès qu'il atteindra la septième édition en 1890[1]. Gilberto Finzi écrit à ce propos : « I versi del Libro proibito riprendono un'atmosfera polemica d'epoca che non tocca, forse nemmeno sfiora, la poesia, ma che bene riconducono a momenti collaterali tipici della Scapigliatura »[2]. Dans les années 1860 il s'installe à Barco di Maggianico, hameau de la commune de Lecco, puis à Caprino Bergamasco en 1880.

Outre celui d'Aida pour Giuseppe Verdi avec lequel il collabore à la révision de La forza del destino et de Don Carlo, il est l'auteur de plus de soixante livrets parmi lesquels I Lituani (it) et Il parlatore eterno pour Amilcare Ponchielli, Salvator Rosa et Fosca pour Carlos Gomes, Papà Martin et Francesca da Rimini pour Antonio Cagnoni (it), I promessi sposi pour Errico Petrella (it). Il est aussi l'auteur des vers de la cantate A Gaetano Donizetti de Ponchielli.

Il publie le volume Reminiscenze artistiche contenant des articles sur le pianiste Adolfo Fumagalli, des écrits comme La Casa di Verdi a Sant'Agata ou Abrakadabra - storia dell'avvenire[3] (1864-1865). Ce texte et quelques autres récits de science-fiction humoristique en font l'un des premiers auteurs italiens du genre.

Il meurt à Caprino Bergamasco le 16 juillet 1893.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Livrets d'opéra[modifier | modifier le code]

Couverture du livret d'Aida de Giuseppe Verdi
Couverture du livret d'I Lituani (it) d'Amilcare Ponchielli

Le nom du compositeur est indiqué entre parenthèses, la date est celle de la première représentation.

Livrets pour des opéras non représentés[modifier | modifier le code]

Poésie lyrique mise en musique[modifier | modifier le code]

Partition de Il canto di Mignon

Romans[modifier | modifier le code]

  • Suicidio a fior d'acqua (1864),
  • Le donne brutte (1867),
  • La contessa di Karolystria (1883),
  • Abrakadabra (1884),
  • Racconti (1884)
    • Una partita in quattro
    • Il violino a corde umane
    • Le vergini di Nyon
    • Il diplomatico di Gorgonzola
    • Autobiografia di una ex cantante
    • La corte dei nasi

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Autres projets[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Libro proibito (it) sur Wikisource en italien
  2. « Les vers du Libro proibito traduisent l'atmosphère polémique d'une époque que ne touche ni peut-être même n'effleure la poésie et rappellent bien les caractéristiques de la scapigliatura »
  3. Abrakadabra : texte sur le site digitami.it
  4. Ama! (it) sur Wikisource en italien
  5. Texte et musique de Il Canto di Mignon sur le site musica.wikimedia.it, Vidéo sur youtube