Antonio Genovesi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antonio Genovesi, né le 1er novembre 1712 à Castiglione et mort le 22 septembre 1769, est un philosophe et économiste napolitain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enseignant la philosophie à l'université de Naples avec assez d’éclat, l’abbé Genovesi s’attira de nombreux adversaires par la publication de quelques écrits en latin sur la métaphysique, ou il adopte les principes de Galilée, de Grotius et de Newton.

Toutefois, par la protection du roi Charles VI, il devint professeur de philosophie et d’économie politique à l’université de Naples.

Œvres philosophiques[modifier | modifier le code]

  • (it) Elementa scientiarum metaphysicarum, Naples, 1743 ;
  • (it) De arte logica, Naples, 1745 ;
  • (it) Lezioni di commercio, o di economia civile, 1757 ;
  • (it) Meditazioni filosofiche, Naples, 1758 ;
  • (it) Lettere accademiche sulla questione se gli ignoranti sono più felici dei dotti, Naples, 1764 ;
    Cet écrit réfute les thèses du Discours de Jean-Jacques Rousseau sur l’influence des arts et des sciences.
  • (it) Logica della gioventù, Naples,1766 ;
  • (it) Trattato delle scienze metafisiche, Naples, 1766 ;
  • (it) Dykaeosine, ovvero scienza dei diritti e dei doveri dell’ uomo, traité de morale, Naples, 1767.

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 869-70.