Antonio Brivio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antonio Brivio

{{{alternative}}}
Date de naissance 27 décembre 1905
Lieu de naissance Biella, Piémont, Royaume d'Italie
Date de décès février 1995 (à 89 ans)
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Années d'activité 1929-1938
Qualité Pilote automobile

Antonio Brivio, Marquis Sforza surnommé « Tonino » et communément appelé Antonio Brivio, né le 27 décembre 1905 à Biella et mort en février 1995 est un pilote automobile italien, membre de la Fédération internationale de l'automobile.

Il participe activement, dès 1949, à l'élaboration du championnat du monde des constructeurs en Formule 1 qui ne verra le jour qu'en 1958.

Il participe également aux épreuves de bobsleigh aux Jeux olympiques d'hiver de 1936, à Garmisch-Partenkirchen

Biographie[modifier | modifier le code]

Antonio Brivio naît à Biella le 27 décembre 1905. Issu de la famille Sforza, active dans la vie politique de la région de Milan aux XVe et XVIe siècle, il reçoit le titre de noblesse de Marquis[1].

Il fait ses débuts en compétition en 1927, court dès l'année suivante avec Talbot-Darracq puis rejoint la Scuderia Materassi, fondée par Emilio Materassi qui se tue à la fin de l'année lors du Grand Prix d'Italie[1].

À l'horizon 1932, il intègre l'écurie Alfa Romeo et s'impose aux 24 Heures de Spa avec Eugenio Siena. Antonio Brivio confirme ses capacités dans les courses d'endurance en s'imposant, dès l'année suivante, à la Targa Florio, mais aussi dans des courses plus courte comme le Grand Prix de Suède[1].

Brivio quitte Alfa Romeo et tente sa chance chez Bugatti et, après le début de saison 1934, rejoint à l'automne la Scuderia Ferrari, réalise ses meilleurs résultats dans les courses d'endurance, en particulier à la Targa Florio, qu'il remporte une seconde fois, en 1935 (il remporte aussi le Grand Prix de Cosenza 1935) et aux Mille Miglia en 1936. Cette même année, il décline une proposition d'intégrer l'écurie Auto Union, préférant rester chez Ferrari.

Il participe aussi aux épreuves de bobsleigh aux Jeux olympiques d'hiver, à Garmisch-Partenkirchen avec l'équipe Italie I, il termine douzième de l'épreuve à deux et dixième de l'épreuve à quatre. Il reste chez Ferrari jusqu'en 1937, date à laquelle il se marie et se retire de la compétition, sous les sarcasmes d'Enzo Ferrari[1].

Après la Seconde Guerre mondiale, Antonio Brivio reprend des fonctions dans le sport automobile et intègre la Fédération internationale de l'automobile dès 1948. Il formule l'année suivante la première proposition d'organiser un championnat du monde des constructeurs en Formule 1, lequel ne voit le jour qu'en 1958. Antonio Brivio meurt en février 1995[1].

Résultats en Championnat d'Europe des pilotes[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats d'Antonio Brivio en Championnat d'Europe des pilotes[note 1],[1],[2],[3],[4],[5]
Saison Écurie Constructeur Châssis Moteur GP disputés Victoires Pole positions Meilleurs tours Points inscrits Classement
1932 Scuderia Ferrari Alfa Romeo Monza Alfa Romeo L8 1 0 0 0 21 Nc
1935 Scuderia Ferrari Alfa Romeo P3 Alfa Romeo L8 2 0 0 0 50 19e ex-æquo
1936 Scuderia Ferrari Alfa Romeo 8C-35
12C-36
Alfa Romeo L8
Alfa Romeo V12
2 0 0 0 23 7e ex-æquo
1937 Scuderia Ferrari Alfa Romeo 12C-36 Alfa Romeo  V12 1 0 0 0 39 33e ex-æquo
Résultats détaillés des saisons d'Antonio Brivio en Championnat d'Europe des pilotes[note 1],[1],[2],[3],[4],[5]
Saison Écurie Constructeur Châssis Moteur Course Classement Points inscrits
1 2 3 4 5 6 7
1932 Drapeau : Italie Scuderia Ferrari Alfa Romeo Monza Alfa Romeo
2,3 l L8
ITA
Np[*]
FRA
Np
ALL
Np
Nc 21
1935 Drapeau : Italie Scuderia Ferrari Alfa Romeo P3 Alfa Romeo
2,9 l L8
MON
3e
FRA
Np
BEL
Np
19e ex-æquo 50
Alfa Romeo
3,2 l L8
ALL
AbdA
SUI
Np
ITA
Np
ESP
Np
1936 Drapeau : Italie Scuderia Ferrari Alfa Romeo 8C-35 Alfa Romeo
3,8 l L8
MON
5e[*]
7e ex-æquo 23
12C-36 Alfa Romeo
4,1 l V12
ALL
3e
SUI
Np
ITA
Np
1937 Drapeau : Italie Scuderia Ferrari Alfa Romeo 12C-36 Alfa Romeo
4,1 l V12
BEL
Np
ALL
Np
MON
AbdB
ITA
Np
33e ex-æquo 39
Légende
Légende (1931 / 1935-1939)
  •      Vainqueur : 1 point
  •      Deuxième : 2 points
  •      Troisième : 3 points
  •      Quatrième ou complété à plus de 75 % : 4 points
  •      Complété entre 50 et 75 % : 5 points
  •      Complété 25 et 50 % : 6 points
  •      Complété à moins de 25 % : 7 points
  •      N'a pas participé (np) : 8 points
  •      Disqualifié (dsq) : 8 points
  • En gras : pole position
  • En italique : meilleur tour en course
  • * : voiture partagée

Légende (1932)

  •      Vainqueur : 1 point
  •      Deuxième : 2 points
  •      Troisième : 3 points
  •      Quatrième : 4 points
  •      Cinquième : 5 points
  •      Autre partant : 6 points
  •      Disqualifié (dsq) : 6 points
  •      N'a pas participé (np) : 7 points
  • En gras : pole position
  • En italique : meilleur tour en course
  • * : voiture partagée
Voiture partagée (*)
Motifs des abandons
  • A. : Différentiel
  • B. : Radiateur

Notes et références[modifier | modifier le code]

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Antonio Brivio » (voir la liste des auteurs)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brivio ne prend pas part lui-même au Grand Prix d'Italie mais relaye Pietro Ghersi et Eugenio Siena. Cela lui vaut, d'être sanctionné de sept points et, comme il ne participe pas deux autres courses, le calcul est, implicitement de vingt-et-un points et il se retrouve donc non classé.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Marquis Antonio “Tonino” Brivio Sforza », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  2. a et b (en) Hans Etzrodt et Tony Kaye, « EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1932 », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  3. a et b (en) Hans Etzrodt et Leif Snellman, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1935 », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  4. a et b (en) Don Capps et Leif Snellman, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1936 », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  5. a et b (en) Don Capps et Leif Snellman, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1937 », sur The Golden Era of Grand Prix Racing