Antoni Tàpies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Antoni Tapies)
Aller à : navigation, rechercher

Antoni Tàpies

Description de cette image, également commentée ci-après

Antoni Tàpies en 2008.

Nom de naissance Antoni Tàpies i Puig
Naissance 12 décembre 1923
Barcelone, Drapeau : Royaume d'Espagne Espagne
Décès 6 février 2012 (à 88 ans)
Barcelone, Drapeau de l'Espagne Espagne
Activités Peinture, dessin, sculpture, essayiste
Mouvement artistique Dadaïsme, Abstraction, Arte povera
Récompenses Prix de la critique Serra d'Or (1975, 1978)
Prix de la Fondation Wolf des arts (1981)
Médaille d'or de la Generalitat de Catalogne (1983)
Prix Prince des Asturies pour les arts (1990)
Praemium Imperiale (1990)
Médaille Picasso de l'UNESCO (1993)
Prix Velázquez pour les arts plastiques (2003)

Œuvres réputées

  • L'art contra l'estètica (essai)
  • Memòria personal (mémoire)

Antoni Tàpies i Puig, 1er marquis de Tàpies[1] (Barcelone, 12 décembre 1923 - id., 6 février 2012 (à 88 ans)[2]), est un peintre, sculpteur, essayiste et théoricien de l'art espagnol d'expression catalane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Le père d'Antoni Tàpies est avocat. Sa mère est issue d'une famille d'éditeurs et de marchands de livres. Il développe très jeune des talents artistiques, mais il suit les conseils familiaux et fait des études de droit, continuant cependant à peindre et à dessiner durant cette période.

Au début des années 1940, Tàpies est victime d'une grave infection pulmonaire qui lui impose deux années de convalescence durant lesquelles il s'intéresse à l'histoire de la philosophie, à la musique romantique, continuant à peindre et à dessiner. Il est profondément marqué par les atrocités de la guerre civile espagnole. C'est au terme de cette période qu'il se tourne définitivement vers l'art.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Il commence par suivre des cours de dessin à l'Académie Valls, en 1943, avant de se consacrer à la peinture en 1946. Il fait des copies à l'huile de tableaux de van Gogh et de Picasso. Il perfectionne également ses connaissances musicales et s'intéresse de plus en plus à la littérature, à la philosophie, à l'art oriental ainsi qu'à la calligraphie. Influencé par la philosophie orientale, il utilise des empâtements épais, des collages, des objets trouvés et des graffiti pour ses premières créations. Il fréquente également un groupe clandestin d'écrivains catalans, le Baus.

En 1948, son travail suscite la controverse lors de sa première participation au Salo d'Octubre de Barcelone. La même année, il est cofondateur du mouvement « Dau al Set »[3] et de la revue éponyme, proche des mouvements dadaïste et Surréaliste et dont l'âme est le poète catalan Joan Brossa. En 1949, il rencontre Joan Miró, qui l'influence énormément, à l'instar de Paul Klee pendant sa première période surréaliste.

Sa première exposition personnelle a lieu en 1950 à la Galerias Layetanas de Barcelone. Il se dirige rapidement vers l'abstraction et, bien avant l'Arte Povera, intègre des matériaux non académiques (matériaux organiques végétaux, débris de terre et de pierre) dans ses travaux. Ainsi, à partir de 1953, il est un des premiers à donner ses lettres de noblesses au mélange des matériaux, ajoutant de la poudre d'argile et de marbre à sa peinture, utilisant le papier déchiré, la corde et des chiffons (Gris et Vert, Tate Gallery, Londres, 1957).

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

Dès le milieu des années 1950, sa renommée devient internationale. Il remporte des prix internationaux (Carnegie International de Pittsburgh) et est boursier du gouvernement français. Il participe à la Biennale de Venise en 1952 et est exposé dans plusieurs pays. Dans les années 1960, maintenant son œuvre dans le domaine de la recherche, il collabore avec Enrique Tábara, Antonio Saura, Manolo Millares et de nombreux autres artistes. Son travail s'enrichit alors de références politiques qui prennent la forme de symboles et de mots écrits sur les supports[4]. À partir des années 1970, influencé par le Pop-art, il intègre dans ses œuvres des matériaux plus volumineux, tels que des pièces de mobilier[5]. Dans les années 1990, il collabore avec Estéfano Viu, Maximiliano, Eduardo Chillida et de nombreux autres artistes. En 2000, il réalise l'affiche officielle du Tournoi de Roland Garros.

Fondation Tàpies[modifier | modifier le code]

Maison Mantaner i Simon à Barcelone, siège de la Fondation Tàpies.

Enfant de Barcelone, Tàpies a été chargé de métamorphoser l'ancienne maison Mantaner i Simon. Il en a conservé la façade mais il a couronné le toit d'une sculpture, Nuage et chaise, composée de tubes d'aluminium et d'une toile métallique d'acier inoxydable : l'ensemble est un nimbe d'où surgit un siège suspendu en l'air. C'est désormais le siège de la Fondation Tàpies, créée en 1984 et dédiée à l'étude de l'art moderne.

En 1990, la fondation ouvre un musée et une bibliothèque. À cette occasion, Antoni Tàpies confie :

« Mon illusion est d'avoir quelque chose à transmettre. Si je ne peux pas changer le monde, je désire au moins changer la manière dont les gens le regardent[6]. »

Distinctions, prix, hommages[modifier | modifier le code]

Tàpies a reçu de nombreux prix : prix du Providence Art Club, prix de la fondation Guggenheim, grand prix de la gravure de la biennale de Ljubljana en Yougoslavie, Praemium Imperiale, Prix Prince des Asturies

En 1979, il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin[7].

Il est nommé officier de l'ordre des Arts et des Lettres en 1983, puis promu commandeur en 1988.

En 1994, il devient membre associé étranger de l'Académie des beaux-arts.

En avril 2010, Antoni Tàpies est élevé par le roi d'Espagne au titre héréditaire de Marquis de Tapiès pour sa « grande contribution aux arts plastiques espagnols et mondiaux »[8].

Il est docteur honoris causa de l'université des arts de Berlin (1979), du Royal College of Art de Londres (1981), de l'université de Barcelone (1988).

En hommage à Tàpies, un timbre de 5 francs, reproduisant l'une de ses œuvres, est émis par les Postes françaises en 1992.

Œuvre[modifier | modifier le code]

À travers de son œuvre, Tàpies montre un intérêt particulier pour les lacérations, les entailles et les griffures au sein de ces compositions. Il qualifie ces œuvres de « champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini. »

Les éléments graphiques et plastiques dont il fait usage se retrouvent de toile en toile formant ainsi un univers qui lui est propre. Il travaille la matière à l'aide de « matériaux pauvres » et se sert de la technique du collage, de l'empâtement, du grattage et de la déchirure. C'est en mélangeant la colle et le colorant, associés parfois à du sable, de la poussière, de la terre, que Tàpies trouve son médium, la matière par laquelle il va exprimer la profondeur, les formes, l'ombre, la lumière, en travaillant à l'aide d'outils mais également avec son corps. La croix, prenant des formes variées, les taches, les graffitis, les formes rectangulaires (qui s'apparentent à des espaces fermés, des murs, des volets clos) sont des éléments récurrents de son vocabulaire plastique. Par les matériaux utilisés ainsi que les formes qu'il crée, Tapiès nous fait découvrir un nouveau monde, des nouveaux paysages.

La pratique de Léonard de Vinci a été également une source importante d'inspiration pour Tàpies. Il s'est rendu compte que, dans la plupart des dessins de Léonard, des paysages d'origine chinoise se trouvent en arrière-plan. On retrouve ainsi chez Tàpies cette atmosphère vaporeuse, le sfumato, qu'il évoque à l'aide d'encre diluée et qui donne l'idée d'une certaine profondeur à ses peintures (Souvenir, 1982)[9].

On ne peut pas vraiment parler de couleur mais plutôt d'un ensemble de valeurs qui se côtoient et s'assemblent. Il utilise essentiellement le noir et le blanc, la gamme des bistres, et fait usage de notes colorées ponctuelles, qui créent ainsi des dynamiques fortes dans ses compositions.

Ses œuvres sont d'un caractère provocateur proche du dadaïsme, anti-esthétique, pauvre, rappelant parfois les graffitis et les tas de déchets. Tàpies a exploré plusieurs médias, comme l'estampe, la gravure, la peinture, l'assemblage et la sculpture dans lesquels il a introduit différentes techniques comme le gaufrage, le collage, le flocage, la lacération, le pliage et le découpage.

Il a illustré plus de trente livres d'artiste.

Expositions[modifier | modifier le code]

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2011 :
    • Galerie Lelong, Paris
  • 2010 :
    • Galerie Waddington, Londres
    • Marca, Catanzaro (Italie)
    • Fondation Tapies, Barcelone (Espagne)
  • 2009 :
    • Galerie Lelong, Paris
    • Kunstmuseum, Saint-Gall (Suisse)
  • 2008 :
  • 2007 :

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Rétrospectives[modifier | modifier le code]

Plusieurs rétrospectives lui sont consacrées : à Hanovre en 1962, à Vienne en 1968, au Musée d'art moderne de la ville de Paris en 1973, à la Galerie nationale du Jeu de Paume de Paris en 1994[12], au Musée Reina Sofia à Madrid en 2000[13], au Musée d'art contemporain de Barcelone en 2004 et à l'Hôtel des Arts de Toulon en 2006. En 2012 au musée d'art contemporain de Ceret.

Principales collections publiques[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

  • Winipeg art Gallery
  • Musée Laurier
  • Art Gallery of Nova Scotia
  • Musée national des beaux-arts du Québec

Autres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • (es) La Pràctica de l'Art, 1970 ; recueil d'écrits et d'articles.
    • éd. fr. : La Pratique de l'Art, éd. Gallimard, 1994
  • (es) L'Art contra l'Estética, Barcelone, éd. Cinc d'Oros, 1974
    • éd. fr. : L'Art contre l'esthétique, Paris, éd. Galillée, coll. écritures/figures, 1978
  • (es) Memoria personal : Fragment per una autobiografia, Barcelone, éd. Critica, 1977
    • éd. fr. : Mémoire : autobiographie, Paris, éd. Galillée, 1981
  • (es) La realitat com a art, Barcelone, éd. Laertes, 1982
    • éd. fr. : La Réalité comme art, Paris, éd. Daniel Lelong, 1989
  • (es) Per un art modern i progressista, Barcelone, éd. Empúries, 1985
  • (es) El valor del art, éd. Fundació Antoni Tàpies/Empúries, 1993
    • éd. fr. : La valeur de l'art, Marseille, éd. André Dimanche, 2001
  • (es) L'Art i els seus llocs, Madrid, éd. Siruela, 1999
    • éd. fr. : L'Art et ses lieux, Paris, éd. Galerie Lelong, 2003

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Jean Daive, Tàpies, répliquer, Paris, éd. Maeght, 1981 ; recueil de poésies illustré de 4 gravures originales de Tapiès
  • Alexander Mitscherlich, Sinnieren über Schmutz, éd. Erker, 1976 ; réflexion sur le thème de la saleté illustré de gravures originales de Tàpies
  • Rafaël Alberti, Retornos de lo vivo lejano : Ora maritima, 1977 ; version illustrée de gouaches de Tàpies

Catalogue raisonné[modifier | modifier le code]

  • (en) Tapies : Complete Works Volume I : 1943-1960, éd. Polígrafa, 2002 ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface de Georges Raillard
  • (en) Tapies : Complete Works Volume II : 1961-1968 , éd. Polígrafa, 2002 ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface d'Andreas Franzke
  • (en) Tapies : Complete Works Volume III : 1969-1975 , éd. Polígrafa, 2002 ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface de Manuel Borja-Villel
  • (en) Tapies : Complete Works Volume IV : 1976-1981 , éd. Rizzoli, 1997 ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface de Jacques Dupin
  • (en) Tapies : Complete Works Volume V : 1982-1985 , éd. Rizzoli, 1998 ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface de Serge Guilbaut
  • (en) Tàpies : Complete Works Volume VI : 1986-1990, éd. Polígrafa, 2002 ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface de Jacques Dupin
  • (en) Tàpies : Complete Works Volume VII : 1991-1997, éd. Polígrafa, 2003 ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface de Jean Frémon
  • (en)Tapies : Complete Works Volume VIII : 1998-2004 , éd. Polígrafa, 2006, ; catalogue compilé par Anna Agusti, préface de Nuria Enguita Mayo

Sur Tàpies[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Cirici, Tapies. Témoin du silence, édition Poligrafa, 1971 (ISBN 8434307642)
  • Jean Frémon, Tàpies, éd. Galerie Maeght/Lelong, 1983
  • Barbara Catoir, Conversations, Antoni Tàpies, éd. Cercle d'art, 1988
  • Jean Frémon : Tapies, la substance et les accidents, éditions Unes, 1991
  • Jeremy Roe, Antoni Tapies, éd. Parkstone, 2006[15]
  • Michel Tapié, Tàpies : Œuvres 1945-1968, Paris, CELIV,‎ 1990, 120 p. (ISBN 2-86535-108-4)
  • (ca) José Corredor Matheos, Antoni Tàpies : matèria, signe, esperit, Barcelone, Generalitat de Catalunya,‎ 1992, 124 p. (ISBN 84-393-1991-6)
  • Jean Frémon et alii, Tàpies ou la poétique de la matière, éd. Bibliothèque nationale de France, 2001

Études[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Andral, « À corps perdu », suivi d'un entretien avec l'artiste, in Yannick Beaubatie (dir.), Empreintes, Tulle, éditions Mille Sources, p. 207-220, 2004

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Titre décerné par Juan Carlos Ier, roi d'Espagne, le 9 avril 2010.
  2. « Décès du peintre catalan Antoni Tàpies », lefigaro.fr du 6 février 2012.
  3. « La septième face du dé »
  4. J. Corredor-Matheos, « Artistes plastiques catalans à l'expo 92 », in revue Catalònia n° 30, 1992, p. 10, dossier en ligne
  5. Victoria Combalía et Concha Lomba, Tàpies, éd. Sarpe, coll. Los genios de la Pintura Española, Madrid, 1990, p. 12
  6. William Grimes, « Antoni Tàpies, a Painter With Textures, Dies at 88 », in New York Times, jeudi 8 février 2012.
  7. (de) Antoni Tàpies - Von 1979 bis 1993 Mitglied der Akademie der Künste, Berlin (West), Sektion Bildende Kunst. Seit 1993 Mitglied der Akademie der Künste, Berlin, Sektion Bildende Kunst sur le site de l'Akademie der Künste
  8. Parution au Bulletin officiel de l'État espagnol, 9 avril 2010, n° 86, sec. III, p. 32250
  9. Jean Frémon, Tàpies, éd. Galerie Maeght Lelong, 1983, p. 14
  10. a, b, c, d et e Tapié, p. 11
  11. a, b, c et d Tapié, p. 10
  12. « Rencontre avec Antoni Tàpies » sur le site de l'INA.
  13. Marion Cocquet, « Tàpies, retour à la poussière », in Le Point, le 7 février 2012.
  14. Fiche de l'artiste sur le site de l'Académie des beaux-arts.
  15. Extraits en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]