Antoni Clavé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clavé.

Antoni Clavé (né le à Barcelone, Catalogne, mort le à Saint-Tropez, France) est un peintre catalan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé dans le bâtiment, Antoni Clavé Sanmarti entre aux Beaux-Arts de Barcelone en 1930, pour deux ans. Contraint de quitter l'Espagne pendant la guerre civile, il se réfugie en France.

À Paris, il devient décorateur de théâtre et illustrateur : Carmen, Gargantua. En 1941, il installe son premier atelier 45 rue Boissonade à Paris. En 1942, le 20 mars, naissance de son fils Jacques et rencontre de Picasso en 1944, c'est une révélation.

Il participe à la fondation du Casal de Catalunya de Paris, créé le 9 juillet 1945.

Au début des années 1950, il travaille avec Roland Petit mais décide de peindre et d'arrêter la décoration en 1954. Il installe un atelier 4 rue de Châtillon. L'atelier lui-même ouvrait sur un minuscule jardin, il était envahi d'objet hétéroclites, d'une tête de taureau naturalisée, de mannequins, de décors rappelant les coulisses d'un théâtre et d'une reproduction de Guernica. La maison est aujourd'hui démolie.

À l'instar de Picasso qu'il admirait beaucoup[1], Antoni Clavé a été très inspiré par la corrida. Sur ce sujet, il a produit un grand nombre de lithographies, notamment La Corrida et des Toreros dont il a interprété le costume (Torero en costume rouge) pour le chorégraphe Boris Kochno dont le ballet est donné en 1943 par la compagnie les Ballets des Champs-Élysées dirigée par Roland Petit[2].

Clavé travaille avec acharnement. Inclassable, ni figuratif, ni abstrait et les deux à la fois avec sa force et son mystère, il aimait aussi les collages et se livrait volontiers au hasard de la création ; quant à la sculpture, il ne s'y intéressa que par périodes, au début de sa carrière et ensuite beaucoup plus tard.

Antoni Clavé quitte Paris pour Saint-Tropez vers 1965. En 1977, il expose ses premiers trompe-l'œil. Le Musée national d'Art moderne de la ville de Paris lui consacra une rétrospective en 1978. La Biennale de Venise expose plus de 100 œuvres au Pavillon espagnol en 1984. Une exposition César/Clavé est présentée en 2007 à Montélimar. Pour le centenaire de la naissance de l'artiste en 2013, la Fundación Vila Casas à Barcelone organise une rétrospective de son œuvre.

Antoni Clavé était un artiste très connu dans les années 1950. Dans un sondage publié en 1955 par Connaissance des Arts sur les « dix plus grands artistes de l'année », il est cité en deuxième position, après Bernard Buffet, mais devant Bernard Lorjou, Manessier, De Staël et Bazaine[3]. Aujourd'hui, l'œuvre d'Antoni Clavé est méconnue du grand public, mais certains amateurs s'accordent à lui donner une place de choix, celle d'un des plus grands peintres de la seconde moitié du XXe siècle.

Antoni Clavé est inhumé à Paris, au cimetière du Montparnasse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • "Antoni Clavé", par Henri Raschlé, 1975
  • "Antoni Clavé", par Liliane Thorn-Petit, 1979
  • "Le procédé Goetz", par Jean Réal, 1987
  • "Lettre à Barcelone", par Jorge Amat, 1990
  • "Barcelona Vista", par Jean Réal, avec Clavé, Tapies, Bofill, Savall, etc. 1992

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]