Anton Diabelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anton Diabelli

alt=Description de l'image Anton Diabelli.jpg.
Naissance 6 septembre 1781
Salzbourg, Drapeau de l'Autriche Autriche
Décès 7 avril 1858 (à 76 ans)
Vienne, Drapeau de l'Autriche Autriche
Activité principale Compositeur, pianiste, éditeur, pédagogue

Anton Diabelli — né le 6 septembre 1781 à Salzbourg et mort le 7 avril 1858 à Vienne — est un musicien autrichien, pianiste, compositeur, éditeur et pédagogue (piano et guitare) élève de Michael Haydn. Sa musique religieuse est très réputée en Autriche et la qualité de ses pièces pour piano lui assure partout une vaste diffusion.

Il est notamment connu pour avoir fondé les Éditions Diabelli and Co qui publièrent Haydn, Mozart et surtout Schubert.

On doit indirectement à Diabelli l'un des sommets de la musique pianistique, les Variations sur une valse de Diabelli op. 120 de Beethoven. Diabelli souhaitait réunir en un seul volume des variations de la main d'une cinquantaine de compositeurs allemands et autrichiens de son époque — parmi lesquels Schubert, Liszt, Franz Xaver Wolfgang Mozart, Carl Czerny, Joseph Czerny, etc. — toutes développées sur un thème de son imagination. Ce recueil fut publié sous le titre de Vaterländischer Künstlerverein. Mais Beethoven trouva dans la simplicité de ce thème le matériau nécessaire pour écrire 33 variations d'une ampleur inégalée. Diabelli lui-même accueillit l'opus 120 du maître de Bonn comme la meilleure tentative du genre depuis les Variations Goldberg de Bach[1], composées quatre-vingts ans plus tôt, et offrit de le publier à part.

Parmi les nombreuses œuvres de Diabelli, on compte des messes, motets, airs, de la musique de théâtre, et de très nombreuses pièces pour piano.

Sa musique peut être rattachée à ce qu'on appelle la culture Biedermeier.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Massin et Brigitte Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard,‎ 1967, 845 p. (ISBN 978-2-213-00348-1), p. 699