Antoine de Challant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine de Challant
Biographie
Naissance v. 1350
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
9 mai 1404 par
l'antipape Benoît XIII
puis 19 mars 1412 par
l'antipape Jean XXIII
Titre cardinalice Cardinal-diacre de Sainte-Marie à Via Lata
Cardinal-prêtre de Sainte-Cécile-du-Trastevere
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1404
Archevêque de Moûtiers-Tarentaise
Précédent Aymon Séchal Jean V de Bertrand Suivant

Blason

Antoine de Challant, né vers 1350 et mort le 4 septembre 1418[1], est un cardinal-archevêque de Moûtiers-Tarentaise, appartenant à la maison de Challant.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Aymon II de Challant, seigneurs d'Ussel et de Fénis dans la Vallée d'Aoste, et de Catherine Provana[1]. Son frère, Guillaume de Challant (?-1431), est évêque de Lausanne de 1406 à 1431. Il devient docteur en droit canon à Orléans. Chancelier du comte de Savoie de 1402 à 1404 il est nommé au conseil du comte et devient son procurateur pour les négociations par lettre patente du 26 janvier 1403. D'abord Prieur commendataire de Sainte-Marie de Payerne il devient abbé commandataire de Saint-Michel-de-la-Cluse de 1411 à 1421 par renonciation de son frère Guillaume.

Épiscopat[modifier | modifier le code]

Le pape Clément VII le fait venir de Chambéry à Avignon, puis le fait nommer le 9 mai 1404 « administrateur apostolique de l'Église de Tarentaise et le 3 août », il devient archevêque[1],[2]. En réalité, il est peu présent dans son diocèse[3].

Benoît XIII le nomme cardinal de Sainte-Marie in Via Lata en 1404[4]. Il abandonne l'obédience de l'antipape et est déchu de son cardinalat le 21 octobre 1408 qui lui est restitué en 1409 par l'antipape Alexandre V. En 1410 il passe à l'obédience de Jean XXIII lui donne le titre de Sainte Cécile[2] en 1412. Il l'envoie d'ailleurs au concile de Constance en 1414-1418[2]. Antoine de Challant avait participé, au concile de Pise en 1409, à celui de Bologne en 1410 et au concile de Constance en 1417. Enfin il participe au conclave de 1417 qui élit le Pape Martin V. En 1418 il accompagne Martin V de Rome à Lausanne et meurt en route au château de Bulle le 4 septembre 1418 il est inhumé dans la cathédrale de Lausanne le 13 septembre 1418 .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Joseph Henry, Histoire populaire, religieuse et civile de la Vallée d'Aoste,‎ 1959, chap. Volume 1, p. 279.
  2. a, b et c Jules Philippe, Les Gloires de la Savoie, J.-B. Clarey,‎ 1863, p. 34, notice.
  3. Lovie dit de lui qu'il « perpétue la tradition des grands prélats diplomates, donc absents », in Jean-François Durand (sous la dir.) - Volume par Jacques Lovie, Histoire des diocèses de France. Chambéry, Tarentaise, Maurienne (Volume 11), Editions Beauchesne,‎ 1985 (ISSN 0336-0539), p. 57.
  4. Benoît XIII nomme après 1403 sept nouveaux cardinaux : Miguel Salva le jeune, évêque de Pampelune, Antoine de Challant, chancelier de Savoie, Pierre Ravat (ou Rabat), archevêque de Toulouse, Jean d'Armagnac, archevêque de Rouen, Juan Martinez de Murillo, abbé de Monte-Aragon, Carlos Jordan de Urriès y Pérez Salanova, Alfonso Carrillo de Albornoz, administrateur du diocèse d'Osma, et Pedro Fonseca.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]