Antoine Volodine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoine Volodine

Autres noms Manuela Draeger
Elli Kronauer
Lutz Bassmann
Naissance 1949
Mouvement Post-exotisme
Distinctions Grand Prix de l'Imaginaire (1987)
Prix du Livre Inter (2000)

Antoine Volodine est le principal pseudonyme d'un romancier de langue française, né en 1949 ou en 1950, à Chalon-sur-Saône[1] et ayant grandi à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de lettres, Antoine Volodine enseigne le russe pendant quinze ans et se consacre à l'écriture et à la traduction à partir de 1987. Il commence à publier des romans dans la collection « Présence du futur » des éditions Denoël, tout en déclarant que ses livres n’appartiennent pas au registre de la science-fiction. Il publiera ensuite aux Éditions de Minuit, puis chez Gallimard et aux Éditions du Seuil.

Dès ses premiers livres, il construit avec constance un édifice romanesque à plusieurs voix qu'il nomme « post-exotisme ». Il se place délibérément à l'écart des courants littéraires contemporains et se réclame à la fois du réalisme magique et d'une littérature internationaliste, engagée, où se croisent l'onirisme et la politique. Les thèmes de ses ouvrages sont marqués par une réflexion sur l'histoire du XXe siècle, sur les génocides et l'échec des révolutions. Dans un décor souvent ruiniforme ou carcéral, les personnages sont des rescapés hantés par le passé, cherchant à fuir leur misère affective en inventant des univers féeriques ou des espaces parallèles. Profondément attiré par les cultures asiatiques, et en particulier par le chamanisme et le bouddhisme, Antoine Volodine met volontiers en scène des hommes et des femmes qui errent dans le monde d'après la mort, dans le Bardo tibétain du Bardo Thödol, ou voyagent de rêve en rêve, à la recherche de l'âme sœur ou d'un territoire utopique.

L’originalité des écrits d’Antoine Volodine a souvent conduit la critique à le présenter comme inclassable. La catégorie littéraire nouvelle dont il se réclame, le « post-exotisme », permet toutefois d’aborder son œuvre sans se perdre dans des systèmes de classifications intenables. Ce terme, qui à l’origine se voulait une simple marque d’indépendance, correspond bien aujourd’hui à un projet concret : donner à lire « une littérature étrangère écrite en français », « une littérature de l’ailleurs qui va vers l’ailleurs ». Antoine Volodine a signé une quinzaine de livres et s’est présenté comme « porte-parole » du post-exotisme et de ses « divers » écrivains. En effet, à la fin des années 1990, d’autres signatures sont venues s’ajouter à celle d’Antoine Volodine. Plusieurs parmi celles qui sont citées dans Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze ont publié des livres : Elli Kronauer et Manuela Draeger à l'École des Loisirs[2] et, en mai 2008, Lutz Bassmann[3] aux éditions Verdier[4]. Mais, à la façon de Fernando Pessoa, quoique avec cette différence essentielle qu'est la collectivisation, absente du modèle lusitanien[5], il s'agit là d'une série d'hétéronymes, sous lesquels se cache un seul et même écrivain, d'abord connu sous le pseudonyme d'Antoine Volodine[6].

Volodine a également traduit du russe des œuvres des frères Strougatski, de Victoria Tokareva, d'Alexandre Ikonnikov (Dernières nouvelles du bourbier et Lizka et ses hommes, Éditions de l'Olivier, respectivement en 2003 et 2004) et de Maria Soudaïeva[7](Slogans, éditions de l’Olivier, 2004).

Rituel du mépris a reçu le Grand Prix de la science-fiction française en 1987. Des anges mineurs a reçu le Prix du Livre Inter en 2000 et le Prix Wepler en 1999. En 2008, il reçoit la bourse Jean Gattégno[8] du Centre national du Livre pour la rédaction de Macau, une fiction accompagnée de photographies signées Olivier Aubert, publiée en octobre 2009 aux Éditions du Seuil[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Signées Antoine Volodine :
    • Biographie comparée de Jorian Murgrave, Denoël, Présence du Futur, 1985.
    • Un Navire de nulle part, Denoël, Présence du Futur, 1986
    • Rituel du mépris, Denoël, Présence du Futur, 1986 (Grand Prix de la science-fiction française 1987).
    • Des enfers fabuleux, Denoël, Présence du Futur, 1988.
      • (Ces quatre premiers titres sont réédités par Denoël en un seul volume en 2003 dans la collection « Des heures durant ».)
    • Lisbonne, dernière marge, Minuit, 1990.
    • Alto Solo, Minuit, 1991.
    • Le Nom des singes, Minuit, 1994.
    • Le Port intérieur, Minuit, 1996.
    • Nuit blanche en Balkhyrie, Gallimard, 1997.
    • Vue sur l'ossuaire, Gallimard, 1998.
    • Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Gallimard, 1998.
    • Des anges mineurs, Seuil, Fiction & Cie, 1999 (Prix du Livre Inter 2000).
    • Dondog, Seuil, Fiction & Cie, 2002.
    • Vociférations, 2003.
    • Bardo or not Bardo, Seuil, Fiction & Cie, 2004.
    • Nos animaux préférés : Entrevoûtes, Seuil, Fiction & Cie, 2006.
    • Songes de Mevlido, Seuil, Fiction & Cie, 2007.
    • Macau, avec les photographies d'Olivier Aubert, Seuil, Fiction & Cie, 2009.
    • Écrivains, Fiction & Cie, Seuil, 2010.
  • Signées Elli Kronauer :
    • Ilia Mouromietz et le rossignol brigand, L'École des Loisirs, Médium, 1999.
    • Aliocha Popovitch et la rivière Saphrate, L'École des Loisirs, Médium, 2000.
    • Soukmane fils de Soukmane et les fleurs écarlates, L'École des Loisirs, Médium, 2000.
    • Sadko et le tsar de toutes les mers océanes, L'École des Loisirs, Médium, 2000.
    • Mikhaïlo Potyk et Mariya la très-blanche mouette, L'École des Loisirs, Médium, 2001.
  • Signées Manuela Draeger :
    • Pendant la boule bleue, L'École des Loisirs, Médium, 2002.
    • Au nord des gloutons, L'École des Loisirs, Médium, 2002.
    • Nos bébés-pélicans, L'École des Loisirs, Médium, 2003.
    • Le deuxième Mickey, L'École des Loisirs, Médium, 2003.
    • La course au kwak, L'École des Loisirs, Médium, 2004.
    • L'arrestation de la grande Mimille, L'École des Loisirs, Médium, 2007.
    • Belle-Méduse, L'École des Loisirs, Médium, 2008.
    • Un œuf dans la foule, L'École des Loisirs, Médium, 2009.
    • Le radeau de la sardine, L'École des Loisirs, Médium, 2009.
    • Onze rêves de suie, L'Olivier, 2010.
    • La nuit des mis bémols, L'École des Loisirs, Médium, 2011.
    • Herbes et golems, L'Olivier, 2012.
  • Signées Lutz Bassmann :
    • Haïkus de prison, Verdier, Chaoïd, 2008.
    • Avec les moines-soldats, Verdier, Chaoïd, 2008.
    • Les aigles puent, Verdier, Chaoïd, 2010.
    • Danse avec Nathan Golshem, Verdier, Chaoïd, 2012.

Traductions du russe[modifier | modifier le code]

  • Arcadi et Boris Strougatski, L’Auberge de l'alpiniste mort, Paris, Denoël, « Présence du futur », 1988.
  • Fridrich Neznansky, Opération Faust, Paris, Denoël, 1988.
  • Édouard Limonov, La Grande Époque, Paris, Flammarion, 1989.
  • Guennadi Botcharov, Roulette russe, Paris, Denoël, « Joker », 1990.
  • Victoria Tokareva, Happy end, Paris, Flammarion, « Le vingtième siècle russe et soviétique », 1996.
  • Alexandre Ikonnikov, Dernières nouvelles du bourbier, Paris, L’Olivier, 2003.
  • Alexandre Ikonnikov, Lizka et ses hommes, Paris, Le Seuil-L’Olivier, 2004.
  • Maria Soudaïeva, Slogans, Paris, L’Olivier, 2004.

Adaptations au théâtre[modifier | modifier le code]

  • Joris Mathieu et sa Compagnie Haut et Court[10] ont créé un triptyque autour Des anges mineurs[11] au Théâtre de Vénissieux[12] où ils étaient artistes associés entre 2007 et 2009. La pièce est rejouée en 2010.
  • En 2008, Charles Tordjman monte Slogans[13] d'après la traduction du livre de Maria Soudaïeva et Vociférations[14], texte écrit par Volodine durant cette même traduction.
  • En 2009/2010, toujours Joris Mathieu et sa Compagnie Haut et Court : Le Bardo, installations visuelles et théâtrales.
  • En 2009/2010, Keti Irubetagoyena monte une adaptation de Haïkus de prison de Lutz Bassmann. La pièce est notamment jouée au CENTQUATRE lors de la Nuit Blanche 2009.

Adaptations musicales[modifier | modifier le code]

  • Denis Frajerman, Les Suites Volodine, CD, 1998 (Noise Museum/Naïve)
  • Denis Frajerman, Des Anges Mineurs, oratorio post-exotique, 2000 (La Cigale - Paris)
  • Antoine Volodine / Denis Frajerman, Vociférations[15], cantopéra, 2004, Ateliers de Création Radiophonique (ACR / France Culture), création de la version de concert au Lieu Unique, scène nationale de Nantes (2004).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anaïs Oléron, L'ambiguïté des voix narratives dans le « post-exotisme » d'Antoine Volodine : choix d'écriture, monde fictionnel et stratégies de réception, Écrivains, Les Aigles puent, Onze rêves de suie, Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, mémoire de master 2, Lettres, Université Rennes 2, 2012[16]
  • Lionel Ruffel, Le Dénouement, essai, Verdier, collection « Chaoïd », 2005.
  • Antoine Volodine, fictions du politique, textes réunis et présentés par Anne Roche en collaboration avec Dominique Viart, avec un entretien d'Antoine Volodine, « La Revue des lettres modernes - Écritures contemporaines » n° 8, 2006.
  • Lionel Ruffel, Volodine post-exotique, C. Defaut, 2007.
  • Défense et illustration du post-exotisme. Avec Antoine Volodine, sous la direction de Frédérik Détue et Pierre Ouellet, VLB Éditeur, 2008.
  • La Femelle du Requin n°19, 2002, Dossier avec un entretien d'Antoine Volodine, "L'Humour du désastre".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France qui lui est consacrée indique trois autres pseudonymes : Lutz Bassmann, Manuela Draeger et Elli Kronauer.
  2. Cf. Lionel Ruffel, Volodine post-exotique, éd. Cécile Defaut, 2007.
  3. Lutz Bassmann
  4. Éditions Verdier - Lutz Bassmann
  5. Ruffel, dans Volodine post-exotique (p. 278-279) compare l'hétéronymie de Volodine à celle de Pessoa.
  6. Comme l'a expliqué son éditeur David Ruffel au micro des Mardis littéraires, le 20 mai 2008. À propos de ce premier pseudonyme, l'auteur a déclaré, dans un entretien radiophonique avec V. Richter à l'occasion du Salon du livre pragois 2007, l'avoir forgé à partir d'une double référence à Lénine et Maïakovski (tous deux prénommés Vladimir, dont un diminutif est Volodia), chiffrant ainsi « la liaison du politique et du poétique ».
  7. Si Antoine Volodine n'a jamais remis en cause les hétéronymes cités ci-dessus, il a toujours affirmé aux journalistes que Maria Soudaïeva avait bel et bien existé, clôturant même tout entretien avec un journaliste affirmant le contraire (http://remue.net/spip.php?article2623 et aussi dans l'article Slogan de Katrine D, dans le Matricule des anges, no 57, octobre 2004 http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=20459).
  8. http://www.centrenationaldulivre.fr/?La-Bourse-Gattegno-attribuee-a.
  9. (http://www.seuil.com/fiche-ouvrage.php?EAN=9782020991230).
  10. http://www.compagnie-haut-et-court.org/.
  11. Fiche Des anges mineurs sur Theatre-contemporain.net.
  12. http://www.theatre-venissieux.fr/fiche_news.pl?id_evenement=7.
  13. Fiche Slogans sur Theatre-contemporain.net.
  14. Fiche Vociférations sur Theatre-contemporain.net.
  15. Vociférations
  16. Mémoire L'ambiguïté des voix narratives dans le « post-exotisme »... en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]