Antoine Sanguin de Meudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Sanguin de Meudon
Biographie
Naissance 1493
en Picardie, France
Décès 25 novembre 1559
Paris, France
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
1539
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Santa Maria in Portico Octaviae
Cardinal-prêtre de San Crisogono
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1540 par le légat du Pape Alexandre Farnèse
Archevêque de Toulouse
15511559
Précédent Odet de Coligny Robert II. de Lenoncourt 1560-1562, cardinal en 1538 Suivant
Évêque de Limoges
15441550
Précédent Jean du Bellay César des Bourguignons Suivant
Évêque d'Orléans
15331550
Précédent Jean d'Orléans-Longueville François de Faucon Suivant
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Antoine Sanguin de Meudon, né en 1493 en Picardie et mort le 25 novembre 1559 à Paris, fut grand aumônier du roi François Ier, archevêque de Toulouse, abbé de Vézelay et cardinal de Meudon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils, et troisième enfant d'Antoine Sanguin (+ 1500), seigneur de Meudon, La Honville, Lunesy et fiefs à Claye, Chelles, maître des eaux et forêts de France, Champagne et Brie, et de son épouse : Marie Simon, fille de Pierre Simon, seigneur de Marquemont et de Jeanne de Chambon.

Sentant sa mort prochaine, son père l'émancipe en 1500. Il était l'oncle d'Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes et maîtresse de François Ier, qui l'aida dans sa carrière ecclésiastique. Il devint chanoine de Champeaux[1], abbé commendataire de l'Abbaye de Fleury, de 1535 à 1551 et maître de la Chapelle royale. Le 9 février 1539 il prête son serment, comme évêque d'Orléans. De 1543 à 1559, il est le premier abbé commendataire de l'Abbaye des Vaux-de-Cernay. Henri II le fait archevêque de Toulouse.

Créé cardinal-prêtre en décembre 1539, par le pape Paul III, au titre de Santa Maria in Portico, il reçut le chapeau rouge en 1540 à Notre-Dame de Paris des mains du cardinal Alexandre Farnèse, légat du pape en France. En 1541 et fut surnommé le cardinal de Meudon[1].

Il devint grand aumônier de France, par lettres à Folembray du 7 août 1543, dont il se démet en 1547 lors de la disgrâce de sa nièce. Lieutenant-Général au Gouvernement de Paris avant le 6 avril 1544, en poste lors des attaques de l'empereur Charles Quint pendant l'été 1544 et fit partie des négociateurs de la paix.

En 1544, il fut nommé évêque de Limoges et le resta jusqu'en 1547. Après la mort de François Ier en 1547, nommé cardinal-prêtre au titre de San Crisogono, il partit pour Rome où il participa au conclave de 1550 qui élit le pape Jules III.

Le fief de Meudon est acheté en 1426 par Guillaume Sanguin, valet de chambre de Charles VII et trésorier du duc de Bourgogne. Le manoir n'est démoli qu'en 1520 par Antoine Sanguin qui fait construire un corps de logis carré en brique et pierre d'un étage avec combles à lucarnes ouvragées. Il est égayé à l'italienne de pilastres, bandeaux et encadrement de pierre. Antoine Sanguin fait don du château en 1527 à sa nièce Anne de Pisseleu maîtresse de François Ier, et femme de Jean IV de Brosse. Il fait également construire à Paris un grand hôtel qui fut renommé plus tard de Saint-Paul.

Par contrat du 2 juin 1540, il lègue à sa nièce, les terres et seigneuries de Meudon, Angervilliers, et Bures, héritées de son frère.

Il retourna en France en 1550 et fut nommé archevêque de Toulouse par Henri II.

De sa liaison avec une femme dont la postérité n'a pas retenu le nom, il eut un fils nommé Richard Sanguin.

Il meurt à Paris en 1559 et est inhumé dans le prieuré Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers.

Portrait d'Antoine Sanguin, d'après une miniature de son Livre d'Heures.

Armoiries[modifier | modifier le code]

« D'argent, à la croix engrêlée ou (denchée) de sable cantonnée de quatre merlette du même »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Voyage de Champeaux à Meaux, fait en 1785. Abbé Henry Goudemetz, 1892. Chapitre Notice historique sur Champeaux, p. 139-164.