Antoine Sénard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Sénard
Antoine Sénard (au centre) en 1848, caricature de Cham.
Antoine Sénard (au centre) en 1848, caricature de Cham.
Fonctions
Parlementaire français
Député
Président de l'Assemblée constituante
5 juin 184829 juin 1848
Prédécesseur Philippe Buchez
Successeur Alexandre Marie
Biographie
Date de naissance 9 avril 1800
Date de décès 29 octobre 1885 (à 85 ans)
Profession avocat
Résidence Seine-Inférieure puis Seine-et-Oise

Antoine Marie Jules Sénard (connu sous le nom Antoine Sénard ou Jules Sénard) est un avocat et un homme politique français, né à Rouen le 9 avril 1800 et mort à Paris le 29 octobre 1885.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat à Rouen en 1830, il se rallia sous Louis-Philippe Ier à l'opposition républicaine, présida en 1847 le banquet réformiste de Rouen et en 1848. Procureur général à la Cour d'appel de Rouen, il est élu député et fut envoyé par le département de la Seine-Inférieure à l'Assemblée nationale constituante (Deuxième République). En avril 1848, il réprime avec vigueur le soulèvement républicain de gauche qui contestait son élection. Président de la Chambre (5-29 juin 1848), il se voit confier par Cavaignac, après les sanglantes journées de Juin 1848, le ministère de l'Intérieur qu'il occupe pendant quelques mois (28 juin - 13 octobre 1848). Anti-bonapartiste, ses méthodes pour faire du général Cavaignac le candidat officiel à l'élection présidentielle de décembre 1848 provoquent une crise ministérielle et il est évincé du gouvernement.

En mai 1849, il n'est pas élu à l'Assemblée législative. Il entre dans l’opposition après l’élection présidentielle[1].

Il reprend son métier d'avocat sous le Second Empire. Il défend Gustave Flaubert et Léon Laurent-Pichat accusés d'atteinte aux bonnes mœurs pour avoir écrit et publié le roman Madame Bovary (acquittement)[2].

En 1870, le gouvernement de la Défense nationale l'envoie en mission diplomatique à Florence pour demander l'appui de l'Italie dans la guerre franco-allemande.

Il est élu maire de Saint-Cloud en mai 1871, bâtonnier de l'ordre des avocats en 1874.

Il retrouve un siège de député[1] de Seine-et-Oise à la faveur d’une élection partielle en 1874, après la proclamation de la Troisième République, le perd en 1876, le retrouve en 1877. Il est élu vice-président de la Chambre en mai 1879, avant sa défaite aux élections législatives de 1881[1].

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs rues entretiennent sa mémoire :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Antoine SÉNARD (1800-1885) », sur site de l'assemblée nationale (consulté le 4 septembre 2009)
  2. Plaidoirie du procès de Madame Bovary sur le site de J. B. Guinot et suite

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Jules-Antoine Sénard" dans Ceci est pour vous: de Baudelaire à Modiano, à qui sont dédiées les grandes œuvres de Macha Séry (ed. Philippe Rey, 2012)
  • « Antoine Sénard », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]