Antoine Redier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoine Redier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Antoine Redier

Naissance 25 décembre 1817
Sommières
Décès 30 décembre 1892
Melun, France
Profession
Inventeur, horloger
Page d'aide sur les redirections Pour l'écrivain, voir Antoine Redier (écrivain).

Antoine (Joseph Antoine Jean) Redier, dit Antonin Redier, né le 25 décembre 1817 à Sommières et mort le 30 décembre 1892 à Melun, fut un inventeur, un ingénieur et un horloger célèbre. On lui doit l'invention entre autres du réveille-matin, des « pendules huitaines » qui firent la prospérité du village de Saint-Nicolas-d'Aliermont (Seine-Maritime).

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Redier débute comme petit apprenti chez un horloger de renom, Frédéric Louis Perrelet. En 1839, Antoine Redier quitte Perrelet pour faire son service militaire à La Fère, au 3e régiment d'artillerie, deuxième batterie. Sitôt libéré de ses obligations militaires, il travaille 3 ans chez Henri Robert où l'occasion se présente de réparer des pendules au Couvent des Oiseaux. Il y rencontre le peintre Lafon qui fit de lui quelques portraits. Secondé par le couvent, il achète le fond d'horlogerie de monsieur Duchemin, place du Châtelet en 1842. Malgré le succès et une certaine gloire, il finit sa vie tristement, ruiné par un banquier peu scrupuleux.

Inventions les plus marquantes[modifier | modifier le code]

Il a réalisé un grand nombre d'inventions :

  • En 1842, il fait breveter des perfectionnements aux montres et chronomètres de poche.
  • En 1847, un réveille-matin.
  • En 1849, il présente une montre à réveil qui lui valut une médaille de bronze.
  • En 1851 à Londres, il expose un pendule conique et un mouvement horizontal.
  • En 1852, un mouvement de sonneries et des calendriers appliqués à l'horlogerie.
  • En 1854, un nouveau moteur d'horlogerie.
  • En 1858, un micromètre chronométrique.
  • En 1859, une petite pendule à réveil.
  • En 1860, des pendules astronomiques, une application du pendule conique, une horloge simplifiée.
  • En 1863, une fabrication de pendule, un instrument d'information.
  • En 1867, des pendules, des réveils et des baromètres.
  • En 1868, des perfectionnements apportés aux pendules à sonnerie avec quantième, etc.

C'est aussi grâce à ses travaux que Lucien Vidi put réaliser le baromètre anéroïde. Antoine Redier s'occupa des appareils enregistreurs, auquel il appliqua la combinaison de rouages connue sous le nom de « train différentiel ». Pour le compte de la défense nationale, il organisa si rapidement la fabrication des aiguilles du fusil Chassepot qu'il put en livrer 500 000 après quelques semaines.

Nommé chevalier de la Légion d'Honneur en 1863, il fut élevé au rang d'officier en 1878 à la suite de l'exposition universelle, où un grand prix lui fut décerné.

À la fin de sa carrière, il avait pris 27 brevets d'invention ou de perfectionnement.

Il fut membre d'administration de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, fondée en 1801.

Il publia en 1861 un Mémoire sur le pendule conique.

Son buste en plâtre est conservé au Musée de l'horlogerie de Saint-Nicolas d'Aliermont

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Tardy, Dictionnaire des horlogers français, 1971