Antoine Pagi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoine Pagi (31 mars 1624 à Rognes - 5 juin 1699 à Aix-en-Provence) est un historien et religieux français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié chez les Jésuites à Aix-en-Provence, Antoine Pagi entre au monastère des Frères mineurs conventuels à Arles. Il déclare sa profession religieuse le 31 janvier 1641. À l'âge de 29 ans, il est nommé à un archevêché, charge qu'il occupe quatre fois[1].

Il emploie son temps libre à l'étude de l'histoire. Toute sa vie, il recherche des erreurs factuelles et chronologiques dans les Annales ecclesiastici de Cesare Baronio, tout en proposant des corrections. Le premier volume du fruit de son travail est publié en 1689 à Paris. Il complète les trois autres volumes sous forme manuscrite un peu avant sa mort à Aix-en-Provence à l'âge de 75 ans. Son neveu, François Pagi, édite et publie les quatre volumes sous le titre Critica historico-chronologica in universos annales ecclesiasticos em. et rev. Caesaris Card. Baronii. Mansi l'insère dans ses Annales de Baronio (Lucca, 1736–59).

Oeuvres[modifier | modifier le code]

  • Critica historico-chronologica in universos annales ecclesiasticos em. et rev. Caesaris Card. Baronii (Genève, 1705 ; seconde édition, 1727)
  • Dissertatio hypatica seu de consulibus xsareis (Lyon, 1682), qui est aussi inséré dans Apparatus in Annales ecclesiasticos (Lucca, 1740), p. 1-136;
  • Dissertatio de die et anno mortis S. Martini ep. turonensis et quelques courts ouvrages pour défendre son Dissertatio hypatica, dans lequel il a posé des règles pour établir le consulat des empereurs romains, règles rejetées par le cardinal Henry Noris et d'autres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Antoine Pagi » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) Ott Michael, « Antoine Pagi », dans Catholic Encyclopedia, vol. 11, The Encyclopedia Press,‎ 1913 (lire en ligne)