Antoine Gaspard Grimod de La Reynière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grimod et La Reynière.
Grimod de La Reynière par Maurice Quentin de La Tour - 1751

Antoine Gaspard Grimod de La Reynière est un financier français, né à Lyon le 22 octobre 1687 et mort à Paris, le 10 février 1754.

Biographie[modifier | modifier le code]

Seigneur de la Reynière, Antoine Gaspard était le fils d’Antoine Grimod (1647-1724), seigneur de Montgelas et de Marguerite Le Juge (1654-1758), dame d’Aubais[1]. Il racheta, en 1722, la charge de fermier général des postes à son beau-frère Jean Le Juge.

Gaspard s’était marié en premières noces à Marie-Anne-Jeanne Labbé, qui mourut en 1730. C'est en 1734 que le fermier général épouse Marie-Madeleine de Mazade, fille d'un riche confrère, Laurent Mazade.

Madame Grimod de La Reynière, née Marie-Madeleine Mazade par Hyacinthe Rigaud - 1734

À la mort son beau-père, Gaspard et son épouse hériteront de biens d’une valeur équivalente à 630 000 livres, et en 1740, leur fortune leur permet d'acquérir la propriété, terre et seigneurie de Clichy-la-Garenne pour 240 000 livres. Six ans plus tard, ils prennent possession des fiefs de Monceaux et celui de Liancourt pour la somme de 14 000 livres. En 1747, ils achètent un hôtel et ses dépendances situés rue des Petits-Champs, vis-à-vis de la rue des Bons-Enfants, le tout pour 300 000 livres. À sa mort, sa masse successorale s'élève à 14 millions de livres.

Parmi les objets précieux de son inventaire, on note bijoux et porcelaines de Saxe. C'est le pastelliste Jean Valade qui est chargé de procéder à la prisée des quelque dix tableaux que possédait le défunt, maigre volume comparé à ceux de son fils et de son frère, Grimod du Fort, qui commanda à Natoire une célèbre série de tapisseries.

Marie-Madeleine Mazade-Grimod se remariera avec Charles de Masso, marquis de La Ferrière, le 25 février 1756. À la mort de Marie-Madeleine, le marquis de La Ferrière était qualifié de lieutenant général des armées du roi, ancien lieutenant des gardes du corps du roi, sénéchal de Lyon et de la province du Lyonnais.

Son fils aîné, Laurent, sera également fermier général, tandis que son petit-fils deviendra l'illustre critique gastronome Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Comme son père avant elle, Marie-Madeleine Mazade commande à Hyacinthe Rigaud son portrait, en 1734 contre 600 livres[2] de même que son époux, pour le même prix[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Elle disparut au terme d’une très longue vie, à 104 ans. Elle était, selon le Dictionnaire de la Noblesse d'Aubert et La Chesnaye-Desbois, « d'une Famille connue depuis longtems dans le Parlement de Toulouse et alliée aux Maisons les plus considérables de cette Province ».
  2. Huile sur toile. H. 81 ; L. 66 cm. Signé et daté au dos du tableau : « fait par Hyacinthe Rigaud 1734 ». Voir Roman, 1919, p. 209 ; Perreau, 2004, p. 177, repr. fig. 149 ; Salmon, 2004, p. 162-163, repr. fig. 2. Paiement inscrit aux livres de comptes en 1733 pour 600 livres (« Madame de la Régnière, buste avec une main. Attitude répétée ») ; Vente Cheverny, Rouillac, 6 juin 1999, lot 21 (45 735 euros) ; vente New York, Christie’s, 27 janvier 2000, lot 66 (non vendu avec dimensions suivantes : H. 83 ; L. 66).
  3. Paiement inscrit aux livres de comptes en 1734 pour 600 livres (« M. de la Regnière, fermier Gnal. Entièrement original »). Voir Roman, 1919, p. 211.
  4. Aujourd’hui dans une collection particulière, une version du portrait de Gaspard au musée Antoine-Lecuyer à Saint-Quentin ; voir A. Besnard et G. Wildenstein, Quentin de La Tour, Paris, 1928, nunméros 171 à 176, fig. 31-33.