Antoine Galiot Mandat de Grancey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoine Jean Galiot Mandat (7 mai 1731, région parisienne – 10 août 1792, Paris), chevalier, seigneur de Berny-en-Santerre et des Pins[1] dans le Vendômois, est un commandant général de la Garde nationale de Paris durant la Révolution française de 1789.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mandat est le fils de Galiot V Mandat (1683-1755), Maître des Requêtes ordinaire de l'Hôtel du Roi, et de Marie Anne Cherouvrier des Grassières. Il épouse Angélique Simone Boucher, fille d'un conseiller au Parlement de Paris, le 21 janvier 1758. Ils ont deux enfants.

Mandat sert dans la 1re compagnie des Mousquetaires de la Garde ordinaire du roi, depuis le 26 novembre 1753 jusqu'au 2 mars 1755. À cette date, il devient enseigne à drapeau au régiment des Gardes-Françaises, puis il est enseigne à Pique, le 5 juin 1757, et sous-lieutenant, dans le même régiment, le 23 décembre 1759.

En 1789, il quitte les Gardes-Françaises, où il est capitaine[2] ou colonel retiré du service, selon La Chenaye-Desbois[3]. Il est aussi chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis[4].

Mandat devient chef de la IVe légion de la Garde nationale, une milice civile. En 1789, il a 58 ans. Il est commandant général de la Garde Nationale de Paris, en 1792. C'est lui qui est chargé de la défense des Tuileries lors de l'insurrection du 10 août 1792.

Ayant peu de gardes à son service, Mandat s'est surtout proposé de défendre les cours où il a posté des Suisses et des grenadiers. Il a massé des gardes nationaux dans le jardin et placé des canons au Pont-Neuf et à l'Arcade Saint-Jean, derrière l'Hôtel de Ville de Paris, pour arrêter les émeutiers à leur descente des faubourgs.

Convoqué à l'Hôtel de Ville de Paris, il se retrouve confronté à la foule insurrectionnelle. Il est abattu d'un coup de pistolet, et transpercé de nombreux coups de pique. Sa tête est promenée au bout d'un pique.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étrennes à la noblesse, contenant l'état actuel des maisons des princes souverains de l'Europe ..., p. 100.
  2. État de la France en 1789, Par Paul Boiteau d'Ambly, p. 569
  3. Dictionnaire généalogique... 3e éd. Paris, 1863-1876, tome 13, p. 258-259.
  4. Nobiliaire universel de France ou Recueil général des généalogies historiques des maisons ..., p. 367.