Antoine Bonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait

Antoine Bonte, né le 6 mars 1908 à Lille, décédé le 24 février 1995 à Gruson est un géologue français. Ingénieur de l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille - I.D.N 1932), en section Mécanique générale, Docteur ès sciences (Faculté des sciences de Lille-1941), il consacra toute sa vie à la géologie fondamentale et appliquée, à l'enseignement et au travail d'expertise jusqu'en 1979. Naturaliste curieux de tous les phénomènes géologiques, excellent pédagogue, scientifique rigoureux, il était estimé et aimé de ses étudiants. Il est l'auteur de « À qui la Terre ? », livre testament qui prônait, il y a plus de trente ans, développement durable, respect de l'environnement et sauvegarde de la Terre notre patrimoine commun.

Premiers pas d'enseignant chercheur[modifier | modifier le code]

Ses premières recherches géologiques datent de 1932. Alors qu'il préparait une licence ès Sciences et un diplôme d'ingénieur mécanicien à l'I.D.N, il fut chargé, par Louis Dollé, de l'étude hydrogéologique du Département de la Somme pour le Service des Ponts et Chaussées.

Il pensait embrasser une carrière industrielle, quand Pierre Pruvost l'appela, en 1932, à devenir assistant dans son laboratoire universitaire lillois. Cette circonstance fut à l'origine de sa décision de se consacrer entièrement à la géologie. Sous l'impulsion de Pierre Pruvost, qui fut son maître, il s'orienta vers la géologie de terrain (stratigraphie et pétrographie principalement). Le poste d'assistant qu'il occupait à Lille en 1932 comme suppléant n'étant pas vacant, sur le conseil de P. Pruvost, il sollicita le poste d'assistant à Besançon afin d'y obtenir sa titularisation.

La déclaration de guerre le rejoignit à Besançon où il fut chargé provisoirement de l'enseignement de la Géologie en remplacement de Marcel Casteras mobilisé. Requis civil au titre de la Recherche Appliquée en mai 1940, il dut quitter le laboratoire de géologie de Besançon et fut affecté, après sa démobilisation, au Service du laboratoire de Géologie de Montpellier à la disposition de M. Casteras où il participa à partir de décembre 1940 jusqu'en 1942 à l'enseignement de Géologie à Montpellier. C'est alors qu'un laissez-passer lui permit de regagner son poste d'avant-guerre à Besançon.

Travaux principaux[modifier | modifier le code]

Collaborateur au Service de la carte géologique de France, A. Bonte a effectué les levés de nombreuses cartes à 1/50.000 : Rethel, Besançon, Renwez, Quingey, Cambrai, Marquise, Boulogne[Lequel ?] et Givet, complétés par plusieurs publications en collaboration avec J. Ricour entre 1948 et 1951, sur la stratigraphie du Givétien de Givet et la faille de Charlemont.

À qui la Terre ?, son livre testament, préfacé par le Commandant Cousteau est fondé sur l'écologie. C'est l'œuvre d'un précurseur, en avance sur son temps, qui rappelle des règles indispensables à l'équilibre mondial, protection des richesses naturelles, lutte contre la pollution, bref nous dirions de nos jours qu'il prônait le développement durable, le respect de l'environnement, ceci afin de protéger le patrimoine minéral, végétal, animal et l'homme, situé au bout de la chaîne de la vie. Pour ce faire, il envisageait la création d'un organisme, à gestion planétaire, dont le rôle aurait été de sauvegarder cet équilibre…

Parmi ses ouvrages remarquables, figurent encore les quatre éditions de son « Introduction à la lecture des Cartes géologiques » qui a aidé des générations d'étudiants dans l'apprentissage de la cartographie ainsi que ses travaux, réalisés en collaboration avec J. Ricour, entre 1948 et 1951, sur la stratigraphie du Givétien à Givet, la feuille de Givet à 50 000, et sur la « faille de Charlemont » qui ont fait date.

L'ensemble de ces travaux[modifier | modifier le code]

La liste de ses travaux, riche et diverse, montre sa double implication, reflet de sa double formation

  • implication en géologie fondamentale, dans tous les domaines du savoir (stratigraphie, pétrographie, paléontologie, tectonique) résultat de sa formation universitaire ;
  • implication en géologie appliquée, en liaison avec sa formation d'ingénieur, où il traite de multiples problèmes qui préoccupaient et préoccupent encore la communauté scientifique et nos concitoyens.

Publications par ordre chronologique[modifier | modifier le code]

Références incomplètes[modifier | modifier le code]

  • BONTE A. (1960). - Observations sur le Callovien de Lottinghen 79-80.
  • BONTE A. (1960). - Origine et destinée des dépôts superficiels du Plateau de Verdrel (Pas-de-Calais) : 91-94.
  • BONTE A. (1960). - Sur l'origine de la cassure conique des carottes de sondage :215-216.
  • BONTE A. (1962). - La liaison France-Angleterre : Tunnel ou Pont 109-110.
  • BONTE A. (1963). - Les formations noduleuses et la reprise sous¬marine des sédiments : 1-4, 2 fig.
  • BONTE A. (1973). - La dissolution sous couverture et ses Conséquences : T AI-A5.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]