Antoine-Rémy Polonceau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polonceau.

Antoine-Rémy Polonceau

Description de cette image, également commentée ci-après

Gravure d'après un dessin de François Bella

Naissance 8 novembre 1778
Reims
Décès 23 décembre 1847
Roches-lès-Blamont
Nationalité française
Profession ingénieur
Activité principale Ponts et Chaussées
Autres activités
Formation
Descendants
Camille (fils)

Antoine-Rémy Polonceau est un ingénieur français né le 8 novembre 1778 à Reims dans la Marne et mort à Roches-les-Blamont dans le Doubs le 23 décembre 1847.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à l'École Polytechnique de Paris (Promotion X1796), il devient ingénieur des Ponts et Chaussées. Il commence sa carrière en s'occupant des routes des Alpes (routes du Simplon, celle des Échelles et de Grenoble à Briançon) ; il termine la route du Mont-Cenis et du Lautaret entre 1808 et 1812.

En 1815 il devient ingénieur en chef du département de Seine-et-Oise, puis inspecteur divisionnaire en 1830. Sa plus grande réalisation sera l'innovant pont du Carrousel, à Paris, entre 1831 et 1834. Il réalise un pont en arc alors que la tendance était aux ponts suspendus. La structure complexe en fonte et en bois de l'ouvrage est aussi très audacieuse, même si son esthétique est à l'époque critiquée. Antoine-Rémy Polonceau écrira d'ailleurs des mémoires sur l'utilisation de la fonte dans ce pont.

Pont Saint-Thomas de Strasbourg (détail)

En collaboration avec Bellanger, il étudie le tracé du chemin de fer de Paris à Rouen par la vallée de la Seine.

Il fonde avec Marc Séguin le groupe « Polonceau Séguin », responsable de la construction du Viaduc de Meudon entre 1838 et 1840. Il réalise aussi les plans du Pont Saint-Thomas, construit en 1841 à Strasbourg en Alsace. Il s'agit, comme le Pont du Carrousel, d'un ouvrage en fonte, mais celui-ci est toujours utilisé de nos jours.

De 1846 à 1849, il remplace trois arches de l'ancien pont de Poissy par une arche marinère en fonte de trente-deux mètres destinée à faciliter la navigation[1], d'après son brevet de 1831 sur les arcs en fontes des ponts métalliques[2].

Il prend sa retraite le 1er janvier 1840[2].

Il était en outre passionné d'agronomie, et fut, avec Auguste Bella, le créateur de l'Institution royale agronomique de Grignon[3].

Son fils, Camille (1813-1859), également ingénieur, se distingua dans l'amélioration du service de la traction à la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle puis à celle de Paris à Orléans.

Hommages[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Note sur la race des vaches suisses du canton de Schwitz, lue dans la séance publique du 29 juillet 1827 de la Société centrale d’Agriculture et des Arts du département de Seine-et-Oise, Versailles : Impr. de la Société, 1827, in-8°
  • Notice sur quelques parties des travaux hydrauliques, Carillan-Goeury, Paris, 1829 (texte intégral sur Gallica [1])
  • Note sur l'emploi du bitume pour les toitures, Imprimerie Huzard, Paris, 1829
  • Observations sur les routes, suivies de propositions sur leur amélioration et sur leur entretien, Carillan-Goeury, Paris, 1829 (texte intégral sur Gallica [2])
  • (en collaboration avec Jean-Baptiste Bélanger) Compagnie Riant. Chemin de fer de Paris à Rouen, au Havre et à Dieppe, par la vallée de la Seine, impr. de Moreau et Bruneau, Paris, 1837 (texte intégral sur Gallica [3])
  • Notice sur l'amélioration des routes en empierrement, Paris, L. Mathias,‎ 1844
  • Des récoltes de foin, Besançon : Impr. de Sainte-Agathe aîné, 1845, in-8°, 14 p.
  • Note sur les débordements des fleuves et des rivières, Paris : Librairie Scientifique-Industrielle, 1847, in-8°, 72 p. et 1 planche

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie Cueille, Poissy, cité d'Art, d'Histoire et d'Industrie, p. 32
  2. a et b Claude Vacant, Routes et ponts en Yvelines du XVIIe au XIXe siècle, p. 254
  3. D. Hannotin et C. Moissinac ; A-R Polonceau (1778-1847) Un homme libre ; Presses Ponts et Chaussées 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.
  • Denis Hannotin, Christine Moissinac, Antoine-Rémy Polonceau (1778-1847) - Un homme libre, Presses des Ponts, Paris, 2011 (ISBN 978-2-85978-459-1)
  • Guy Coriono, 250 ans de l'École des Ponts en cent portraits, Presses des Ponts, Paris, 1997 (ISBN 2859782710)
  • Bernard Marrey, Les ponts modernes : XVIIIe et XIXe siècles, Picard, Paris, 1990, p. 311 (ISBN 2708404016)
  • Antoine Picon (dir.), L'art de l'ingénieur : constructeur, entrepreneur, inventeur, Éditions du Centre Georges Pompidou, Paris, 1997, p. 368-369 (ISBN 2858509115)
  • Florian Reynaud, Les bêtes à cornes (ou l'élevage bovin) dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (publications)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :