Antoine-François Desrues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desrues.

Antoine-François Desrues

alt=Description de l'image AntoineFrancoisDesrues.jpg.
Nom de naissance Antoine-François Desrues
Naissance 1744
Chartres
Décès 1777 (à 33 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Épicier

Antoine-François Desrues, né en 1744 à Chartres et roué en 1777 à Paris, est un empoisonneur français.

Marchand épicier à Paris, Desrues s’enrichit par des escroqueries et des crimes et sut, par son hypocrisie, se faire une telle réputation de vertu que pendant longtemps on ne put le soupçonner. Ayant acheté à M. de La Motte, écuyer du roi, la terre de Buisson-Soëf, qu’il devait payer 130 000 livres, il résolut de faire mourir toute la famille de son créancier afin de s’emparer du bien sans rien débourser : il avait déjà empoisonné la femme et le fils, lorsque son crime fut découvert. Il fut roué vif en 1777 en place de Grève à Paris, son corps fut brulé et cendres dispersées.

Ce fut Charles-Henri Sanson, futur bourreau du roi Louis XVI, qui procéda au supplice.

Soutenu par le petit peuple qui voyait en lui un simple martyr, victime de l’arbitraire royal ne lui ayant même pas épargné le bûcher, ce fils de petit boutiquier eut ses cendres filtrées par une foule étant allée jusqu’à se battre pour en récupérer le moindre bout d’os, reliques auxquelles elle attribuait des vertus magiques (enrichissement) et qui furent ensuite l’objet d’un commerce.

Sa femme, enfermée à la Salpêtrière, fut assassinée par les émeutiers lors des massacres de Septembre, en 1792[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse Esquiros, Histoire des Montagnards, 1846-1847, p.211.

Sources partielles[modifier | modifier le code]