Antiquarium de Poggio Civitate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antiquarium de Poggio Civitate
Le siège de l'Antiquarium de Poggio Civitate.
Le siège de l'Antiquarium de Poggio Civitate.
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Toscane
Ville Murlo
Monument Palazzo Vescovile
Coordonnées 43° 09′ 20″ N 11° 23′ 58″ E / 43.1556, 11.3994 ()43° 09′ 20″ Nord 11° 23′ 58″ Est / 43.1556, 11.3994 ()  
Informations générales
Nom local Antiquarium di Poggio Civitate
Date d’inauguration 1988
Collections sculptures, poteries, reconstitution de toit à acrotères et antéfixes
œuvre unique de coroplathie : « le cowboy de Murlo »
Provenance des collections Poggio Civitate du Val di Merse
Genre des collections objets quotidiens d'une fabrique de poterie
Époque des collections Âge du fer et période étrusque
Informations visiteurs
Site web Page du site officiel des musées siennois

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Antiquarium de Poggio Civitate

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Antiquarium de Poggio Civitate

L'Antiquarium de Poggio Civitate est le lieu de conservation et d'exposition des vestiges étrusques du site Poggio Civitate sur le territoire de la commune de Murlo en Val di Merse (province de Sienne).

Le site[modifier | modifier le code]

Le site archéologique (une antique fabrique de poteries, ou demeure seigneuriale[1] dont les bâtiments en carré faisaient plus de 60 mètres de façade[2]) découvert dans les années 1920, par Dario Neri et Ranuccio Bianchi Bandinelli, a fait l'objet, en 1966, de fouilles avec la collaboration de l'University Of Massachusetts Amherst[3] qui organise également le campo archeologico di Poggio Civitate, centre d'apprentissage aux techniques de restauration et de conservation des découvertes.

Collections[modifier | modifier le code]

  • la reconstitution d'un toit avec ses éléments en terre-cuite en coroplathie : tuiles, gargouilles anthropomorphes, acrotères et antéfixes
  • les fameuses statues-acrotères dites « du cowboy de Murlo » par l'intriguant buste en terracotta d'un dignitaire administratif et religieux, élément potentiel du toit précédent.
Vue d'artiste du Cowboy de Murlo.
Bas-relief, dite « plaque de Murlo », avec scène du banquet.
  • Plusieurs bas-reliefs en terre cuite du haut des murs, dites « plaques de Murlo », exposant :
    • une course de chevaux à cru avec le prix gagné par le vainqueur : un chaudron placé sur une colonnette.
    • les compétiteurs des jeux recevant leurs récompenses qui ôtent l'huile de leur peau avec le strigile
    • des juges équipés de leurs longs bâtons recourbés (lituus).
    • la coiffure haute des notables
    • le banquet,
    • la procession avec un chariot,
    • les tribunes et la présence des femmes assistant aux jeux, les ludi circenses.
    • l'assemblée de la gens sur les sièges curules,
  • divers objets quotidiens de la vie courante (a contrario des pièces des habituels musées étrusques dont les éléments proviennent des intérieurs de tombes des nécropoles, donc à caractère votif).
  • des vestiges d'outils et d'objets en métal venant des ateliers de cette fabrique, des restes de fours...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Thuillier, Les Étrusques, la fin d'un mystère ?, p. 44
  2. Plan dans l'ouvrage de Dominique Briquel, La Civilisation étrusque, p. 138.
  3. [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Daniel De Puma, Jocelyn Penny Small, Murlo and the Etruscans: art and society in ancient Etruria, 1994.
  • (it) Italia etrusca, Guide Giunti, Florence, 2008 (ISBN 978-88-09-04828-7) p. 125-126

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :