Anthony Shadid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anthony Shadid
Image illustrative de l'article Anthony Shadid
Anthony Shadid en 2009.

Naissance
Oklahoma City (États-Unis)
Décès (à 43 ans)
Syrie
Nationalité américaine
Profession journaliste
Distinctions honorifiques prix Pulitzer
prix George Polk
Médias
Presse écrite Associated Press
The Boston Globe
The Washington Post
The New York Times

Anthony Shadid, né le à Oklahoma City et mort le en Syrie, est un journaliste américain spécialiste du Proche-Orient.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille d'Anthony Shadid est originaire de Marjayoun, au Sud du Liban. Ses parents sont établis aux États-Unis depuis trois générations. Shadid grandit à Oklahoma City. En 1990, il obtient une licence (Bachelor of Arts) en science politique et journalisme de l'université du Wisconsin-Madison. Devenu adulte, il perfectionne son usage de la langue arabe[1],[2].

Anthony Shadid est recruté par l'agence Associated Press et occupe le poste de correspondant au Caire à partir de 1995. Spécialiste du Proche-Orient, il rejoint le Boston Globe en 2001, puis le Washington Post en 2003. À partir de décembre 2009, il travaille pour le New York Times. Il est chef de bureau à Bagdad, puis à Beyrouth. En 2002, il est blessé à l'épaule par un tir alors qu'il travaille à Ramallah en Cisjordanie[1],[2].

Il couvre la révolte syrienne et les évènements du printemps arabe pour le New York Times. Le , alors qu'il passe clandestinement la frontière syrienne, il souffre d'une crise d'asthme qui entraîne sa mort[3].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière au Post, Anthony Shadid remporte par deux fois le prix Pulitzer dans la catégorie « reportage international » pour ses reportages sur la guerre d'Irak. Le prix George Polk lui est attribué en 2003. En février 2012, le jury lui décerne un prix spécial à titre posthume[4],[5].

Il est l'auteur de trois ouvrages consacrés au Proche-Orient. Le prix Ridenhour (en) est attribué en 2006 à Night Draws Near: Iraq's People in the Shadow of America's War[6]. En 2012, House of Stone: A Memoir of Home, Family, and a Lost Middle East est finaliste du National Book Award dans la catégorie non fiction[7].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]