Anthony Quayle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anthony Quayle

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dans The Story of David, 1976

Nom de naissance John Anthony Quayle
Naissance 7 septembre 1913
Ainsdale, Southport, Merseyside, Angleterre
Décès 20 octobre 1989 (à 76 ans)
Londres, Angleterre
Profession Acteur, directeur de théâtre
Conjoint
Hermione Hannen (1934–41) (divorcé) (1913-1983)
Dorothy Hyson (1947–89) (sa mort) 3 enfants (1914-1996)


Sir John Anthony Quayle CBE, est un acteur et producteur britannique né le 7 septembre 1913 à Ainsdale (Royaume-Uni), décédé le 20 octobre 1989 à Londres (Royaume-Uni).

Formé à l'Académie royale d'art dramatique, il se distingue autant dans les rôles classiques du théâtre (Hamlet, Henri V) qu'au cinéma (Les Canons de Navarone, Lawrence d'Arabie, La Chute de l'Empire romain).

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Simple soldat, Quayle est nommé sous-lieutenant d’artillerie le 7 janvier 1940 après un cours d’élève-officier[1]. Il est affecté dans l’unité auxiliaire du Northumberland comme officier de renseignement.

Les unités auxiliaires, secrètes, sont mises en place pour mener des opérations de guérilla et de harcèlement, dans une bande côtière de soixante kilomètres, contre les forces allemandes, en cas d'invasion de la Grande-Bretagne.

Il est conseiller militaire du gouverneur de l'île de Malte en 1942-1943 puis rejoint le Special Operations Executive en Europe centrale. Commandant (à titre temporaire), il participe aux opérations d'infiltrations d'agents en Yougoslavie pour encadrer les maquisards communistes de Tito (nom de code SOE « Surbiton ») et en Albanie (SOE en Albanie), où il est parachuté (nom de code SOE « Barking »).

Il remplace le commandant Gerry Field à la tête du quartier général du SOE, transféré sur la côte adriatique, au sud de Valona, dans une grotte surnommée Seaview, après que celui-ci s'est blessé gravement en pêchant à l’explosif. Rapatrié avec une dysenterie, la jaunisse et le paludisme, il est hospitalisé à Bari, Italie[2]. Après sa convalescence il est affecté à Gibraltar jusqu'à la fin de la guerre.

Commandant à titre temporaire, il reçoit une citation (Mentioned in Despatch) le 23 mai 1946 dans le cadre des opérations spéciales dans le bassin méditerranéen[3].

Ses souvenirs de guerre lui ont d'ailleurs inspiré deux romans, Eight hours from England (1945) et On Such a Night (1947), et un recueil de souvenirs sur l’Albanie et les Balkans, A Time to Speak (Barrie & Jenkins - 1990).

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Quayle est promu Commandeur de l’Ordre de l'Empire britannique (CBE), en qualité de directeur du Shakespeare Memorial Theatre de Stratford-on-Avon, le 5 juin 1952[4] puis est anobli (Knighthood, appellation Sir) le 5 mars 1985[5].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

En avril 1944, lorsque David Smiley rencontre le commandant Tony Quayle à Bari, en Italie, où se trouve le quartier général du SOE pour les opérations dans le bassin méditerranéen, ce dernier est hospitalisé, souffrant du paludisme, de la jaunisse et d'une dysenterie. Quand l'acteur apparaît quelques années plus tard sur une civière dans le film Les canons de Navarone, il lui semble le revoir tel qu'il était dans son lit, à l'hôpital militaire de Bari. (Source Albanian Assignment de D. Smiley, page 105)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. London Gazette du 5 janvier 1940
  2. Source Albanian Assignement du colonel David Smiley
  3. London Gazette du 21 mai 1946
  4. London Gazette du 30 mai 1952
  5. London Gazette du 29 mars 1985

Liens externes[modifier | modifier le code]