Anthony Ashley-Cooper (3e comte de Shaftesbury)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anthony Ashley-Cooper.
Anthony Ashley-Cooper

Anthony Ashley-Cooper (26 février 16714 février 1713), 3e comte de Shaftesbury, est un philosophe, écrivain et homme politique anglais.

Philosophie[modifier | modifier le code]

La philosophie de Shaftesbury, qui eut une grande influence aux XVIIIe siècle et XIXe siècle, est empreinte de théologie. Pour lui, toutes choses s'inscrivent dans un ordre cosmique harmonieux qui est selon lui le signe d'une conception divine. Il en déduit que le beau est une valeur objective qui naît là où l'on reconnaît cet ordre cosmique harmonieux.
S'intéressant aussi à la nature humaine, il développe une théorie de la vertu morale à la fois rationaliste et sentimentaliste, distincte du pacte de soumission de Thomas Hobbes ou de l'égoïsme éthique et psychologique. Comme pour l'esthétique, la religion ou la quête philosophique, il considère que le but de la vertu est l'identification avec l'ordre harmonieux de l'univers.

Un des apports majeurs de Shaftesbury est la notion de ridicule : « La vérité peut supporter toutes les espèces de lumière, et parmi elles il faut compter le ridicule lui-même ». La recherche du ridicule ne constitue pas un critère de vérité objective mais c'est un moyen pour contrôler l'authenticité de ce que nous nous sommes approprié comme étant digne de foi.

Anthony Ashley-Cooper dans les Characteristicks

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • An inquiry concerning virtue or merit (1699), traduction française par Denis Diderot sous le titre Essai sur le mérite et la vertu (1745).
  • A Letter Concerning Enthusiasm (1708).
  • Sensus Communis, An Essay on the Freedom of Wit and Humor (1709).
  • The Moralists, A Philosophical Rhapsody (1709).
  • Soliloquy, or Advice to an Author (1710).
  • Characteristics of men, manners, opinions, times (1711), (anthologie qui contient les cinq essais précédents), 5e éd., Birmingham, printed by John Baskerville, 1773.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Françoise Badelon, Le stoïcisme flegmatique de Shaftesbury. In : Le magazine littéraire, février 2007, nr 461, p. 47-49.

Liens externes[modifier | modifier le code]